Le mot "humanisme" entre en politique

dimanche 10 juin 2012
par  Neimad
popularité : 4%

« Humanisme » sera le mot de 2012. Il aura en effet été employé par les différents candidats au moment des présidentielles et des législatives françaises de 2012.


 L’humanisme de François Hollande au moment des présidentielles


Le terme est officiel. François Hollande rappelle les "valeurs d’humanisme" lors de la cérémonie d’investiture à l’Elysée, le mardi 15 mai 2012 :

La France est une nation engagée dans le monde. Par son histoire, par sa culture, par ses valeurs d’humanisme, d’universalité, de liberté, elle y occupe une place singulière. La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen a fait le tour du monde. Nous devons en être les dépositaires et nous situer aux cotés de toutes les forces démocratiques du monde qui se recommandent de ses principes.

 [1]

 

Lors de son discours du 6 mai 2012 à Tulle, pour fêter sa victoire, le Président saluait les socialistes et les "humanistes" :

Là, au moment où je vais l’exercer, je salue aussi la force politique, le mouvement que j’ai dirigé. Je suis socialiste, j’ai toujours voulu le rassemblement de la gauche, mais plus largement le rassemblement des républicains et je salue les humanistes qui ont permis aussi notre victoire ce soir.

 [2]

 

Il avait déjà utilisé ce terme dans une interview avant les élections donnée au Pellerin Magazine (n°6750) au mois d’avril :

Je crois aussi à l’idée de mérite. Il sous-entend un effort qu’il faut toujours encourager. La société doit accompagner cet effort. Est-ce une valeur ? C’est ma forme d’humanisme.

 [3]

Dans le même article, Jean-Luc Mélenchon utilisait trois fois le mot « humanité », ainsi que celui de "dignité" [4].

Le terme "humaniste" avait été employé à la même période par Nicolas Sarkozy. Il avait réagi à l’annonce de la mort du réalisateur Claude Miller le 4 avril 2012 en le décrivant comme un « véritable humaniste » [5].

S’il fallait remonter à la première mention du mot "humanisme" dans le discours d’un candidat, ce ne serait ni M. Hollande, ni M. Sarkozy qu’il faudrait citer, mais François Bayrou qui a définit l’humanisme comme "un projet à part entière" dans son discours de clôture du 11 février 2012 :

Si l’on me demande en un mot, un seul mot, de dire quel est le but ultime de la société que nous voulons construire, je répondrai « humanisme ». L’humanisme est un projet à part entière. Il considère que la personne humaine, dans son émancipation des aliénations qu’on lui impose, dans sa liberté, dans la reconnaissance qu’on lui doit et qu’elle doit aux autres, dans son bien-être, dans sa capacité créatrice, est l’horizon des sociétés dans lesquelles il vit (…). C’est pourquoi nous pensons qu’humanisme signifie en même temps liberté et solidarité.

(…) La liberté et la solidarité sont donc les fruits de politiques, décidées en commun, soutenues, encouragées et parfois conduites directement par la puissance publique. La France est ce pays, qui sous le nom de République, a fait de l’humanisme son idéal national.

Nous allons montrer que l’humanisme ne se divise pas ! Nous allons montrer que l’humanisme sait se battre ! Nous allons réarmer l’humanisme comme force de combat.

 [6]


AGENDA 2012/2020, discours de clôture, réponse à… par bayrou

Le concept était à ce point investi par le Modem qu’il avait rassemblé ses propositions dans un livret de 52 pages intitulé : "Le projet humaniste". L’intérêt de cette utilisation politique est que l’humanisme est décliné en propositions concrètes [7].


 L’UMP et le Modem reprennent le terme d’humanisme au moment des législatives


Le terme "humanisme" a aussi été utilisé comme slogan par plusieurs candidats aux législatives, tels que François Pinte, le président de l’UMP 44 :

« Nous voulons préserver un modèle de développement qui ne laisse aucun citoyen, aucun territoire au bord du chemin. Voilà l’humanisme auquel nous sommes attachés ».

 [8]


JPEG - 26.8 ko

Philippe Fintoni, candidat du Modem aux législatives en Loire-Atlantique répond à François Pinte refuse que l’UMP s’approprie le concept :

Derrière François BAYROU nous présentons un projet de société qui se résume en un mot, l’humanisme : mettre au centre de nos préoccupations, non pas l’argent ou l’Etat, mais l’humain. (…) Les humanistes que nous sommes, refusons de faire des citoyens en situation de faiblesse, les responsables des mauvais choix des gouvernants. M. Boennec et ses amis de l’UMP ne font plus illusion. Et se déclarer "droite sociale ou humaniste" quand leurs déclarations et leurs actes vont à l’opposé serait faire preuve d’un grand cynisme et de peu de respect des électeurs.

