Poster un commentaire à la suite de l'article...

dimanche 16 janvier 2011
par  Neimad

Le don de voyance et la vision à distance, supercherie ou réalité ?

Les voyants et télépathes existent-​​ils vraiment ?

En réponse à...

Logo de Benjamin Becquerel
dimanche 15 juillet 2012 à 09h29 - par  Benjamin Becquerel

La voyance est la capacité hypo­thé­tique à per­cevoir une infor­mation dans l’espace et dans le temps en dehors de l’usage des cinq sens. C’est est une forme de divi­nation dont on trouve l’existence dans les civi­li­sa­tions les plus anciennes : ainsi, on peut trouver le Veda dans la culture indienne du 15ème siècle avant JC ; les Augures et Harus­pices chez les Gréco-​​Romains dans l’Antiquité occi­dentale ; ou encore l’Astrologie dans l’Europe du Moyen-​​Age.

La gnose de Prin­ceton est un livre écrit par l’auteur français Raymond Ruyer et publié en 1974. Ce phi­lo­sophe a en effet compris que "La révé­lation des choses cachées ou le dévoi­lement de pseudo-​​faits mys­té­rieux fait vendre depuis le début du monde, et pas seulement en phi­lo­sophie". Ce livre à succès, certes facile à lire et marqué d’humour, n’en reste pas moins un canular qui a fasciné nombre de lec­teurs crédule dans un courant de pensée initié dans les années 1960 par des scien­ti­fiques de l’Université de Prin­ceton, Etats-​​Unis.

Le projet Stargate est le nom de code d’un des dif­fé­rents sous-​​projets établis par le gou­ver­nement fédéral des États-​​Unis pour étudier la réalité et les appli­ca­tions poten­tielles tant mili­taires que civiles, des phé­no­mènes psy­chiques, en par­ti­culier "la vision à dis­tance", la capacité visant à « voir » psy­chi­quement des événe­ments, des sites ou des infor­ma­tions à grande distance.
Ce Projet secret initié en 1970 a été fina­lement aban­donné en 1995 pour raisons que les rap­ports soumis com­pre­naient une grande quantité d’informations non per­ti­nentes ; et quand les rap­ports sem­blaient ciblés, ils étaient au contraire de nature vague et générale. Néan­moins, une analyse menée par le pro­fesseur Jessica Utts a montré un "effet sta­tis­ti­quement signi­fi­catif" avec des sujets doués d’une notation de 5% à 15% de plus que le hasard.
Une question simple me vient à l’esprit, comment un projet qui a duré 25 ans et engloutis plu­sieurs mil­lions de dollars a-​​il pu arriver à cet échec c’est à dire à la conclusion de la CIA qui invoqua un manque de preuves docu­mentées et que le pro­gramme n’avait aucune valeur pour la com­mu­nauté du ren­sei­gnement ; alors que les résultats des travaux étaient exa­minés et que la visua­li­sation à dis­tance a été démontrée ?

Le voyage astral est une expression de l’ésotérisme qui désigne l’impression que l’esprit se dis­socie du corps phy­sique pour vivre une exis­tence autonome et explorer librement l’espace envi­ronnant. Outre le fait que nombre d’écrivains et de per­son­na­lités attestent de leur propre expé­rience ; on peut retrouver ce genre de témoi­gnages dans les reli­gions mono­théistes , tel dans la Bible, l’Évangile et le Coran.
Bien qu’il n’existe pas de preuve acceptée par la com­mu­nauté scien­ti­fique quant à la pos­si­bilité d’un "voyage astral" ; la pre­mière expé­rience de voyage astral contrôlée scien­ti­fi­quement a été conduite par Charles Tart, de l’université de Cali­fornie. Une cer­taine Mme Z devait lire ce qui était inscrit sur une feuille de papier et l’heure affichée sur une horloge, objets qu’elle ne pouvait atteindre, alors qu’elle se trouvait en sortie astrale. L’expérience fut une réussite car attestée par le fait que l’électroencéphalogramme enre­gistra diverses ano­malies au moment où Mme Z lu l’heure de l’horloge.
Tout le monde sem­blerait pouvoir vivre cette expé­rience à la condition de se trouver dans un certain état d’esprit et de détente par la médi­tation, les sons ou même encore les sen­teurs de parfum ; cela contri­buerait à per­mettre à la conscience de rester éveillée et ainsi de sortir du corps matériel lors d’un sommeil paradoxal.

J’ai eu moi-​​même "la chance" de vivre cette expé­rience inédite ; bien sûr après plu­sieurs ten­ta­tives pour pré­parer cet état de relaxation propice à un tel voyage. L’expérience a duré 1 à 2 min selon mon esti­mation car je n’ai pu faire l’objet d’aucune analyse scien­ti­fique. La seule chose qui me per­mette d’attester que cela est une sortie hors de mon corps ; est le fait que je me situais dans une position accroupie, en lévi­tation à environ 1 mètres du sol , et que le miroir présent dans la pièce ne reflétais pas mon image ; entre autre, une sin­gu­lière sen­sation de réel, bien que dans mon sou­venir, les objets alen­tours n’était ni précis ni prenable.


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)