Les services de renseignements russes.

mercredi 6 octobre 2010
par  syagrius
popularité : 100%

Au cours de quatre décennies, 3 lettres ont fait trembler le monde occi­dental : KGB. Ce dernier est mort en même temps que l’URSS [le décret du 11 octobre 1991 le dis­solvant]. De nos jours, ses acti­vités ont été reprises par 3 ser­vices : Le FSB, le SVR et la FAPSI.

Pour être com­plète, cette étude portera aussi sur le service de ren­sei­gnement mili­taire de l’armée russe ( le GRU). Ce dernier existe depuis plus de 70 ans et la dis­pa­rition de l’URSS ne semble guère l’avoir affecté.

1. le F.S.B.

Le " Service fédéral de sécurité " a pour mission de lutter contre l’espionnage, la lutte contre le crime organisé, le ter­ro­risme et la sub­version. D’ailleurs c’est lui qui dirige les opé­ra­tions en Tchét­chènie depuis janvier 2001 (puisque selon Moscou, il s’agit d’une " opé­ration anti-​​terroriste " et non d’une guerre.).

Le FSB compte environ 76 000 col­la­bo­ra­teurs et dispose de son propre système péni­ten­tiaire (les goulags du KGB en légè­rement plus humain).

Son quartier général est situé dans le mythique bâtiment du KGB (la " Lou­byanka " pour les intimes) et abri­terait 1500 per­sonnes. A noter aussi que le FSB a léga­lement le droit de rentrer dans tout ordi­nateur russe, lire tous les e-​​mails de leur pro­prié­taire, etc. (d’ailleurs les ser­vices anglais ont le même droit sur les sujets de sa Gra­cieuse Majesté, mais ils s’en vantent pas).

Le FSB est chro­ni­quement accusé de col­la­borer avec la mafia et de traîner dans tous les scan­dales poli­tiques russes. Tou­tefois, en matière de contre-​​espionnage, ce service n’a rien à envier au FBI et rends la vie dure aux " offi­ciers trai­tants " en poste à Moscou.

LE FSB a aussi la charge des com­mandos anti-​​terroristes, dont le fameux " Com­mando Alpha " (sorte de super-​​GIGN). Lors de l’invasion de l’Afghanistan en 1979,ce charmant regrou­pement de 24 hommes sur-​​entrainés avait liquidé les 180 soldats pro­té­geant le palais pré­si­dentiel …en ¼ d’heure (avant de liquider le gou­ver­nement afghan). De nos jours, il lut­terait prin­ci­pa­lement contre le ter­ro­risme dans les grandes villes russes et ce sont les com­mandos " Zénith " et " Grom " (éclair) qui seraient chargé de "neu­tra­liser" les isla­mistes opé­rants dans le Caucase (Tchét­chènie, Daguestan, etc.).

2. le S.V.R.

Le " service de ren­sei­gnement exté­rieurs " russe est l’émanation directe de la défunte 1ère direction du KGB. Ses acti­vités sont simples : 1) espionner les autres pays /​ 2) dérober leurs décou­vertes tech­no­lo­giques /​ 3) " rétablir le rôle de la Russie sur la scène inter­na­tionale " [Pri­makov, ex-​​premier ministre dans une allo­cution en 1995]

Ses effectifs sont évalués à 15 000 col­la­bo­ra­teurs environ et il peut compter sur la grande partie des réseaux d’espionnage que le KGB avait crée, ce qui fait de lui le MEILLEUR service au monde pour la col­lecte de ren­sei­gne­ments d’origine humaine (que l’on dis­tingue des ren­sei­gne­ments d’origine élec­tro­nique, domaine où les Amé­ri­cains sont leaders).

Le SVR est très actif dans les ren­sei­gne­ments écono­miques, indus­triels et tech­no­lo­giques (le FBI le classe comme adver­saire le plus redou­table, devant les Chinois et les Français.) et serait infiltré dans la majeure partie des indus­tries d’armement amé­ri­caine, fran­çaise, alle­mande et anglaise [d’ailleurs, beaucoup de maté­riels récents uti­lisés par l’armée russe res­semble étran­gement à des copies conformes de maté­riels occidentaux].

Il sem­blerait qu’il est utilisé l’exode massif des juifs russes en Israël après la chute de l’Union Sovié­tique pour implanter de nom­breux agents dans les pays occi­dentaux - à un agent du SVR se fait passer pour un juif (avec la cir­con­cision, le pauvre… lol), émigre en Israël et devient israélien. Par la suite, il part tra­vaille dans l’industrie de son nouveau pays (dont le niveau tech­no­lo­gique n’est plus à prouver) ou bosse à l’international … et qui irait soup­çonner des ingé­nieurs ou cadres com­mer­ciaux israé­liens d’être des espions russes ? si en plus, ils changent de natio­nalité ensuite….