 [9]


 Raffarin lance "le mouvement des humanistes"


Jean-Pierre Raffarin a annoncé la création d’un "mouvement des humanistes" au sein de l’UMP le 2 mai 2012 :

Je peux vous annoncer que ma famille politique, qui est celle des humanistes de l’UMP, nous allons nous organiser en mouvement et nous allons répondre à cet appel de la diversité (…). Il y a une droite populaire, elle est légitime, elle est républicaine, mais il y a aussi des humanistes. Dans la vie politique, et notamment pour les législatives, il faut qu’on puisse trouver cette sensibilité de l’UMP qui est diverse.

 [10]

Cela est confirmé le 7 mai par le sénateur Alain Foucher qui appellait à « se recentrer sur les valeurs humanistes et sur la valeur travail » [11].

Le député Michel Grall, du Parti Radical, rejoint le mouvement et explique :

Mardi 12 octobre 2011, avec 108 collègues parlementaires, dont nos amis du Parti Radical, nous avons lancé le mouvement des humanistes de l’UMP, sous l’impulsion de Jean LEONETTI et de Marc LAFFINEUR.

Notre objectif est de remettre l’homme au cœur des préoccupations, d’aller vers une solidarité renforcée, vers plus de tolérance, d’assurer le respect de la laïcité, de défendre notre projet européen et la vocation internationale de la France.

Nous soutenons l’action du Président de la République. Nous sommes clairement à l’intérieur de l’UMP et allons dès les prochaines semaines apporter notre contribution au projet de la majorité présidentielle.

Le terme d’humanisme, après avoir été galvaudé par les différents partis politiques, permet ainsi à certains parlementaires de tenter une ouverture sur la gauche. L’UMP s’était en effet divisée lors des présidentielles après qu’une partie de ses membres, la "droite populaire" dont parlais Raffarin, avait tenu des propos d’extrême-droite, sur l’immigration notamment, afin de séduire les électeurs du FN [12]


 Les relations entre l’humanisme et la politique


Les mots "humanisme" ou "humaniste" ont permis aux candidats de s’adresser à tous les hommes, sans différence de sexe, d’âge, de catégorie sociale, de religion ou de parti politique. En réalité, cette référence permettait de dépasser le cadre des élections présidentielles pour s’adresser aux hommes des autres nations [13], de leur indiquer le rôle de la France dans l’histoire du monde. C’est pourquoi elle accompagnait systématiquement chez François Hollande une référence à la Révolution française, qu’il s’agisse de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen (discours du 15 mai) ou à la devise de la République française (discours du 6 mai).

Le Président de la République française parlait des "valeurs de l’humanisme" sans préciser quelles étaient ces valeurs. Celles-ci peuvent-elles être nommées ? Ou s’agit-il d’une démarche plus globale, d’une philosophie en somme ?L’humanisme était un mouvement intellectuel et culturel qui se répandit en Europe autour du 15e siècle ? Le "mouvement des humanistes" lancé par l’UMP a-t-il cette prétention ?

Pour certains, l’humanisme s’oppose à la pensée marxiste : la référence aux "valeurs" de l’humanisme serait une façon de masquer les véritables problèmes, les inégalités sociales et le diktat des marchés financiers… Pour d’autres, la défense des valeurs humanistes prennent l’importance d’un devoir de mémoire : elles créent des liens plus forts, dans toute l’Europe, que l’internationale ouvrière, d’invention plus récente [14].

Enfin, qui sont les humanistes auxquels se réfèrent les politiques ? Des députés, des sénateurs, des militants ? Les "valeurs de l’humanisme" doivent-elles être portées par des partis politiques, qu’il s’agisse du PS, de l’UMP, du Modem ou du Front de Gauche ? A l’époque des Lumières, les "humanistes" auraient pu désigner les Franc-Maçons, parce que les loges maçonniques ont favorisé les échanges entre les intellectuels [15]. Qui sont les humanistes de notre époque ? Ne serait-ce pas à la société civile de s’emparer de ce concept et de le faire vivre ?

Dans un article au titre prophétique, "Penser un nouvel humanisme", le philosophe Vincent Cespedes avait lancé un premier appel, encore un peu confus, en 2009 :

(…) il faut, selon moi, insister sur une révolution de pensée qui prennent en compte beaucoup plus de questions esthétiques, de poésie, de joie de vivre, de valeurs différentes, avec l’envie d’inventer une société différente, en créant du lien avec les gens, en respectant l’autre, et la nature autour de soi. Un peu de rêve, quoi !

