L’initiation de "tcheud" chez les Tibétains

vendredi 5 novembre 2010
par  Neimad
popularité : 100%

Logo de l’article : masque tibétain en vente sur la bou­tique de Jade.

Dans son livre Mys­tiques et magi­ciens du Tibet (Plon, 1929, coll. Pocket 1980, 1996), l’exploratrice Alexandra David-​​Néel (18681969) raconte son voyage au Tibet, les légendes qu’elle a entendues et les expé­riences étranges qu’elle y a pu vivre en suivant le chemin des moines.

L’une de ces anec­dotes est inté­res­sante pour com­prendre comment fonc­tionne le monde des esprits :

Un jeune homme de ma connais­sance fut envoyé par son maître - un lama de l’Amdo - dans un ravin soli­taire, très sombre, qui passait pour être hanté par des êtres mal­fai­sants. Il devait s’y attacher lui-​​même contre un rocher ; puis la nuit venue, évoquer et défier les déités san­gui­naires les plus féroces, celles que les peintres tibé­tains dépeignent suçant la cer­velle des hommes et dévidant leurs entrailles.

Quelque grande que pût être sa terreur, il lui était ordonné de résister à l’envie de se délier pour s’enfuir et de demeurer à la même place jusqu’après le lever du soleil.

Cette pra­tique est, pour ainsi dire, clas­sique et sert de début à maints novices tibé­tains sur le sentier mys­tique (p. 137).

Le but de cette ini­tiation est de rendre incrédule et intrépide le futur moine. Mais cer­tains dis­ciples meurent de peur ou déchirés par un tigre (ou par un démon-​​tigre).


GIF - 92.2 ko

J’ai eu l’occasion de m’entretenir avec un ermite de Ga (Tibet oriental), nommé Kouchog Want­chéen, des cas de mort subite sur­venue pen­dants les évoca­tions d’esprits malfaisants.

Ce lama ne sem­blait guère enclin à la super­stition et je crus qu’il allait m’approuver lorsque je lui dis :

« Ceux qui sont morts sont morts de peur. Leurs visions sont l’objectivation de leurs propres pensées. Celui qui ne croit pas aux démons ne sera jamais tué par eux. »

A mon grand étonnement, l’anachorète répliqua d’un ton singulier :

« D’après, il suffit de ne pas croire à l’existence des tigres pour n’être jamais dévoré par l’un deux, si l’on passe à sa portée. »

Et il continua :

« Qu’elle s’opère consciemment ou incons­ciemment, l’objectivation des formes men­tales est un procédé très mys­té­rieux. Que deviennent ces créa­tions ? Ne peut-​​il pas se faire que comme les enfants nés de notre chair, ces enfants de notre esprit échappent à notre contrôle et qu’ils en viennent, soit avec le temps, soit sou­dai­nement, à vivre d’une vie propre ?

« Ne devons-​​nous pas aussi consi­dérer que s’il est pos­sible d’engendrer ceux-​​ci, d’autres que nous pos­sèdent le même pouvoir et, si de tels tulpas (créa­tures magiques) existent, est-​​il extra­or­di­naire que nous pre­nions contact avec eux, soit par la volonté de leurs créa­teurs, soit parce que nos propres pensées ou nos actes pro­duisent les condi­tions requises pour que ces êtres mani­festent leur pré­sence et leur activité ?

« Comme com­pa­raison, ima­ginez une rivière et, à quelques dis­tances de sa rive, une pièce de terre sèche où vous demeurez. Les poissons ne s’approcheront jamais de votre habi­tation. Mais creusez un canal entre la rivière et l’endroit où vous vivez, et, au bout de ce canal, un étang. Alors, avec l’eau qui coulera et rem­plira ce dernier, les poissons vien­dront aussi de la rivière et vous pourrez les voir nager devant vous.

« Il faut se garder d’ouvrir des "canaux" à la légère. Peu de gens se doutent de ce que contient le grand fond de l’univers qu’ils mettent en perce inconsidérément. »

Et plus légèrement, il conclut :

« Il est néces­saire de savoir comment se défendre contre les "tigres" dont on est le père et, aussi, contre ceux que d’autres engendrent. » (pp. 138-​​139)

Cela peut-​​il éclairer le rôle des prières que l’on trouve dans le livre des morts tibétain - et de son équi­valent égyptien ?



5 votes

Commentaires

Logo de Neimad
dimanche 20 mars 2011 à 14h45 - par  Neimad

Pour infor­mation, Alexandra David-​​Néel est une explo­ra­trice fran­çaise, née en 1868. Elle partit au Tibet en 1912, à l’âge de 44 ans. Elle vécut quatre ans à l’ermitage de Lachen, avant d’être expulsée du Tibet en 1916, car elle avait essayé d’atteindre Lhassa, capitale du Tibet, une ville interdite à l’époque.

