Où est Charlie ?

vendredi 9 janvier 2015
par  Neimad
popularité : 100%

Après l’assassinat de quatre des­si­na­teurs his­to­riques, de six autres membres de la rédaction de Charlie Hebdo et de deux poli­ciers (dont un policier arabe), ainsi que de nom­breux blessés, on a vit se pro­duire des réac­tions en chaîne en France, parmi les fran­co­phones de l’étranger et dans tous les pays sen­sibles à la question du ter­ro­risme, qu’il s’agisse des ras­sem­ble­ments sur les places publiques (comme pour les mani­fes­ta­tions en Grèce) ou des pro­fes­sions de foi (et parfois de haine) sur Twitter et sur Facebook. De nom­breux Inter­nautes ont d’ailleurs rem­placé leur photo de profil par "Je suis Charlie" et parfois par la double affir­mation "Je suis policier" et "Je suis Charlie". Les réseaux uti­lisent les terme de "monstre", de "bar­barie", en l’opposant à la civi­li­sation comme dans le dis­cours de Sarkozy. Les Ano­nymous également parlent de ven­geance, de bloquer les sites et les comptes Twitter des intégristes…

Tout en sou­tenant ces mou­ve­ments d’union nationale, constatons la mul­ti­pli­cation des propos de haine que nous constatons sur les réseaux sociaux, avec le risque d’une dérive poli­cière, le masque du policier ("Je suis policier") rem­plaçant celui des Anonymous…

JPEG - 27.3 ko

Le visionnage en boucle de l’attentat a produit sur la popu­lation fran­çaise la même chose que l’attaque des tours jumelles le 11 sep­tembre 2001. En passant et repassant les vidéos, en revenant sur les vic­times et leurs visages, en écoutant les témoins parler avec des larmes dans leurs yeux, nous sommes dans l’émotion et l’émotion court-​​circuite la réflexion.

JPEG - 17.1 ko

Nous avons été étonné d’entendre un phi­lo­sophe uti­liser le terme de "bar­barie", alors que la phi­lo­sophie nous apprend jus­tement que le terme "bar­barie" pro­vient d’une ono­ma­topée "bababa" que les Grecs uti­li­saient pour désigner les langues qu’ils ne com­pre­naient pas. On est tou­jours le barbare d’un autre. En les dési­gnant comme des monstres, comme des per­sonnes qui ont perdu leur statut d’humains, on joue un jeu dan­gereux car on ouvre la fois à la vio­lence et aux pogroms. Il n’y a pas d’infra-humains, il n’y a que des hommes qui font des actes inhu­mains. Il n’y a pas de monstres, il n’y a que des hommes qui font des actes mons­trueux. Hitler aussi était un homme, quoiqu’on en dise. Les nazis avaient une femme, des enfants. Ces meur­triers aussi ont eu une enfance, une mère, une famille. Que c’est-il passé, alors ? Français d’origine immigrés, ils ont pro­ba­blement été entraîné pour faire la guerre en Syrie, puis leur cible a changé : ils se sont retournés contre le pays qui les avait élevés, contre la liberté d’expression, contre des per­sonnes sans défense, contre des cari­ca­tu­ristes célèbres et aimés des Français, contre la Répu­blique elle-​​même…

JPEG - 49.7 ko

Coïncidence : le dernier dessin de Charb…

Tout le monde n’est pas dupe. Cer­tains sentent que cet attentat fera le jeu de Marine Lepen qui parlait déjà de rétablir la peine de mort sur France 2. Cer­tains accusent les arabes de n’être pas suf­fi­samment pré­sents dans les ras­sem­ble­ments, alors que ceux qui sont inter­rogés craignent d’être pris à partie… D’autres s’étonnent de voir qu’on accuse un SDF d’avoir par­ticipé à l’opération (c’est connu, les SDF sont dan­gereux…) et que les poli­ciers retrouvent la carte d’identité d’un des tueurs dans la voiture (une beau coup de chance !). Sans céder à la paranoïa, disons que les deux meur­triers n’étaient pas si pré­parés qu’on veut bien le dire : le jour de l’attentat, ils s’étaient arrêtés au numéro 6 de la rue au lieu du 10. On peut sup­poser qu’ils n’avaient pas repérés les lieux, mais qu’ils avaient sim­plement su grâce à une tiers per­sonne que les membres du journal sati­rique se réunis­saient tous les mer­credi. En soi, cela ne demande pas une orga­ni­sation par­ti­cu­lière. Par contre, les soldats savaient mani­puler leurs armes et ont abattu un policier de sang froid…

JPEG - 42 ko

Il est heureux de constater le col­lectif réagir dans une société que l’on dit indi­vi­dua­liste. On retrouve ici une forme d’humanisme, réduite à l’humain (sans idéo­logie). Peut-​​être une expression de l’ère du Verseau ? On voit aussi à quelle vitesse Internet relaie l’information. Les réac­tions se font "épider­miques", dans l’instant. Mais dureront-​​elles ? Sûrement, car la chose est grave et elle aura des consé­quences, même si l’arrestation rapide de ces hommes peut réduire la psy­chose qui menace de s’installer.

