Manifeste du collectif espagnol Democracia Real Ya

dimanche 10 juin 2012
par  Neimad
popularité : 2%

 Le contexte


Suite à l’éclatement de la bulle immobilière en 2008, les banques espagnoles et à la spéculation des marchés financiers sur la dette espagnole, le chômage est passé de 20% dans la population active. Les jeunes sont plus touchés par le chômage, la précarité et les bas salaires puisqu’aujourd’hui encore, un jeune sur deux est sans emploi.

L’Espagne avait entreprise une série de plans d’austérité [1] : 27 milliards d’euros en mars 2011, passés à 50 puis à 65 milliards. Les économies portent sur la baisse des salaires de fonctionnaires, la baisse des retraites, la diminution des allocations familiales, les coupes dans dépenses publiques…

Avec l’appui de 500 associations [2], le collectif Democracia Real Ya ("Pour une réelle démocratie maintenant") lancent un appel auprès de 58 villes espagnoles pour manifester le 15 mai 2011. Ils occupent place Puerta del Sol ("La Porte du Soleil") à Madrid, à la manière de la place Tahrir au Caire lors de la révolution égyptienne en janvier 2011. Pendant plus d’une semaine, nuit et jour, des milliers de personnes se réapproprient l’espace public. Les Indignés ("Los indignados") [3] veulent faire pression sur le gouvernement socialiste avant les élections du 22 mai 2011. Il avait également pour but de trouver des solutions locales aux problèmes du chômage et de la pauvreté. Ils ont ainsi créer un Plan de Sauvetage Ville


JPEG - 30.7 ko

Ils continueront à manifester après les élections, car le gouvernement de droite qui succédera aux socialistes annoncera un nouveau plan d’austérité de 8,9 milliards d’euros [4]…

Hier, l’Espagne a demandé le soutien de l’Union européenne pour ses banques. L’UE a accepté de soutenir le pays à hauteur de 100 milliards d’euros [5]. Le plan d’aide implique une mise sous tutelle de l’Etat espagnol de la part de l’UE et du FMI, comme cela s’est passé pour la Grèce. Le plan d’aide qui sera mis en place sera-t-il un plan de croissance ou un nouveau plan d’austérité ? Dans ce dernier cas, il faudra s’attendre à de nouvelles manifestations des Espagnols indignés.


PNG - 444.4 ko Manifestation à Bilbao


 Le manifeste


Nous sommes des gens comme les autres.

Nous sommes comme toi : des gens qui se lèvent le matin pour étudier, pour travailler ou pour chercher du boulot, des gens qui ont des familles et des amis.

Des gens qui travaillent dur tous les jours pour vivre et donner un meilleur avenir à nos proches.

Certains d’entre nous se considèrent plus comme des progressistes, d’autres plus comme conservateurs. Certains sont croyants, d’autres non. Certains d’entre nous avons des idéologies bien précises, d’autres se voient comme apolitiques. Mais nous sommes tous inquiets et indignés du panorama politique, économique et social que nous voyons autour de nous. Par la corruption des politiques, des chefs d’entreprise, des banquiers. Par l’impuissance des citoyens ordinaires.

Cette situation nous fait du mal, quotidiennement. Mais si nous sommes tous unis, nous pouvons la changer. Il est l’heure de se mettre en mouvement, il est l’heure de construire entre nous tous, une société meilleure. Pour cela, nous soutenons fermement ce qui suit :

