Faut-il sauver l’ONU ?

jeudi 19 juillet 2012
par  Neimad
popularité : 4%

La Chine et la Russie, membres permanents de l’ONU, ont posé aujourd’hui, 19 juillet 2012, leur troisième véto contre la prise de sanctions économiques contre la Syrie. Ces sanctions seraient en effet défavorables aux intérêts économiques, géostratégiques (comprenez militaires) et politiques de ces deux pays :

Économiquement, la Russie a réalisé plusieurs investissements dans l’industrie de l’énergie en Syrie a 4 milliards d’euros de contrat pour des matériels militaires [1].

Militairement, la Russie possède un accès dans le port de Tartou, dans l’ouest du pays. Cela lui donne une position stratégique en Méditerannée. La Russie a déjà envoyé plusieurs navires près de la côte syrienne.

Politiquement, le président Vladimir Poutine n’a pas intérêt à voir la révolte d’un peuple contre un pouvoir peu démocratique se transformer en révolution : il a lui-même beaucoup affaire avec le mouvement anti-Poutine [2].

La Chine, de son côté, a fait clairement savoir sa position par le biais de son ministre des affaires étrangères en août 2012 :

La Chine et la Russie se comprennent et se sont soutenus. La Chine a compris la position de la Syrie sur le plateau du Golan et la Syrie a compris la Chine sur des problèmes qu’elle a rencontrées à Taïwan, le Tibet, la région du Xinjians et les droits de l’homme.

 [3]

Pourtant, le gouvernement syrien continue d’écraser la révolution naissante en Syrie : à défaut de pouvoir intervenir, on décompte plus de 6000 morts depuis mars 2012. Plusieurs pays, y compris au Moyen Orient (Arabie Saoudite, Qatar…) aident le peuple syrien de manière indirecte (armes, viseurs infra-rouge…).

Les pays membres de l’ONU se montrent une nouvelle fois incapables de s’entendre pour une intervention de plus grande envergure en Syrie, telle qu’une intervention militaire. Ce type d’intervention nécessiterait toutefois une modification des statuts de l’ONU. Les casques bleus, en effet, ont pour seule mission de maintenir la paix et le statue quo, leur légitimé tient justement à leur neutralité.

L’originalité de l’ONU est de rassembler en son sein la presque totalité des Etats du monde, soit 193 pays sur 196 qu’elle reconnaît [4].

Elle nécessite cependant un accord à la majorité et l’absence de veto de la part des membres permanents. Ces membres permanents sont au nombre de cinq : les États-Unis, la Russie, la Chine, la France et le Royaume-Uni.

Cette liste a été établi au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Elle devait permettre aux pays les plus importants, de l’Ouest et de l’Est (les pays capitalistes et les pays communistes), de se mettre autour de la table pour opérer des rapprochements et décider de l’avenir du monde.

Dans la pratique, l’ONU n’a pas été à la hauteur de sa mission :

  • entre 1990 et 2003 : la guerre du Koweit entraîne un embargo en Irak ; le programme "pétrole contre nourriture" permet au peuple irakien de bénéficier de l’aide humanitaire contre la vente de son pétrole à l’ONU ; ce programme entraîne la corruption de personnalité politiques de nombreux pays (y compris en France), de sociétés (Total, Renault…) et de membres de l’ONU (la femme de Boutrous Ghali, le fils de Kofi Annan) [5]
  • entre 1991 et 1995 : faiblesse de l’ONU face aux conflits qui se déroulent en ex-Yougoslavie ; en juillet 1995, les Serbes éliminent de 6000 à 8000 Bosniaques dans la ville de Srebrenica, alors que 400 Casques bleus se trouvaient à proximité. On parle aujourd’hui de génocide… [6]
  • entre avril et septembre 1994, l’ONU a laissé les Tutsis massacrer 800 000 Hutus, axuquels il faudra ajouter près de 200 000 victimes en 1995 [7].
  • en 2010, un séisme entraîne la disparition de 250.000 personnes à Haïtia et jette 1,5 million de personnes à la rue ; l’ONU peine à organiser les secours [8] ; les Etats et les ONG organiseront eux-même l’aide humanitaire [9].
  • le faible impact des Conférences nationales sur le Climat, depuis la Conférence de Copenhague en 2009 à celle de Rio+20 en 2012. Seul le Protocole de Kyoto est un succès puisqu’elle entraîne une diminution de 5 à 8%, d’ici 2012, des gaz à effets de serre par rapport à leur niveau en 1990 par les différents pays signataires (sauf la Chine et les Etats-Unis).