La NSA estime qu’en 1997, le SVR avait récupéré (et dépassé depuis) les capa­cités de col­lection et d’analyse de l’ex-KGB, en terme qua­li­tatif et quantitatif.

3. La F.A.P.S.I.

" l’agence fédérale pour les com­mu­ni­ca­tions gou­ver­ne­men­tales et l’information du Pré­sident de la Fédé­ration de Russie " (quel nom !!!) est le dernier et le plus obscur rejeton de l’ex-KGB.

Son rôle est offi­ciel­lement la sécurité infor­ma­tique tant de l’Etat russe que des entre­prises vitales pour le pays (armement, pétrole et gaz, etc.), ainsi que d’assurer la per­ma­nence des trans­mis­sions entre le Pré­sident russe et les forces nucléaires. Tou­tefois, on soup­çonne la Fapsi d’avoir d’autres acti­vités plus secrètes (cyber-​​guerre sur Internet, intru­sions infor­ma­tiques dans les entre­prises occi­den­tales, etc.).

4. Le G.R.U.

La " Direction prin­cipale du ren­sei­gnement " fait partie de l’armée russe. Elle est donc chargée du ren­sei­gnement mili­taire (logique), mais aussi des sta­tions d’écoutes russes dans le monde entier (pas du tout logique, c’est le SVR qui devrait s’en charger…).

His­to­ri­quement, sa création remonte à celle de l’Armée Rouge en 1918 (sous le nom de " Direction du Ren­sei­gnement " qui changera souvent ensuite), ce qui fait d’elle l’un des plus anciens ser­vices au monde.

Le GRU est divisé en plu­sieurs direc­tions chacune spé­cia­lisée dans une zone géo­gra­phique (Amé­rique, Europe, etc.) dont il étudie les capa­cités mili­taires. Il gère également l’emplois des Spetsnaz

[ - à com­mandos de choc capables des mis­sions les plus diverses (sabotage, espionnage, guerre psy­cho­lo­gique, ter­ro­risme, etc.) et maî­trisant plu­sieurs langues étran­gères pour mieux se fondre dans la popu­lation du pays visé, ces der­niers sont actuel­lement le fer de lance de la guerre en Tchét­chènie (après avoir été entraînés à l’invasion de l’Europe pendant des décennies).]

Sa sixième direction est res­pon­sable de la col­lection du ren­sei­gnement élec­tro­nique. Elle exploite une ving­taine de sta­tions d’écoutes basés sur le ter­ri­toire de la C.E.I et dans des pays " amis " (Cuba, Vietnam, Nica­ragua, pays Baltes, Inde et Yémen). Ses sta­tions trans­mettent leurs infor­ma­tions jusqu’à un centre d’exploitation de Naro-​​Fominsk au sud-​​est de Moscou dont les capa­cités d’analyse (ordi­na­teurs qui cassent les codes, digèrent vos conver­sa­tions avec des dicos de mots-​​clefs, etc.) ne sont pas connues [mais sans doute très élevées, sans tou­tefois dépasser celles de la NSA amé­ri­caine]. Cette direction est en contact per­manent avec les 3 autres ser­vices russes pré-​​cités.


7 votes

Commentaires

Publications

Brèves

24 septembre 2015 - L’Arabie Saoudite nommée à la tête du panel du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

L’Arabie saoudite, reconnu par l’ONU et la Ligue des droits de l’homme (LDH) comme un pays peu (...)

26 avril 2015 - L’UE autorise les OGM de Monsanto

Ven­dredi 24 avril 2015, l’Union Euro­péenne autorise l’importation et la com­mer­cia­li­sation de (...)

20 avril 2015 - Il critiquait la fraude sociale et cachait 1,5 millions au fisc

Le député UMP, Domi­nique Tian, était connu pour sa viru­lence à l’encontre des frau­deurs au RSA, (...)

3 février 2015 - Coïncidence malheureuse : tous ces livres qui brûlent…

Le ven­dredi 30 janvier 2015 : une incendie à la plus grande biblio­thèque uni­ver­si­taire de (...)

3 février 2015 - 1% des plus riches possèdent plus de 50% de la richesse mondiale

Le chiffre ne cesse de gonfler : 45% en 2009, 48% en 2014… Ce chiffre, c’est le pour­centage de (...)