  • Les priorités de toute société avancée sont l’égalité, le progrès, la solidarité, le libre accès à la culture, la soutenabilité écologique et le développement, le bien-être et le bonheur des personnes.
  • Il existe des droits de base qui devraient être couverts dans ces sociétés : le droit au logement, au travail, à la culture, à la santé, à l’éducation, à la participation politique, le libre développement personnel, le droit de consommer les biens nécessaires pour une vie saine et heureuse.
  • Le fonctionnement actuel de notre système économique et gouvernemental n’aborde pas ces priorités et est un obstacle pour le progrès de l’humanité.
  • La démocratie part du peuple (demos = peuple, cratie = pouvoir) ainsi le gouvernement doit servir le peuple. Pourtant, dans ce pays, la plus grande partie de la classe politique ne nous écoute même pas. Leurs fonctions devraient consister à porter notre voix aux institutions, à faciliter directement la participation politique des citoyens en apportant le meilleur bénéfice pour la société entière, pas de s’enrichir à nos frais, en participant uniquement aux diktats des grands pouvoirs économiques et en s’accrochant au pouvoir par une dictature de “partis” conduite par l’acronyme inamovible PPSOE [6].
  • Le désir et l’accumulation de pouvoir entre quelques mains génère des inégalités, de la frustration et de l’injustice, ce qui conduit à la violence, que nous rejetons. Le modèle économique actuel, dépassé et contrenature grippe le système social en le transformant en une spirale qui s’autodétruit en enrichissant peu de personnes et en soumettant le reste de la population à la pauvreté et aux pénuries. Jusqu’à l’effondrement.
  • La volonté et le but de ce système est l’accumulation d’argent, gagné sur l’efficacité et les bien-être de la société, en gaspillant les ressources, en détruisant la planète, en générant du chômage et des consommateurs mécontents.
  • Nous, citoyens, sommes pris dans l’engrenage d’une machine destinée à enrichir une minorité qui ne connaît pas nos besoins. Nous sommes des anonymes, mais sans nous rien de tout cela n’existerait, puisque c’est nous qui faisons bouger le monde.
  • Et si, en tant que société, nous apprenions à ne pas confier notre avenir à une rentabilité économique qui profite toujours plus du bénéfice de la majorité, nous pourrions éliminer les abus et manques dont nous souffrons tous.
  • Il est nécessaire d’avoir une Révolution Ethique. Nous avons mis l’argent au-dessus de l’Etre Humain alors que nous devrions le mettre à notre service. Nous sommes des personnes, pas des marchandises. Je ne suis pas seulement ce que j’achète, mais aussi pourquoi j’achète et à qui j’achète.

Pour tout ce qui s’est passé, je suis indigné.

Je crois que je peux le changer

Je crois que je peux aider

Je sais, que unis, nous pouvons

Viens avec nous. C’est ton droit.


PNG - 255.6 ko
___

 Ce monde est à nous, changeons-le !



[1] Voir http://www.lefigaro.fr/conjoncture/…

[2] Parmi lesquelles ATTAC, Anonymous, les NoVotes, Juventud sin Futuro… Ils refusent par contre le soutien des partis politiques et des syndicats.

[3] Les Indignés espagnols se reconnaissent dans l’appel du manifeste de Stéphane Hessel, "Indignez-vous". Voir notre critique : http://www.projet22.com/livres-et-f…

[4] Voir http://www.rfi.fr/europe/20111230-e…

[5] Voir http://www.lepoint.fr/monde/l-espag…

[6] Acronyme équivalent à l’UMPS en France : UMP et PS réunis.


3 votes

Commentaires

Logo de Gomez Addams
dimanche 10 juin 2012 à 19h20 - par  Gomez Addams

Et pourtant ! La constitution espagnole prévoie de subordonner l’économie à l’intérêt général !

Article 128
1. Toute la richesse du pays dans ses différentes formes et quelque soit son appartenance est subordonnée à l’intérêt général.
2. L’initiative publique est reconnue dans l’activité économique. Une loi pourra réserver au secteur publique des ressources ou des services essentiels, tout particulièrement en cas de monopole, et décider également le contrôle d’entreprises lorsque l’intérêt général l’exigera.

Publications

Brèves

24 septembre 2015 - L’Arabie Saoudite nommée à la tête du panel du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

L’Arabie saoudite, reconnu par l’ONU et la Ligue des droits de l’homme (LDH) comme un pays peu (...)

26 avril 2015 - L’UE autorise les OGM de Monsanto

Vendredi 24 avril 2015, l’Union Européenne autorise l’importation et la commercialisation de 19 (...)

20 avril 2015 - Il critiquait la fraude sociale et cachait 1,5 millions au fisc

Le député UMP, Dominique Tian, était connu pour sa virulence à l’encontre des fraudeurs au RSA, des (...)

3 février 2015 - Coïncidence malheureuse : tous ces livres qui brûlent...

Le vendredi 30 janvier 2015 : une incendie à la plus grande bibliothèque universitaire de Russie, (...)

3 février 2015 - 1% des plus riches possèdent plus de 50% de la richesse mondiale

Le chiffre ne cesse de gonfler : 45% en 2009, 48% en 2014… Ce chiffre, c’est le pourcentage de la (...)