Council of Foreign Relations

samedi 16 octobre 2010
par  syagrius
popularité : 100%

 Historique

Société fondée en 1919-​​1922 à l’initiative de Edward Mendell House, éminence grise du pré­sident Wondrow Wilson. Fon­de­ments ins­pirés du socia­lisme fabien anglo-​​américain vers un mon­dia­lisme qui, par la révo­lution "silen­cieuse" (au lieu de la révo­lution par la rue), réa­lisera la grande syn­thèse entre capi­ta­lisme et socialisme.

Sigle du Council of Foreign Rela­tions (Conseil des Rela­tions Exté­rieures), groupe dis­posant de plus de 3000 membres issus de toutes les dis­ci­plines. Bien que se réclamant tota­lement indé­pendant du gou­ver­nement amé­ricain, le CFR est une véri­table force exerçant une pression sur la poli­tique étrangère des Etats-​​Unis. Il se veut un organe de réflexion sur le rôle des Etats-​​Unis dans le monde. Il serait en fait direc­tement impliqué dans la poli­tique américaine

En place depuis les années trente, il a réussi à ce qu’aucun secré­taire au Dépar­tement d’Etat, à la Défense, au Trésor, aux postes clés de ces minis­tères, dans les prin­ci­pales ambas­sades, à la direction de la CIA, ne soit choisi hors de son groupe. Depuis 1933, toute élection pré­si­den­tielle a été condi­tionnée par le CFR.

 Le C.F.R. et ses affiliations

Son quartier général est à New York dans la 68ième rue à proximité de l’ambassade de Russie ancien­nement l’ambassade Soviétique.

C’est une orga­ni­sation privée com­posée d’hommes d’affaires exé­cutifs et de leaders poli­tiques qui étudient les pro­blèmes globaux et jouent un rôle clef dans le dérou­lement de la poli­tique étrangère des USA. Le CFR est un des groupes semi-​​officiels les plus puis­sants qui s’occupent du rôle de l’Amérique dans les affaires internationales.

Ce qui est moins connu, c’est qu’il est contrôlé par un groupe élu de per­sonnes recrutées parmi des sociétés secrètes des uni­ver­sités de Harvard et de Yale : le Skull & Bones et le Scroll & Key (ce sont des asso­cia­tions dans les­quelles sont admises cer­taines per­sonnes de Harvard et de Yale, ayant passé à cette fin cer­tains rythes ini­tia­tiques et cer­tains céré­mo­niaux), qui sont elles-​​mêmes des branches de l’ordre des Illuminati.

Ces per­sonnes consti­tuent le comité exé­cutif du CFR, après avoir été admis dans une société secrète du nom d’Ordre de la Quête, aussi connue sous le nom de société JASON (l’admission dans des sociétés secrètes permet aux Illu­minati de s’assurer que leurs " recrues " sont en accord avec leurs objectifs).

Le CFR contrôle le gou­ver­nement des USA car ses membres (dont cer­tains sont igno­rants des moti­va­tions du comité exé­cutif car tous ne sont pas des adeptes des Illu­minati ou de leurs objectifs) ont infiltré à travers les années toute la branche exé­cutive du gou­ver­nement : le dépar­tement d’état, le dépar­tement de la justice, la CIA, et les mili­taires les plus hauts gradés. Jusqu’à présent, tous les direc­teurs de la CIA ont été membres du CFR. La plupart des pré­si­dents en ont été membres depuis Roo­sevelt. Les membres du CFR contrôlent la grande presse et la plupart des grands jour­na­listes amé­ri­cains en sont membres. Le CFR est une société secrète au sens où elle interdit la prise de notes ou la divul­gation d’une quel­conque infor­mation à propos de ce qui se dit lors de ses mee­tings, sous peine d’exclusion. Son but est l’instauration du Nouvel Ordre Mondial. George Bush et Bill Clinton sont des membres de la CFR, pour ne citer qu’eux.

Géné­reu­sement sub­ven­tionné par les fon­da­tions : ford -Carnégie-​​ Rocke­feller, ainsi que les trusts d’importance inter­na­tionale comme IBM -ITT-​​ Exxon. Le CFR exerce une influence pré­do­mi­nante sur le gou­ver­nement des Etats-​​Unis, sur le congrès et sur les deux prin­cipaux partis poli­tiques : le Démo­crate et le Républicain.

