Le déluge

mercredi 6 octobre 2010
par  syagrius
popularité : 100%

Le déluge, dont récit le plus fré­quemment cité pro­vient de l’ancien tes­tament (genèse 6-​​5) "Yahvé vit que la méchanceté de l’homme etait grande sur la terre et que son coeur ne formait que de mauvais dessein.…je vais effacer de la surface du sol les hommes que j’ai créés et avec les hommes, les bes­tiaux, les bes­tioles et les oiseaux du ciel.…. mais Noé avait trouvé grâce aux yeux de Yahvé.….."

Noé fut donc prévenu et construisa une arche pour emmener "de chaque espèce d’oiseaux, de chaque espèce de bes­tiaux, de chaque espèce de toutes bes­tioles du sol, un couple viendra avec toi.……" Ensuite "en l’an 600 de la vie de Noé, le second mois le 17eme jour du mois, ce jour la jaillirent toutes les sources du grand abîme et les écluses du ciel s’ouvrirent.……"

".….il y eut un déluge pendant 40 jours sur terre,.… au bout de 40 jours …il lâcha le corbeau qui alla et vint en attendant que les eaux aient séchés sur la terre. Alors il lâcha d’auprès de lui la colombe revint vers lui dans l’arche.….…. il attendit encore 7 jours et lâcha de nouveau la colombe .…. revint vers lui sur le soir et voici qu’elle avait dans le bec un rameau tout frais d’olivier.……", en gros le mythe du déluge dans la bible. Mais nous allons nous rendre que la bible a sans doute puisé ses sources dans un autre texte soit dans l’épopée de Gil­gamesh, nous allons citer de brèves parties jusqu’au moment ou il nous parle d’un certain déluge.

L’épopée de Gil­gamesh Traduit de l’arabe et adapté par Abed Azrié, Berg inter­na­tional 1993 Celui qui a tout vu Celui qui a vu les confins du pays Le sage, l’omniscient Qui a connu toutes choses Celui qui a connu les secrets Et dévoilé ce qui etait caché Nous a transmis un savoir D’avant le déluge ….…. Gil­gamesh s’en va errer A travers les plaines, les monts et les vallées Pour un long voyage Vers son aïeul Outa - Napi­shtim Le seul sur­vivant du déluge Qui a pu recevoir des dieux la récom­pense de l’immortalité, Afin de découvrir auprès de lui le secret de la vie éter­nelle. Il ren­contre des hommes scor­pions gardant la porte de la grande mon­tagne gardant chaque jour le lever et le coucher du soleil, son sommet atteint la voûte du ciel Et à la base, sa poi­trine touche le monde d’en bas. Fina­lement l’homme scorpion le laisse entrer après avoir parlé. Mar­chant dans l’obscurité totale pendant 12 doubles heures. A 11 doubles heures l’aube com­mence, à 12 doubles heures le soleil règne, Il voit un jardin mer­veilleux, dont les arbres portent des pierres pré­cieuses…. Il ren­contre au bord de la mer Sidouri(la caba­re­tière) qui abreuve de vin les dieux, ensuite il fait connais­sance avec Our Shanabi batelier de de Outa Napi­shtim (le lointain). Il doit couper 120 perches de 60 coudées chacune et cou­vertes de bitume afin de construire un bateau Le lointain raconte son his­toire. Il a construit un bateau, dont le plancher faisait 1 ikou = 3600m2, la hauteur et ses parois 120 coudées, la lon­gueur de chacun des cotés 120 coudées. Il a fait 6 ponts, donc 7 étages, chaque étage en 9 parties … toi, tu connais Shou­rouppak, la ville située sur les bords de l’Euphrate cette ville ou depuis des temps très éloignés les dieux habitent. Un jour, les grands dieux ont décidé De faire le déluge … les dieux mêmes s’épouvantaient de la clameur du déluge. Ils s’enfuyaient devant eux Et mon­taient sur les plus hauts des cieux d’Anou, Vers le 7e ciel Les dieux ram­paient, Accroupis comme des chiens Hors du monde. …. Je vis une bande de terre Dont la hauteur etait de 144 coudées : Au pied du mont Nicir le bateau accosta. … le 7e jour, il envoya une colombe mais elle revint. Puis une hiron­delle mais revint. Le corbeau prit son vol et ne revint plus. Lorsque Enlil arriva Voyant le bateau il s’irrita Et laissa aller sa colère Contre les igigi du ciel et il dit : Comment se fait il Qu’il y ait une seule vie sauve Puisque tous les hommes devaient périr Le dieu Ninourta dit au héros Enlil : Qui d’autre que le dieu Ea Peut arranger cela ? Ou c’est Ea qui connaît le mystère des choses … (Ea) quant à moi je n’ai pas révèle le secret des grands dieux mais j’ai envoyé à Atra Hasis( le très intuitif, le plus sage en fait Outa Napi­shtim) un songe qui lui a appris le secret des dieux et main­tenant décide de son destin. Enlil monta sur le bateau Me prit la main Et me fit monter avec lui sur le bateau Il fit monter avec moi mon épouse Il devint dieux avec sa famille. .…..

