Deux hypothèses de construction du sonnet "Voyelles" de Rimbaud

mercredi 5 décembre 2012
par  ianop
popularité : 0%

Peu de poèmes ont fait couler autant d’encre que le sonnet "voyelles" de Rimbaud. La dernière interprétation en date remonte à un article de la revue "télérama" de 2004. Selon cette "interprétation", il n’y a "rien" dans le poème de Rimbaud (sous entendu : pas de second niveau). C’est possible, bien que ce point de vue sacrifie à une vision matérialiste (donc paresseuse) des choses.

Les deux hypothèses que je propose n’ont pas valeur d’explication. Elles se fondent seulement sur la sémantique des mots, non sur les images (ce ne sont pas des interprétations). Il est probable qu’aucune des deux ne soit vraie, moins probable qu’une sur les deux soit vraie, invraisemblable que les deux soient vraies.

1 Rimbaud a construit son poème à partir d’une liste de mots contenant l’une des cinq voyelles, et qu’il faut retrouver. Je propose la liste suivante :

Pour A noir : carapace (cuirasse), carcasse, caverne.

Carapace (cuirasse) : noirs corsets velus … (à noter que "corset" est un sous-vêtement féminin et non le corps de l’insecte, qui se dit "corselet").

Carcasse : autour des puanteurs cruelles.

Caverne : golfes d’ombre.

Pour E blanc  : clair, éclairer (éclair), émir, émoi (émotion).

Clair : candeur des vapeurs …

Eclairer (éclair) : lances des glaciers …

Emir : rois blancs.

Emoi (émotion) : frissons d’ombelles.

Pour I rouge : indigo (incarnat), phtisie, rire (sourire), ire (pire), religieux (irreligieux).

Indigo : pourpres.

Phtisie : sang craché.

Rire (sourire) : rire des lèvres belles …

Ire (pire) : dans la colère ou les ivresses …

Religieux (irreligieux) : les ivresses pénitentes.

Pour U vert : lune (lunaire), flux et reflux, culture, étude.

Lune (lunaire) : cycles.

Flux et reflux : vibrements divins des mers virides.

Culture : paix des pâtis semés d’animaux.

Culture (étude) : paix des rides que l’alchimie imprime …

Pour O bleu  : cor (son), sonore, cosmos, oculaire, occulte.

Cor (sonore) : suprême clairon …

Cosmos : silences traversés …

Oculaire (adjectif) : rayon de ses yeux.

Oculaire (nom) : rayon violet de ses yeux (observation d’une étoile, peut-être l’étoile polaire).

Occulte : O l’Oméga.

2 Rimbaud évoque les couleurs manquantes par déplacement d’une voyelle sur la suivante.

Décrire les couleurs par des mots commençant par la voyelle associée eut été simpliste de sa part. Le poète a parlé de "naissances latentes". Je crois qu’il faut comprendre par cette expression que le lecteur doit s’interroger sur d’éventuels développements du système présenté dans le premier vers du poème.

  • Evocation du gris par déplacement de "A noir" sur "E blanc" :

Candeurs des vapeurs et des tentes / Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d’ombelles.

  • Evocation du rose (et peut-être de la rose) par déplacement de "E blanc" sur "I rouge" :

… Pourpres, sang craché, rire des lèvres belles / dans la colère ou les ivresses pénitentes.

  • Evocation du jaune et du marron par déplacement de " I rouge" sur "U vert" (rouge + vert = jaune en optique, rouge + vert = marron en peinture) :

U, cycles, vibrements divins des mers virides / paix des pâtis semés d’animaux, paix des rides / que l’alchimie imprime aux grands fronds studieux.

  • Evocation du cyan par déplacement de "U vert" sur "O bleu" :

O, suprême clairon …

Ce "suprême clairon" suffit à lui seul à assurer la transition, d’autant plus que le clairon est un instrument en forme de U.

  • Evocation du magenta par déplacement de "O bleu" sur "I rouge" :

Pourpres, …

  • Evocation du bleu sombre par déplacement de "O bleu" sur "A noir" :

Noirs corsets …

A noter que l’adjectif "violet", au dernier vers, contient le " i " de rouge et le "o " de bleu.

Synthèse :

A = noir (nuances de noir)

E = blanc (argent, gris)

I = rouge (magenta, rose, orangé)

U = vert (jaune, or, marron)

O = bleu (cyan/violet)

Selon cette deuxième hypothèse, Rimbaud tente, par déclinaison phonétique, d’instaurer une vision polyphonique de la couleur (couleurs secondaires, nuances, matière …).