Elle voyagea dans les dif­fé­rents pays d’Asie avant de revenir au Tibet, où elle vécut trois ans au monastère de Kumbum. Elle tra­duisit le Pra­j­na­pa­ramita qui ras­semble les textes du boud­dhislme mahayana. En 1924, elle parvint à pénétrer à Lhassa déguisée en moine men­diant. Elle fut la pre­mière euro­péenne à pénétrer la ville sainte.

Alexandra David-​​Néel s’est éteinte en France en 1969, à l’âge de 100 ans, peu de temps après avoir demandé le renou­vel­lement de son passeport ! :-O

Logo de syagrius
jeudi 17 mars 2011 à 17h51 - par  syagrius

Merci pour votre commentaire, par contre comment pouvez vous affirmer :

Actuel­lement le Japon subit les consé­quences du chan­gement vibra­toire de la terre. Qu’en est’il des humains et de leurs vieilles reli­gions ? VOnt’ils survivre ?

Sur projet22, notre approche est celle de ne pas avancer d’élément sans être sur. Le coté vibra­toire est peux être réel mais aussi com­plé­tement sans fondement.
Hélas beaucoup de char­latan use de se genre de propos, donc mieux vaut être prudent.

Avez vous des éléments concret pour sembler être sur d’écrire cela ?

Notre seul cer­titude est de dire que nous ne savons pas et que nous nous efforçons à mieux com­prendre avec une démarche scien­ti­fique tout en étant ouvert à toute possibilité.

Ce monde est à nous, changeons-​​le !

lundi 14 mars 2011 à 23h41

Je suis moi même un pra­ti­quant de la coupure (tcheud). Pour pra­tiquer plei­nement ce rituel secret, il faut réunir les trois points suivant : le loung (la trans­mission du texte), le ouang (l’initiation ou auto­ri­sation) et le tri (le sens de la pra­tique). Il est étonnant que les gens puissent parler de choses et d’autres sans savoir ni com­prendre ce qui se passe réel­lement. Il y a beaucoup de façon de vendre des livres et l’une des manières est de raconter des his­toires extraordinaires.

La vie est d’un banale et faire un livre demande des choses a raconter. A l’époque d’Alexandra, les tibé­tains étaient encore un peuple mys­té­rieux. Il ne me semble pas que notre auteur n’est passé beaucoup de temps là bas, en tout cas suf­fi­samment pour pra­tiquer plei­nement. En effet, toutes pra­tique demande du temps, d’où par exemple l’idée des retraites de longues durées. Alors Alexandra D.N est un auteur inter­ressant mais faut pas prendre les ours pour des agneaux. Restons concret et com­prenons qu’elle avait besoin de sen­sa­tionnels pour vendre.

Aujourd’hui, je dirai qu’il en est autrement. Le boud­dhisme est entrain de s’effondrer sur son propre reli­gio­nisme. D’ailleurs comme toutes les reli­gions. Il s’agit d’une nou­velle ère que nous vivons, et l’être humain n’est plus aussi docile. Il est même devenu étran­gement sage et supé­rieur surtout depuis internet qui est une ency­clo­pédie si faci­lement accessible.

Actuel­lement le Japon subit les consé­quences du chan­gement vibra­toire de la terre. Qu’en est’il des humains et de leurs vieilles reli­gions ? VOnt’ils survivre ?

Logo de A-​​sD
vendredi 5 novembre 2010 à 03h02 - par  A-​​sD

Je ne pense pas que l’on puisse associer le tcheud a un équi­valent Egyptien, le tcheud est plus une maniere d’etre dans les béné­diction de bouddha tel que l’indique le boud­dhisme et ses fondements.

Le boud­dhisme a des simi­li­tudes au taoismes, il reconnait deux entités clai­rement dif­fé­rentes qui sont le corp et l’esprit. Le tcheud est une sorte de libé­ration du corp qui permet a l’esprit de devenir sage.

Et pourtant, dans la phrase, "(ou par un démon-​​tigre).", (de mémoire, il faut que je retrouve mes écrits taoiste ou boud­dhiste) le démon n’est pas censer être négatifs… c’est la peur qui fait le travail, car le tcheu se fait dans un endroit à grande peur, pour que les émotions ressortent…

Au final, il revient à dire que aucun culte ou priete égyp­tienne n’a d’égal, car, dans le tcheu, c’est la sagesse qui les attends.

Voici mon point de vue :)

Publications

Navigation

Articles de la rubrique

Brèves

2 septembre 2016 - Marie ou Mere

Marie s’ecrie en arabe et hébreu Meryem Il faut savoir que : "Mer" en français se dit "yem", en (...)

11 février 2013 - Démission surprise de Benoit XVI

Benoit XVI a annoncé sa démission le lundi 11 février 2013 alors que per­sonne ne s’y attendait. (...)

15 septembre 2012 - Correspondance entre l’alphabet latin et l’alphabet hébraïque

A = 1 B = 2 G (G dur) = 3 D = 4 E = 5 V (O, U, W) = 6 Z (X doux, S doux français, S doux (...)