JPEG - 177 ko

Non, Charlie Hebdo n’est pas mort, il conti­nuera à paraître avec ceux qui restent, et nous serons soli­daires avec lui, nous défen­drons les cari­ca­tures de Mahommet, même si nous ne sommes pas néces­sai­rement d’accord avec tout ce qui se dit : au nom de la liberté d’expression, au nom de la laïcité aussi. Comme le disait Dalil Bou­bakeur, recteur de la grande mosquée de Paris et pré­sident du Conseil français du culte musulman : "Si on n’est pas d’accord, il faut com­battre l’art par l’art". La vio­lence n’est pas une réponse. C’est pourtant celle-​​ci qu’on entend dans la bouches de nom­breuses per­sonnes qui parlent de "ven­geance", de "repré­sailles" et de "peine de mort". Ne nous abaissons pas à leur niveau. Vous qui défendez Charlie, retrouvez l’esprit de Charlie et ses nom­breux dessins contre la vio­lence (vio­lence des inté­gristes de tout bord, vio­lences de la police, vio­lences des mili­taires, vio­lences mul­ti­na­tio­nales et des puis­sants en général.…).

JPEG - 27.8 ko JPEG - 33.2 ko

Par­tagez sur facebook, twitter ou sur votre blog, mais ne vous contentez pas d’Internet et du petit écran : parlez, rassemblez-​​vous, mani­festez, sou­tenez les journaux indé­pen­dants, lisez leurs articles, réagissez, par­ti­cipez à la vie de la cité et essayez de garder le sens du col­lectif. Ensemble, ne laissons plus passer les inci­vi­lités, dénonçons les injus­tices. N’attendons que des solu­tions toutes faites nous soient imposés par des poli­tiques, reprenons la rue, ral­lumons la flamme de la liberté et redonnons un sens à notre devise : liberté, égalité, fraternité.

JPEG - 20.5 ko

_​_​_​

Ce monde est à nous, changeons-​​le !


4 votes

Commentaires

Logo de baobab<span class=33" />
jeudi 14 mai 2015 à 01h15 - par  baobab33

vu le niveau général de votre site je m’attendais à une analyse plus poussée

com­mençons par le FN : https://​www​.youtube​.com/​w​a​t​c​h​?​v=6B_

la carte d’identité : http://​mai68​.org/​s​p​i​p​/​s​p​i​p​.​p​h​p​ ?arti…

je passe sur les dif­fé­rentes voi­tures, les poli­ciers qui se font des selfies, les cou­pures bizarres des pre­mières dif­fu­sions dans les média, le tir de la kalach’ qui passe à côté du policier étendu à terre et qui fait mani­fes­tement sem­blant d’être mort (!) mais vous auriez pu revenir sur le fou-​​rire en plein défilé

http://​www​.lalibre​.be/​l​i​g​h​t​/​i​n​solit…
(on se demande où sont les pigeons - et leur crottes ! - dans cette histoire…)

enfin, pourquoi personne ne parle de ce mystérieux suicide ?

https://​www​.youtube​.com/​w​a​t​c​h​?​v=17c…

Logo de Neimad
vendredi 9 janvier 2015 à 21h18 - par  Neimad

La télé­vision aussi relaie le terme de "bar­barie" pour désigner l’acte de ter­ro­risme de Charlie Hebdo. C’est nouveau et ce terme n’est pas anodin. Ce n’était pas ce terme qui était utilisé pour désigner les attentats à la bombe sous la IIIe Répu­blique. Ils visaient pourtant à ins­taurer la "terreur" dans la popu­lation et tou­chait des per­sonnes publiques autant que de simples citoyens…

Le terme de "barbare" n’est pas anodin, il s’oppose au mot "civilisé". C’était dans sens que l’utilisaient les Grecs qui l’ont inventé, c’est également dans ce sens que l’a utilisé Sarkozy dans son dis­cours à la suite des événements :

"les gens civi­lisés à s’unir face à cette bar­barie fanatique"
"C’est une guerre déclarée à la civilisation"

Rachida Dati, ancienne garde de sceaux sous Sarkozy et élue du VIIe arron­dis­sement de Paris, conteste cette idée :

« Ca n’est pas une guerre de civi­li­sation », répète-​​t-​​elle. « De quelle civi­li­sation parle-​​t-​​on ? Daech, c’est une civi­li­sation ? Le nazisme était une civi­li­sation ? Non ! », martèle l’élue du VIIe arrondissement.

Ecouter le postcast

Logo de remadi
vendredi 9 janvier 2015 à 16h28 - par  remadi

Bonjour Neimad

Moi je déraie, merci Charlie .

Merci

Publications

Brèves

24 septembre 2015 - L’Arabie Saoudite nommée à la tête du panel du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

L’Arabie saoudite, reconnu par l’ONU et la Ligue des droits de l’homme (LDH) comme un pays peu (...)

26 avril 2015 - L’UE autorise les OGM de Monsanto

Ven­dredi 24 avril 2015, l’Union Euro­péenne autorise l’importation et la com­mer­cia­li­sation de (...)

20 avril 2015 - Il critiquait la fraude sociale et cachait 1,5 millions au fisc

Le député UMP, Domi­nique Tian, était connu pour sa viru­lence à l’encontre des frau­deurs au RSA, (...)

3 février 2015 - Coïncidence malheureuse : tous ces livres qui brûlent…

Le ven­dredi 30 janvier 2015 : une incendie à la plus grande biblio­thèque uni­ver­si­taire de (...)

3 février 2015 - 1% des plus riches possèdent plus de 50% de la richesse mondiale

Le chiffre ne cesse de gonfler : 45% en 2009, 48% en 2014… Ce chiffre, c’est le pour­centage de (...)