La série ROUGE/VERT/BLEU renvoie à la série des émaux en héraldique. Les constructeurs de vitraux n’ont pas attendu Newton pour ranger la couleur VERT dans les couleurs primaires. En effet, si l’on superpose, devant une source de lumière, un calque rouge et un calque vert, on obtient du jaune (couleur secondaire en optique).

Rappelons le système de Rimbaud :

Voyelles : ordre des voyelles dans l’alphabet grec (inversion de O et de U latins pour avoir la terminaison Omega).

Couleurs : la série complète des émaux, de noir à bleu, en intercalant le complémentaire de noir, blanc (argent), le jaune (or) étant évoqué de façon "latente" par le procédé décrit plus haut.

Une correspondance rigoureuse (non symbolique comme chez Rimbaud) devrait tenir compte de la fréquence des voyelles. A la voyelle la plus grave correspondrait la couleur noir, à la voyelle la plus aigüe correspondrait son complémentaire, le blanc.

Les principaux sons vocaliques se résument à huit (de plus grave à plus aigu) :

ou/o/a/è/eu/u/é/i

En associant les couleurs "froides" aux voyelles graves et les couleurs "chaudes" aux voyelles aigües, on aurait la correspondance suivante :

ou : noir

o : violet

a : bleu

è : vert

eu : jaune

u : orangé

é : rouge

i : blanc

Dans le poème de Rimbaud, les sons I et U, aigus, justifient sans doute "la colère ou les ivresses pénitentes" ainsi que les "cycles, vibrements divins des mers virides". Le U (orangé) de "suprême clairon" est magnifiquement présent. E est un son médium, adapté à la description de "E blanc", qui évoque la lumière calme. O et A, voyelles graves, sont également pertinentes dans "A noir" et dans "O bleu".



8 votes

Commentaires

jeudi 17 octobre 2013 à 06h24

Paterne Berrichon très tôt a pu écarter l’idée d’une simple transposition d’un Abécédaire dans le Poème. Celui-ci était artiste-peintre par ailleurs, et son jugement notamment quant aux rapport de Rimbaud à Cézanne était très sûr ; malgré toutes les critiques qu’on a pu lui adresser dans un certain anti catholicisme.
Il est très juste de noter que l’adjectif qui est associé, ne contient pas la voyelle en question. Pareillement, que le U et le O de la fin du poème sont inversés au regard de l’alphabet. Ou enfin, que le choix des couleurs (additives et non picturales, sans qu’on sache pourquoi) écarte donc le jaune..
Bref tout se passe, comme si à chaque fois on butait sur quelque chose d’illogique, et qui serait imposé d’ailleurs ; qui trouverait son explication dans une extérieur à ce simple "bon sens"…
Oui, mai quoi ?
Là comme ailleurs, l’interprétation que l’on a pu nous donner de Rimbaud nous a toujours égaré, pour comprendre tant soit peu cela. C’est à dire qu’il faut revenir à cette idée d’un anti catholicisme (véhiculé en premier lieu par L. Aragon) qui loin d’avoir apporté une science de cette poésie (avec les "Lumières"…) aura tout obscurci. C’est le préalable aujourd’hui.
Même si, ça peut paraître étrange de le dire ainsi, et de s’en tenir là pour l’instant… (seulement)
Disons, que la compréhension de Voyelles, n’est absolument pas différent des Mains de Jeanne Marie, ou de Un Cœur sous une soutane…
voir : Marc Solitaire, "vierge au bol… Vierge au Globe/ Prolégomènes au Paris d’Arthur Rimbaud ; Août 2013

Logo de Neimad
vendredi 22 février 2013 à 10h27 - par  Neimad

Votre hypothèse semble tenir debout.

On peut aussi dire Rimbaud avait le don de synesthésie, qui est la faculté d’associer les mots et les couleurs. Cela facilite en particulier la mémorisation… mais Rimbaud aurait eu l’idée d’en faire un sujet de poésie.

Publications

Brèves

28 mars 2011 - Les Incas sont sur France 5

Un documentaire sur les Incas, ce soir sur France 5, à 23h40. L’orientation de ce documentaire (...)

21 mars 2011 - "Les premiers pharaons" sont sur France 5

Dans le cadre de la série "Civilisations disparues", France 5 rediffuse ce soir le 21 mars à (...)

7 mars 2011 - Civilisations disparues sur France 5

Civilisations disparues. Le mythe de Troie. Film de Jens Nicolai (Allemagne, 2009). Un (...)

22 octobre 2010 - 2012, la conspiration de l’apocalypse

D’abord intrigué par la lecture d’un article annonçant la fin brutale et inexpliquée de la (...)

13 octobre 2010 - Utopiales 2010

La prochaine édition des Utopiales, festival international de science-fiction de Nantes, aura (...)