Nous voyons donc que la bible n’a rien crée mais n’a fait que pour se passage emprunté un texte relatant un déluge. Mais regardons la suite, nous allons com­prendre que se texte se retrouve sur d’autres conti­nents. chez les aztèques, seuls 2 êtres ont survécu au déluge : un homme Cox­coxtli et une femme Xochiquetzal.

  • Chez les Michoa­ca­neques, le dieu Tez­cat­lipoca avait décidé d’anéantir l’humanité, seul Tezpi eut la vie sauve. A bord d’un grand bateau, son épouse, ses enfants et des animaux. Le vaisseau s’est échoué sur le sommet d’une mon­tagne. Il envoya un vautour pour savoir si les eaux etaient retiré, puis un oiseau mouche revenant avec une branche feuillue dans le bec.
  • En Amé­rique du sud, dans les Chibcas de la Colombie, un homme Bochica arriva dans la tribu encore sauvage et leur apporta la civi­li­sation (construire des huttes et vivre en société). Sa femme qui etait très belle arriva : Chia, mais mal­fai­sante, s’ingéniât à détruire l’oeuvre de son mari et déclencha par sa magie une déluge. Il la punit en l’envoya au ciel et devint la lune, puis reflua le déluge et leur donna des lois, cultiver la terre, et passa le reste de ses jours sur terre dans la contem­plation, monta aux ciel et devint un dieu. Une tribu de la terre de feu : les Pehuenche, asso­ciait les inon­da­tions à une longue période d’obscurité "le soleil et la lune tom­bèrent du ciel et le monde demeura ainsi, privé de lumière, jusqu’à ce que fina­lement, deux condors gants ramènent le soleil et la lune dans le ciel".
  • En Amé­rique du nord, chez les Lui­senos da basse Cali­fornie : inon­dation aurait autrefois recouvert les mon­tagnes et anéanti presque entiè­rement l’humanité. parmi les hurons, les Mon­ta­gnais de la famille des algon­quins racontent comment Messou ou Michabo le "grand lièvre", avait rétabli le monde après l’inondation avec l’aide d’un corbeau, d’une otarie, et d’un rat musqué.

C’est étrange de lire de tel récit, mais ce qui est le plus fan­tas­tique est de penser qu’un déluge ou cata­clysme a mis fin à une forme de civi­li­sation. Cette théorie met­trait en déroute le monde scien­ti­fique et peut être l’opinion publique. D’autant que si on retrouvait des traces concrètes, on pourrait en fin mieux com­prendre l’histoire de l’humanité.

  • Zeus extermina la race de bronze "force de géants, et des mains puis­santes sur les membres puis­sants" en punition des méfaits de Pro­méthée. En fait Pro­méthée avait fait un enfant à une femme humaine. Elle lui donna un fils Deu­calion qui régna sur le pays de Phthia en Thes­salie, et prit pour femme Pyrrha fille d’Épiméthée et Pandora. Quand Zeus prit sa fatale décision d’anéantir la race de bronze, Deu­calion averti par Pro­méthée construisit un coffre en bois en emma­gasina "tout ce qui etait néces­saire" et y prit place avec sa femme. Ils navi­guèrent pendant 9 jours et débar­quèrent sur le mont parnasse.

Apres avoir fait des sacri­fices à Zeus, il eu le droit de créer de nou­veaux humains en jetant des pierres par dessus son épaule, lui des hommes et Pyrrha des femmes.

  • Dans l’inde védique, Manu découvrit qu’il avait un petit poisson dans le creux de sa main le supplia de lui laisser la vie sauve. Il devint gros et le mit dans un lac, encore trop gros dans la mer. Or le poisson etait le dieu Vishnou qui l’avertit du déluge et lui envoya un grand bateau et le chargea d’y mettre 2 spé­cimens de chaque espèce vivante et de graines. Selon les chinois, il y a eu déjà 10 huma­nités ou kis, pour les boud­dhistes parlent de 7 époques ou "soleils"
  • Pour les Hopi "le premier monde a été détruit en punition de la mau­vaise conduite des hommes, par un feu dévas­tateur qui vint du ciel et de la terre. Le deuxième monde prit fin quand le globe ter­restre a dévié de son axe et que tout fut recouvert de glace. Le troi­sième monde a été anéanti par un déluge uni­versel. Le monde actuel est la qua­trième. Son sort dépendra de la conduite ou non conduite de ses habi­tants en conformité avec les vues du créateur"
  • En Iran pré­is­la­mique, trois création. La pre­mière etait pure et sans péché, la seconde équi­librée car l’esprit méchant ou Angra Mainyu déclara la guerre à Ahura Mazda, le dieu sacré, la troi­sième dominé par le mal. Pendant l’age d’or Ahura Mazda avait crée un endroit fabuleux : Airyana Vaejo, jardin des délices et fut trans­formé en désert inhos­pi­talier ou sévit un hiver de 10 mois après l’intervention de Angra Mainyu. "la pre­mière des contrées que j’ai déjà crées, moi Ahura Mazda fut l’Airyana Vaejo, un paradis fertile… puis Angra Mainyu, qui est le génie de la mort créa le contraire, un serpent redou­table, et le froid. L’été ne dure main­tenant que 2 mois et l’eau, la terre et les arbres sont glacés… partout tombe une neige épaisse, c’est le plus ter­rible des fléaux" dans l’Avesta ou Ahura pré­vient Yima contre Angra Mainyu.
  • Les araucans du Chili "le déluge etait le résultat d’éruptions vol­ca­niques accom­pa­gnées de vio­lents trem­ble­ments de terre". En Scan­di­navie, une vieille géante mit au monde une portée de jeune loup dont le père est Fenrir. L’un d’eux pour­suivit le soleil et finit au bout de quelques saisons par l’atteindre. l’astre prit une couleur rouge sang, puis dis­parut entiè­rement. Puis le monde fut plongé dans un ter­rible hiver. Le frère tua le frère….le loup Fenrir avait été enchaîné par les dieux, rompit les liens et le monde trembla. L’arbre repré­sentant l’axe de la terre : Ygg­drasil (un frêne) fut ébranlé. Les mon­tagnes s’ouvrirent en deux… Aban­donnés par les dieux, la race humaine fut balayé de la terre, la terre elle même changea de forme. "déjà les étoiles déri­vaient dans le ciel et tom­baient dans le vide béant.." le géant Surt mit le feu à la terre…. Et alors toutes les rivières et mers débor­dèrent. Cer­tains homme sur­vé­curent enfermés dans l’arbre Yggdrasil.

