Poster un commentaire à la suite de l'article...

mardi 13 décembre 2011
par  syagrius

Nombre triangulaire

Un nombre tri­an­gu­laire a la par­ti­cu­larité de pouvoir se décom­poser en un tri­angle équi­la­téral. Nous allons aussi vous exposer le lien entre les nombres tri­an­gu­laire et les sommes consé­cu­tives de nombres. Par exemple 666 est tri­an­gu­laire de rang 36 mais il est aussi la somme des nombres de 1 à 36 de rang 8, il est en soit remarquable.

En réponse à...

Logo de Idriss
samedi 2 juin 2012 à 17h03 - par  Idriss

Je n’avait pas vu cet article alors que je donnait un lien par mail vers une étude très inté­res­sante de Jacques Cho­pineau : Les nombres dans la Bible ou il explique notamment comment les racines tri­an­gu­laire sont uti­lisés dans l’ancien et le nouveau testament.

http://​prolib​.net/​p​i​e​r​r​e​_​b​a​i​l​l​eux/b…


Des nombres et des symboles :

Sur le sujet immense de l’utilisation, dans la Bible, du sym­bo­lisme numé­rique, une brève intro­duction est indis­pen­sable. D’autant que les affir­ma­tions les plus contra­dic­toires abondent.

S’il est un sujet mal connu, c’est bien celui-​​là. On est « pour » ou l’on est « contre ». A priori. D’un côté, nous trouvons des consi­dé­ra­tions apo­lo­gé­tiques -parfois délirantes-​​ sur ces nombres mys­té­rieux qui « prouvent » ceci ou cela et, d’un autre côté, des études sérieuses qui ignorent super­bement la dimension sym­bo­lique attachée à la mise en forme de nom­breux textes bibliques.

Il est vrai que la question est com­plexe et, souvent, cette démarche est étrangère à nos modes de pensée. Il n’y a donc pas d’échappatoire : il faut expliquer les fon­dement d’un langage qui est –en soi-​​ simple, mais dont les pré­sup­posés nous sont peu fami­liers. Il faut ensuite n’exposer que des faits contrô­lables. Toute affir­mation doit être étayée par une ou plu­sieurs réfé­rences dans les textes bibliques. Libre à chacun de tirer telle ou telle conclusion de l’observation. Le cas cependant n’est pas rare de conclu­sions fausses tirées d’observations justes. Pru­dence s’impose donc !

Pour autant, négliger cette étude revient à se couper d’informations impor­tantes sur la manière dont les scribes anciens ont donné aux textes bibliques (Bible hébraïque et Nouveau Tes­tament grec, mais aussi écrits dits « apo­cryphes », juifs ou chré­tiens) une forme qu’ils jugeaient significative.

La com­pré­hension du sym­bo­lisme des nombres et l’étude de son uti­li­sation dans les textes est un domaine souvent méconnu, mais cependant bien digne d’étude. Natu­rel­lement, les obser­va­tions qui suivent (et sui­vront) ont déjà fait l’objet de publi­ca­tions et –donc-​​ d’examen cri­tique. Elles sont aujourd’hui le bien de tous. •


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)