Poster un commentaire à la suite de l'article...

vendredi 28 février 2014
par  syagrius

Histoire de l’Algébre

Com­prendre le terme Algèbre, son origine, son étymo­logie. Nous allons vous éclairer sur l’Al-jabr. Le saviez que le terme Algo­rithme pro­venait de Al-​​Khuwarizmi, l’inventeur du terme algèbre.

En réponse à...

Logo de Neimad
mardi 4 mars 2014 à 01h18 - par  Neimad

L’organisation des sou­rates dans le Coran étant d’origine mathé­ma­tique, comme l’ont montré les articles sur le Coran du même auteur, et cette orga­ni­sation datant pro­ba­blement du 9e siècle après JC [1], donc APRES le travail de ces mathé­ma­ti­ciens, peut-​​on dire que le Coran tire son orga­ni­sation des travaux des mathé­ma­ti­ciens arabes, et en par­ti­culier de ceux de Al-​​​​Khuwarizmi [2] ?

Ou mieux, peut-​​on dire que l’’organisation mathé­ma­tique des sou­rates a été rendue pos­sible grâce aux machines à cal­culer élaborés - ou transmis - par les Indiens ? Si l’origine de cette orga­ni­sation était d’origine indienne (et donc païenne), cela expli­querait mieux pourquoi celle-​​ci est restée cachée. Cela n’enlève rien à la beauté du résultat. Comment ceux-​​ci sont-​​ils arrivés à un tel niveau de com­plexité, avec les moyens maté­riels dont ils dis­po­saient alors ? Avaient-​​ils réussi à faire usage des qua­lités excep­tion­nelles de cer­tains autistes [3] ?

Un autre article sur les outils mathé­ma­tiques uti­lisés par les Indiens serait néces­saire pour creuser la question…

A noter que la Maison de la Sagesse où tra­vaillaient les mathé­ma­ti­ciens arabes visait également à tra­duire les textes grecs (Thalès, Pythagore, Archimède…), en par­ti­culier alexan­drins (Pto­lémée…). C’est même grâce à leurs tra­duc­tions et com­men­taires que les textes grecs ont pu être redé­cou­verts au Moyen Age et à la Renais­sance. Les savants arabes béné­fi­ciaient des connais­sances (pas seulement mathé­ma­tiques) des Grecs, qui avaient eux-​​mêmes hérités des Baby­lo­niens et des Egyp­tiens [4].

Ainsi, ce n’est pas seulement au niveau de l’Inde qui fau­drait chercher l’origine des connais­sances mathé­ma­tiques des savants arabes (et celle de l’organisation des sou­rates), mais aussi en Méso­po­tamie et en Egypte, qui sont les civi­li­sa­tions les plus anciennes.

Comme les Grecs avant eux, les Arabes ont réussi à récu­pérer avec humilité les connais­sances des autres peuples, à les com­prendre, à la syn­thé­tiser et à les déve­lopper. Il est pos­sible qu’une partie de ces connais­sances aient été occultées par l’Histoire et que cer­taines d’entre elles, qui n’étaient pas com­prises de toutes, aient été sim­plement trans­mises et rarement uti­lisées. La vision que nous aurions du niveau de connais­sances scien­ti­fiques de nos ancêtres serait limitée à la connais­sance "exo­té­rique", à celle qui peut être faci­lement divulguée, à celle qui a laissé une trace écrite.

Simple affa­bu­lation ? Cer­tains objets (les Amé­ri­cains parlent d’artefacts), comme la machine d’Anticythère, ou cer­tains monu­ments, comme les pyra­mides d’Egypte, ou cer­tains groupes de monu­ments (en Egypte, en Grèce, mais aussi en France…) posent des pro­blèmes inso­lubles aux cher­cheurs, car ils essaient d’imaginer comment de pareils objets ou monu­ments pou­vaient être construits avec le niveau de connais­sances qu’ils leur prêtent (la machine d’Anticythère serait une invention géniale mais unique, les construc­teurs des pyra­mides ne connais­saient pas pi mais une approxi­mation, etc.).

D’une cer­taine façon, on peut ranger l’organisation mathé­ma­tique du Coran parmi les "arte­facts" qui montrent que les Anciens au sens large (les Arabes, les Grecs, les Baby­lo­niens, les Indiens, les Egyp­tiens), ou en tout cas cer­tains d’entre eux, dans cer­tains milieux, en savaient plus qu’on ne pense sur les mathé­ma­tiques et sans doute d’autres domaines comme l’astronomie (mais aussi sur le fonc­tion­nement du corps humain, si on pense à l’acupuncture, au yoga, etc.).

Tout cela reste évidemment à vérifier et à tra­vailler. Il ne s’agit pas d’une vérité démontrée mais seulement d’indices, qui nous amènent à nous poser des ques­tions, comme un enquêteur le ferait.

Projet 22 n’a pas d’autre prétention.


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)