Il y a là un nouvel humanisme à penser. Comme on pale de l’Internet 2.0, je rêve de penser les "Lumières 2.0" pour penser le monde globalisé d’aujourd’hui.

 [16]

Les propos étaient encore un peu confus, mais l’idée et les enjeux étaient déjà présents. Il s’agira pour nous, membres de Projet 22, de lancer un nouvel appel, apatride et apolitique, pour refonder un humanisme contemporain.

___

Ce monde est à nous, changeons-le !


[1] Ecouter et lire le discours dans son intégralité : http://www.elysee.fr/president/les-…

[2] Voir http://lelab.europe1.fr/t/hollande-…

[3] Voir le site du Pellerin Magazine et lire l’article en ligne : http://www.pelerin.info/Signe-des-t…

[4] Le terme de "dignité" fleurit en même temps que celui d’ "humanisme". Nous verrons dans un autre article les liens qui existent entre l’humanisme et la dignité humaine.

[5] Voir http://www.francesoir.fr/actualite/…

[6] Lire le discours de clôture du forum "Solidarité" (la retranscription du discours n’est pas toujours exacte, je conseille d’écouter en même temps la vidéo) : http://modem-colombes.over-blog.com…

[7] Télécharger "Le projet humaniste" du Modem : http://www.mouvementdemocrate.fr/vi…

[8] Voir le site de l’UMP de Loire-Atlantique http://www.u-m-p-44.org/

[9] Voir http://www.modem44.com/article-repo…

[10] Voir http://www.publicsenat.fr/lcp/polit…

[11] Voir http://www.wmaker.net/fouchealain/A…

[12] Après affirmé que l’extrême-droite était "compatible avec la République", Nicolas Sarkozy annonce sa volonté de diviser par deux le nombre d’immigrés, tandis que son ministre de l’intérieur, Claude Guéhant, a soutenu et réaffirmé le 5 février que "toutes les civilisations ne se valent pas", en écho à cette phrase prononcée par l’ancien Président à Dakar, le 26 juillet 2007 : "L’homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire. l’homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire. […] Le problème de l’Afrique, c’est qu’elle vit trop le présent dans la nostalgie du paradis perdu de l’enfance. (…) Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n’y a de place ni pour l’aventure humaine ni pour l’idée de progrès.".

[13] Y compris les sans-papiers.

[14] Voir Luc FERRY et Alain RENAUT, La pensée 68, Essai sur l’anti-humanisme contemporain, coll. « Le. Monde actuel », Gallimard, Paris, 1985.

[15] A noter l’existence d’une revue "Humanisme", éditée par le Grand Orient de France. Voir http://www.conform-edit.com/product…

[16] Interview de Vincent Cespedes, "Penser un nouvel humanisme", propos recueillis par Olivier Doubre.


1 vote

Commentaires

Logo de Neimad
lundi 15 avril 2013 à 12h14 - par  Neimad

De nombreuses personnalités se reconnaissent comme "humanistes" et reprennent le terme d’humanisme dans leurs engagements.

La dernière en date : la chanteuse Axel Red

"Je suis humaniste, ce qui inclus le féminisme. Il faut que l’on soit juste dans nos actions. On ne parle jamais de ce qui est juste."

Source : Franceinfo.fr

Autres personnalités :

  • Pierre Rabi, philosophe et créateur du mouvement "terre et humanisme" prônant une agriculture "humaniste" (agroécologie)
  • Patrick Sébastien : créateur du DARD, intitulé "rassemblement humaniste"
  • Jean-Claude Guillebaud, écrivain, essayiste et journaliste, auteur du "Principe d’humanité", etc.
  • "Marie-Claire Lechat l’humanisme contemporain", artiste et dramaturge, selon le titre donné le Télégramme (21/03/2013) : le terme d’humanisme est donné du fait de ses voyages à l’étranger et de l’influence des autres cultures sur son art
  • "Titouan Lamazou, un explorateur de l’humanisme", selon le titre donné par le magazine Espace Maroc (01/04:2013) : "Cet artiste captive l’œil et restitue avec compassion et humanité le monde âpre des femmes de part le monde et en pays berbère."
Logo de Neimad
lundi 3 septembre 2012 à 00h45 - par  Neimad

Je cite encore le Ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon :

Je n’ai pas dit instruction civique mais bien morale laïque. C’est plus large, cela comporte une construction du citoyen avec certes une connaissance des règles de la société, de droit, du fonctionnement de la démocratie, mais aussi toutes les questions que l’on se pose sur le sens de l’existence humaine, sur le rapport à soi, aux autres, à ce qui fait une vie heureuse ou une vie bonne.

