Poster un commentaire à la suite de l'article...

mardi 19 octobre 2010
par  Neimad

L’univers holographique de David Bohm

L’univers est-​​il un hologramme ?

En réponse à...

jeudi 21 mai 2015 à 09h01

Autant l’analogie de Karl Pribram entre la mémoire et l’hologramme me semble sensée, autant la trans­po­sition de ce fonc­tion­nement orga­nique en l’homme à l’univers tout entier me semble fran­chement dérai­son­nable… Ce ne serait pas la pre­mière fois dans l’histoire : Cer­taines reli­gions, ayant perçu le pouvoir de l’illusion, en ont déjà déduit que le monde n’était qu’illusion… Mais ce n’est pas parce que notre per­ception du monde est repré­sentée en nous comme une illusion holo­gram­ma­tique que le monde en est une !

En fait, les conclu­sions à tirer de l’expérience d’Aspect sont dépen­dantes de la validité du théorème de Bell. Il existe des contes­ta­tions de celui-​​ci, comme celle de Christian Joy. Bell part du principe que les variables cachées sont des nombres sca­laires. Or, le spin du photon, qui est une pola­ri­sation de la lumière, est une rotation autour d’une direction dans l’espace, ce qui ne peut pas à l’évidence se noter comme un sca­laire. Ce genre de pro­priété ne peut se noter, dans un plan, que comme un nombre com­plexe, ou, dans l’espace, que comme un qua­ternion. Si pour une sta­tis­tique sca­laire, on compare les posi­tions d’un point sur une ligne, en revanche, avec une sta­tis­tique qua­ter­nio­nique, on com­parera les posi­tions d’un point sur une sphère. Christian Joy affirme que cela change le calcul sta­tis­tique, puisque la car­di­nalité de l’ensemble est dif­fé­rente, et, au résultat, que les bornes de la cor­ré­lation sont alors celles de la méca­nique quantique.

Cette argu­men­tation a sa logique. En effet, l’équation de Dirac, qui rend compte du spin, utilise elle-​​même des qua­ter­nions. Cela implique donc que les variables cachées sont de type qua­ter­nio­niques, et non sca­laires comme Bell l’imagina.

Certes, il y a eu un petit débat en France sur les affir­ma­tions de Christian Joy, qui ont été promp­tement "réfutées". Mais cette réfu­tation est venue par des cher­cheurs de l’Institut Optique d’Orsay. Or c’est de cet ins­titut que sort l’expérience d’Aspect : ils me semblent donc juges et partis. C’est de plus un pro­blème mathé­ma­tique, lié au calcul lui-​​même, où les phy­si­ciens ne sont pas les plus com­pé­tents.


Bref, avant de fuir en avant dans l’illusionnisme, il fau­drait déjà s’assurer que les choses que l’on se tient pour vraie sont exactes. Si le théorème de Bell est illu­soire, alors les dis­cours qui en sont tirés le sont également.


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)