Les affiliés du Council on Foreign rela­tions sont des amé­ri­cains, à qui les rela­tions inter­na­tio­nales per­mettent d’exercer un contrôle étroit sur les états occi­dentaux, soit direc­tement, soit par l’intermédiaire de sociétés simi­laires ou annexes, ou d’organismes inter­na­tionaux pré­sidés par leurs membres, comme la Banque Mondiale.

Il y a der­rière tous les Pays d’Europe, der­rière toutes les construc­tions d’un pré­tendu Nouvel Ordre Mondial, les clubs et les cercles semi-​​occultes dont Henry Coston et le CEI ont de longue date, souvent de concert, dénoncé les plans et les ins­pi­ra­teurs. Enfants et adeptes de ceux qui, simul­ta­nément, ont financé le com­mu­nisme et le nazisme, offert la moitié de l’Europe au com­mu­nisme après 1943-​​1945, assuré la survie du com­mu­nisme du moment qu’il fei­gnait de se débar­rasser du sta­li­nisme, assuré le retour du com­mu­nisme depuis 1990, en empê­chant à l’Est toute "décom­mu­ni­sation" des Etats, ils veulent à présent passer à l’étape sui­vante, sous la hou­lette appa­rente "de l’Amérique" alors qu’il s’agit stric­tement d’initiés qui, à travers le CFR, se sont pro­gres­si­vement emparés de l’Amérique.

 Rôle et influence

Les principes de base du CFR se résument aujourd’hui encore à ceci :

  • 1 Commerce et aide aux pays les moins développés, même révolutionnaires ;
  • 2 Des ins­ti­tu­tions supra­na­tio­nales (en attendant un "Gou­ver­nement mondial") doivent prendre en charge : recherche, exploi­tation, dis­tri­bution des res­sources éner­gé­tiques et matières pre­mières ; ratio­na­liser le grand com­merce ; régler les conflits en obli­geant au dia­logue, en sorte qu’il n’y ait jamais ni vain­queurs ni vaincus ;
  • 3 Le communisme n’est pas l’adversaire, seulement ses excès et débordements ;
  • 4 Les sou­ve­rai­netés natio­nales doivent peu à peu dis­pa­raître dans de "grands ensembles écono­miques et géopolitiques"

Le CFR a choisi une troi­sième voie pour le moment : accé­lérer d’abord le pro­cessus du grand ensemble pan-​​américain (Canada-​​USA-​​Mexique), tout en manoeu­vrant, y compris par une guerre écono­mique plus ou moins truquée, en sorte d’obliger l’Europe, par réaction, à devenir une entité politico-​​commerciale assez forte pour sub­stituer un pouvoir supra­na­tional à ses Etats-​​Nations, sous pré­texte que le "natio­na­lisme, c’est la guerre, c’est la haine…". On laisse déli­bé­rément durer des conflits comme en ex-​​Yougoslavie pour qu’à la longue, les popu­la­tions se sou­mettent à n’imorte quelle solution, c’est à dire la solution mondialiste

En 1959, le CFR publie une étude (n°7) sou­li­gnant la nécessite "de bâtir un Nouvel Ordre Inter­na­tional" du fait que l’URSS avec Khrouchtchev a évolué vers plus de démocratie.

En 1960, Elmo Roper qui avait été un des auteurs de l’étude n°7 pro­nonce un dis­cours dans lequel il précise que "le but est un gou­ver­nement mondial" et que, sur le plan mili­taire, l’OTAN doit être utilisé dans cette vision d’avenir. Ce dis­cours sera ensuite publié à l’usage des affiliés.

Divers aléas de la poli­tique Est-​​Ouest ralen­tissent le plan, mais en 1974, Foreign Affairs, la revue du CFR publie une étude de Richard N. Gardner (CFR, Bil­derberg, Tri­la­térale), laquelle recom­mande qu’en attendant le moment

d’un gou­ver­nement mondial, l’ONU devrait pro­vi­soi­rement coiffer mou­ve­ments et orga­ni­sa­tions diverses, et uti­liser tous les moyens "d’éroder morceau par morceau les sou­ve­rai­netés natio­nales, puisqu’elles entravent la marche du mon­dia­lisme". En 1992, dès l’élection de CLINTON (quifait partie du CFR, soit dit en passant), Richard N. Gardner est devenu un de ses conseillers non officiel, mais en per­ma­nence dans les bureaux de la Maison Blanche.

