Poster un commentaire à la suite de l'article...

dimanche 23 octobre 2011
par  syagrius

Particularité mathématique dans la gématrie hébraique

Les lettres hébraïques pos­sèdent une valeur nominale qui servait autrefois à compter. Or, il existe des rela­tions éton­nantes entre ces nombres. Est-​​ce une pro­priété mathé­ma­tique ou une volonté d’avoir créé de tels rap­ports ? Dans quel but ?

En réponse à...

Logo de aream
vendredi 23 novembre 2012 à 08h54 - par  aream

"L’alphabet hébreu dérive de l’alphabet araméen. Il a été fixé dans sa forme actuelle lors de l’exil à Babylone au 6e siècle av. J.-C."

Cela ne semble pas tout à fait exact :

L’alphabet hébraïque à fonte carrée a été fixé après le retour d’exil, lors de la pre­mière mashore (massore), au Ve siècle, vers 460 av. notre ère. (voir Esdras)

Il s’agissait alors de trans­poser le Sepher Berechit* écrit en sama­ritain et conservé intact par eux, en une suite de signes plus carrés que l’écriture sama­ri­taine dite angulaire.
* Sepher dont le texte avait été dénaturé lors de l’exil.

Sepher Berechit ou Beræ­shith : il s’agit de la version pre­mière de la Genèse. Ecrit en caractère hébraïques, il fut traduit en latin par Saint-​​Jérôme sous le nom de Vulgate, lors de son séjour en Alexandrie. Sepher veut dire livre mais aussi, par le verbe saphar : compter, énumérer. Et Berechit : Principe, de là : In Prin­cipio (Vulgate) :
En résumé : compter, énumérer ce que constitue le Principe (de la création ou Genèse)


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)