Ce 3e veto par rapport à la Syrie montre l’incapacité de l’ONU a agir sur la scène internationale et le laisser-faire de la communauté internationale. Pourtant, la Charte des nations unies ne donne-t-elle par pour mission à l’ONU et aux Etats signataires de :

Développer entre les nations des relations amicales fondées sur le respect du principe de l’égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes, et prendre toutes autres mesures propres à consolider la paix du monde (Charte des nationes unies, 1945, Chapitre I, article 2).

Seule une intervention unilatérale des pays, comme ont déjà su le faire les Etats-Unis à propos de l’Irak ou de l’Afghanistan, pourrait permettre d’aider le peuple syrien. Certains craignent cependant un risque d’embrasement au Moyen Orient.

A l’heure où les peuples se soulèvent dans de nombreux pays, où les appels, les marches et les manifestes se multiplient (voir notre article, Roosevelt 2012 et autres manifestes ), il est peut-être tant que nos dirigeants entendent l’aspiration des hommes et des peuples à un autre mode de gouvernance, plus démocratique, plus morale et plus humain  [10]

L’erreur serait de laisser récupérer ce mouvement par des forces non démocratiques (Commission européenne, marchés financiers, multinationales…), comme les Frères musulmans en Egypte et en Tunisie.

___

Ce monde est à nous, changeons-le !



[1] Pour des avions, missiles, systèmes de défense aérienne… Voir le Parisien : Syrie : pourquoi la Chine et la Russie bloquent l’ONU

[2] Le 12 juin s’est tenu la deuxième "Marche des millions" qui a réuni entre 50 000 et 80 000 personnes à Moscou pour s’opposer à la victoire aux élections législatives du parti du président, entachées d’irrégularités selon les observateurs, et ce malgré les répressionsde ses opposants.

[3] Voir le Parisien : Syrie : pourquoi la Chine et la Russie bloquent l’ONU

[4] Le Vatican, par exemple, est reconnu comme Etat mais n’a jamais demandé son adhésion à l’ONU.

[5] Voir le Monde : "Pétrole contre nourriture", un scandale mondial

[6] Pour plus d’informations, voir http://www.paixbalkans.org/genocide.htm

[7] Voir http://www.liberation.fr/evenement/…

[8] Voir http://www.lemonde.fr/ameriques/art…

[9] L’ONU a essayé de défendre son bilan. Voir http://www.rfi.fr/ameriques/2011011…

[10] Voir à ce propos le Manifeste pour un humanisme contemporain : http://www.humanisme-contemporain.com/


2 votes

Commentaires

vendredi 20 juillet 2012 à 14h06

Je crois que se qui gene l’ONU c’est intervenir dans un pays en guerre civile, car ce n’est pas comme empecher la guerre entre deux pays, c’est la question de l’ingerence dans les affaire d’un pays, ça veut dire aider le pouvoir ou l’opposition, ça fait penser au néocolonialisme en Afrique

Mais je crois que c’est parce qu’ils n’ont rien compris et que sa arange pas certains c’est vrai que l’onu fait rien mais les pays alors ?

Publications

Brèves

24 septembre 2015 - L’Arabie Saoudite nommée à la tête du panel du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

L’Arabie saoudite, reconnu par l’ONU et la Ligue des droits de l’homme (LDH) comme un pays peu (...)

26 avril 2015 - L’UE autorise les OGM de Monsanto

Vendredi 24 avril 2015, l’Union Européenne autorise l’importation et la commercialisation de 19 (...)

20 avril 2015 - Il critiquait la fraude sociale et cachait 1,5 millions au fisc

Le député UMP, Dominique Tian, était connu pour sa virulence à l’encontre des fraudeurs au RSA, des (...)

3 février 2015 - Coïncidence malheureuse : tous ces livres qui brûlent...

Le vendredi 30 janvier 2015 : une incendie à la plus grande bibliothèque universitaire de Russie, (...)

3 février 2015 - 1% des plus riches possèdent plus de 50% de la richesse mondiale

Le chiffre ne cesse de gonfler : 45% en 2009, 48% en 2014… Ce chiffre, c’est le pourcentage de la (...)