En 1993, dans Foreign Affairs (sept/​oct), trois éminences du CFR, atta­chées à la Rand Cor­po­ration, demandent qu’une sorte d"élargissement de l’OTAN" soit utilisé pour pousser plus avant vers un Nouvel Ordre Mondial. Les temps ont changé, can­tonner l’OTAN à son seul rôle en Europe de l’Ouest est inutile. "l’OTAN doit ou sortir de sa zone actuelle d’activités, ou disparaître".

 Les acteurs

En dehors de David Rocke­feller, on pouvait trouver en 1998 au CFR des repré­sen­tants des Nations Unies comme Made­leine Albright, le Directeur de la Réserve Fédérale Alan Greenspan membre également de la Com­mission Tri­la­térale et Cyrus R Vance

· des députés du Congrès amé­ricain, des cen­taines de repré­sen­tants offi­ciels du Dépar­tement d’Etat, de la Maison Blanche, de l’Agence amé­ri­caine de contrôle des armes et du désar­mement, de la justice ;

· des représentants de la Banque Mondiale ;

· des direc­teurs généraux de banques et d’organismes finan­ciers comme Chase Man­hattan Bank, Citi Corp, Goldman, Sachs, Bankers Trust, Che­mical Bank, Morgan Gua­ranty, Bank America, Ame­rican Express Co.,… ;

· beaucoup de repré­sen­tants mili­taires : le Secré­taire Général de la Défense, le Super­in­tendant de l’académie mili­taire de West­point, les secré­taires mili­taires de l’armée, de nom­breux généraux et colonels de l’armée des Etats-​​Unis ;

De nom­breux jour­na­listes et res­pon­sables de groupe de médias tels que CBS, ABC, NBC, Public Broadcast Service, New York Times Co., Cable News Network, Asso­ciated Press, Reuters, Bal­timore Sun, Washington Times, Children’s TV Workshop (Sesame Street), Cable News Network, U.S. News & World Report, New York Times Co., Newsweek /​ Washington Post, Dow Jones & Co (Wall Street Journal), National Review, Readers Digest, Syn­di­cated Columnists,… ;

la plupart des diri­geants des mul­ti­na­tio­nales amé­ri­caines ou pré­sentes aux Etat-​​Unis : General Electric Corp., Exxon -Mobil Corp., Atlantic Richfield-​​Arco, Shell Oil, Co.Texaco Deere & Co, IBM, Amtrak, AT&T, Chrysler associé à Daimler, Bristol-​​Myers, Squibb Co, Dow Che­mical Co., Xerox, 3M, Cummins Engines, Pfizer, Inc., ITT Corp., Unisys Corp., Geico, Texas Ins­tru­ments, Xerox Corp., Archer Midland Daniels, Johnson & Johnson, Pepsico, The Carlyle Group, Rand Corp, RJR Nabisco, Ame­rican Inter­na­tional Group, Levi Strauss, The Coca Cola Co., Cargill, Inc, Browning-​​Ferris Ind., The Blackstone Group, Smith Kline Beecham,…



Commentaires

Publications

Navigation

Articles de la rubrique

Brèves

24 septembre 2015 - L’Arabie Saoudite nommée à la tête du panel du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

L’Arabie saoudite, reconnu par l’ONU et la Ligue des droits de l’homme (LDH) comme un pays peu (...)

26 avril 2015 - L’UE autorise les OGM de Monsanto

Ven­dredi 24 avril 2015, l’Union Euro­péenne autorise l’importation et la com­mer­cia­li­sation de (...)

20 avril 2015 - Il critiquait la fraude sociale et cachait 1,5 millions au fisc

Le député UMP, Domi­nique Tian, était connu pour sa viru­lence à l’encontre des frau­deurs au RSA, (...)

3 février 2015 - Coïncidence malheureuse : tous ces livres qui brûlent…

Le ven­dredi 30 janvier 2015 : une incendie à la plus grande biblio­thèque uni­ver­si­taire de (...)

3 février 2015 - 1% des plus riches possèdent plus de 50% de la richesse mondiale

Le chiffre ne cesse de gonfler : 45% en 2009, 48% en 2014… Ce chiffre, c’est le pour­centage de (...)