Si on pense que la question de la dignité humaine est fondamentale, il doit être à l’égard de chaque élève dans une relation de respect. Il ne s’agit pas d’autoritarisme, mais d’une autorité qui se fonde sur des qualités morales et intellectuelles.

Ce qui a fait la France, c’est la déclaration des droits de l’homme. Elle dit que nous partageons tous une même humanité.

Voir : http://www.lejdd.fr/Societe/Educati…

Logo de Neimad
lundi 3 septembre 2012 à 00h32 - par  Neimad

Dans la circulaire sur l’instruction morale à l’école primaire, le Ministre écrit :

Il s’agit de transmettre les principes essentiels de la morale universelle, fondée sur les idées d’humanité et de raison, dont le respect peut être exigé de chacun et bénéficier à tous.

Voir : http://www.education.gouv.fr/pid255…

Il ne s’agit pas d’ "humanisme" mais d’ "humanité". Les deux termes indiquent le même état d’esprit, celui de replacer l’homme au centre des considérations de la société, devant la morale utilitariste qui voudrait mettre l’économie au centre. Il s’agit donc d’un mouvement général, plus large que le seul mouvement politique du Modem, même s’il en fait partie.

Logo de Olivier Desmotscrates
lundi 20 août 2012 à 22h06 - par  Olivier Desmotscrates

L’humanisme a ete jusqu’a present un courant philosophique historique, une valeur que revendiquent ceux qui veulent mettre l’homme au centre. "L’humanisme politique" est un projet de societe qui demande a etre developpe notamment a partir du Projet Humaniste du Modem qui a ete fonde sur cette ideologie. Il s’oppose au socialisme et au liberalisme (ou neo-liberalisme de nos jours), et ceux qui le portent doivent le defendre a tout prix contre les usurpateurs qui tentent de s’approprier toutes les propositions moderees, de maniere a "ratisser large" d’un point de vue electoral et s’excuser de l’extremisation de leur politique. Ils l’ont deja fait avec "le centrisme", en creant l’escroquerie qu’est le "centre-droit", et ils essayent de le faire a nouveau en banalisant l’effort ideologique que represente la creation de l’humanisme politique au sein d’un mouvement independant. A cela s’ajoute la tentative du socialisme d’evoluer vers une sociale-democratie aux relents humanistes, tout en etant bloques sur leur gauche ce qui les ralentit. A nous de ne pas les laisser faire, a nous de porter jusqu’au bout la revolution humaniste en politique.

Logo de Chris
mardi 17 juillet 2012 à 05h48 - par  Chris

Lorsque F. Hollande remercie les humanistes, c’était une façon discrète de remercier F. Bayrou d’avoir appelé à voter pour lui. Le Modem se revendiquant depuis le début (2007) comme le parti démocrate et humaniste.

Logo de Neimad
lundi 25 juin 2012 à 21h20 - par  Neimad

Une autre occurence dans Marianne (n°791, semaine du 16 au 22 juin 2012) :

A propos du silence de certains membres de l’UMP à l’égard du FN :

(…) les principes de l’humanisme qui, a priori, devraient transcender les clivages droite-gauche.

(Maurice Sazafran, in "Lettre ouverte à Nathalie Kosciusko-Morizet", page 6).

A propos de la peur de l’avenir relayé par les médias :

Il faut l’humain reprenne sa primauté.

(Jean-Pierre Letombe de Maroeuil, in "Le journal des lecteurs", page 70)

Comme quoi, l’humanisme, c’est vraiment dans l’air du temps ! :-))

Publications

Brèves

24 septembre 2015 - L’Arabie Saoudite nommée à la tête du panel du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

L’Arabie saoudite, reconnu par l’ONU et la Ligue des droits de l’homme (LDH) comme un pays peu (...)

26 avril 2015 - L’UE autorise les OGM de Monsanto

Vendredi 24 avril 2015, l’Union Européenne autorise l’importation et la commercialisation de 19 (...)

20 avril 2015 - Il critiquait la fraude sociale et cachait 1,5 millions au fisc

Le député UMP, Dominique Tian, était connu pour sa virulence à l’encontre des fraudeurs au RSA, des (...)

3 février 2015 - Coïncidence malheureuse : tous ces livres qui brûlent...

Le vendredi 30 janvier 2015 : une incendie à la plus grande bibliothèque universitaire de Russie, (...)

3 février 2015 - 1% des plus riches possèdent plus de 50% de la richesse mondiale

Le chiffre ne cesse de gonfler : 45% en 2009, 48% en 2014… Ce chiffre, c’est le pourcentage de la (...)