Trop de parallèle de part le monde nous amène à remettre en cause notre his­toire. Pour résumer, il y aurait donc une civi­li­sation pos­sédant un cer­taine connais­sance, pouvoir, assimilé à des dieux. Les sou­venirs ont fait de ses peuples des dieux vus qu’une grande parti de l’humanité etait tombé dans le chaos. Cette civi­li­sation aurait dis­parut du un cata­clysme (déluge, fonde des glaces, grand froid cf une his­toire de gla­ciation,) du à l’arrogance des hommes ayant entraîné la punition des dieux. Il serait étrange et si de se drame la tra­dition aurait fait en sorte de montrer que l’homme est cou­pable de part ses actes alors qu’il ne s’agissait pro­ba­blement que de phé­no­mènes naturel.

Bibliographie

L’Épopée de Gil­gamesh : texte établi d’après les frag­ments sumé­riens, baby­lo­niens, assy­riens, hit­tites et hourites. – Traduit de l’arabe et adapté par Abed Azrié. – Paris : Berg Inter­na­tional, 2001. – 126 p. – ISBN 2-911289-34-X. – [Introduction, Texte, Mytho­logie, Tra­duc­tions]. - Cote BAnQ : 872.13 G473e 2001.

Forest, Jean-Daniel. – L’Épopée de Gil­gamesh et sa pos­térité : intro­duction au langage symbolique. – Paris : Paris-​​Méditerranée, 2002. – 686 p. – ISBN 2842721462. - Cote BAnQ : 892.13 G473f 2002.

Abed Azrié a enre­gistré des extraits de l’Épopée de Gil­gamesh - réédition en 2005, sous étiquette Doumtak (NTCD806). – Chants en arabe, tra­duits en anglais et en français dans le livret. – ISMN 826596028064. - Cote BAnQ : MON 9 A997e.


5 votes

Commentaires

Logo de Hourdsage
dimanche 21 septembre 2014 à 18h43 - par  Hourdsage

Le sou­venir du "Déluge" est plus ou moins uni­versel et serait le fruit de trans­mis­sions orales chez les pre­miers hommes témoins de la toute der­nière dégla­ciation. Je vous recom­mande l’excellent et très docu­menté travail du jour­na­liste Graham Hancock sur "Les civi­li­sa­tions englouties". Un travail métho­dique, sérieux, complet, appuyé sur des recherches scien­ti­fiques sérieuses faites par des gens com­pé­tents mais bien évidemment le tout ne cor­res­pondant pas à la "vulgate" de l’establishment uni­ver­si­taire his­to­rique, Hancock a été tel­lement attaqué mes­qui­nement et bien évidemment jamais en face qu’il a finit par renoncé à des livres sérieux pour faire passé ses thèses et ques­tion­ne­ments au travers de romans, afin d’avoir la paix. C’est bien triste.

Logo de remadi
samedi 8 février 2014 à 12h58 - par  remadi

Bonjour Neimad

la tra­dition = l’histoire

Merci

Publications

Brèves

2 septembre 2016 - Marie ou Mere

Marie s’ecrie en arabe et hébreu Meryem Il faut savoir que : "Mer" en français se dit "yem", en (...)

11 février 2013 - Démission surprise de Benoit XVI

Benoit XVI a annoncé sa démission le lundi 11 février 2013 alors que per­sonne ne s’y attendait. (...)

15 septembre 2012 - Correspondance entre l’alphabet latin et l’alphabet hébraïque

A = 1 B = 2 G (G dur) = 3 D = 4 E = 5 V (O, U, W) = 6 Z (X doux, S doux français, S doux (...)