Faut-​​il sauver l’ONU ?

jeudi 19 juillet 2012
par  Neimad
popularité : 100%

La Chine et la Russie, membres per­ma­nents de l’ONU, ont posé aujourd’hui, 19 juillet 2012, leur troi­sième véto contre la prise de sanc­tions écono­miques contre la Syrie. Ces sanc­tions seraient en effet défa­vo­rables aux intérêts écono­miques, géos­tra­té­giques (com­prenez mili­taires) et poli­tiques de ces deux pays :

Écono­mi­quement, la Russie a réalisé plu­sieurs inves­tis­se­ments dans l’industrie de l’énergie en Syrie a 4 mil­liards d’euros de contrat pour des maté­riels mili­taires [1].

Mili­tai­rement, la Russie possède un accès dans le port de Tartou, dans l’ouest du pays. Cela lui donne une position stra­té­gique en Médi­te­rannée. La Russie a déjà envoyé plu­sieurs navires près de la côte syrienne.

Poli­ti­quement, le pré­sident Vla­dimir Poutine n’a pas intérêt à voir la révolte d’un peuple contre un pouvoir peu démo­cra­tique se trans­former en révo­lution : il a lui-​​même beaucoup affaire avec le mou­vement anti-​​Poutine [2].

La Chine, de son côté, a fait clai­rement savoir sa position par le biais de son ministre des affaires étran­gères en août 2012 :

La Chine et la Russie se com­prennent et se sont sou­tenus. La Chine a compris la position de la Syrie sur le plateau du Golan et la Syrie a compris la Chine sur des pro­blèmes qu’elle a ren­con­trées à Taïwan, le Tibet, la région du Xin­jians et les droits de l’homme.

 [3]

Pourtant, le gou­ver­nement syrien continue d’écraser la révo­lution nais­sante en Syrie : à défaut de pouvoir inter­venir, on décompte plus de 6000 morts depuis mars 2012. Plu­sieurs pays, y compris au Moyen Orient (Arabie Saoudite, Qatar…) aident le peuple syrien de manière indi­recte (armes, viseurs infra-​​rouge…).

Les pays membres de l’ONU se montrent une nou­velle fois inca­pables de s’entendre pour une inter­vention de plus grande envergure en Syrie, telle qu’une inter­vention mili­taire. Ce type d’intervention néces­si­terait tou­tefois une modi­fi­cation des statuts de l’ONU. Les casques bleus, en effet, ont pour seule mission de main­tenir la paix et le statue quo, leur légitimé tient jus­tement à leur neutralité.

L’originalité de l’ONU est de ras­sembler en son sein la presque totalité des Etats du monde, soit 193 pays sur 196 qu’elle reconnaît [4].

Elle nécessite cependant un accord à la majorité et l’absence de veto de la part des membres per­ma­nents. Ces membres per­ma­nents sont au nombre de cinq : les États-​​Unis, la Russie, la Chine, la France et le Royaume-​​Uni.

Cette liste a été établi au len­demain de la Seconde guerre mon­diale. Elle devait per­mettre aux pays les plus impor­tants, de l’Ouest et de l’Est (les pays capi­ta­listes et les pays com­mu­nistes), de se mettre autour de la table pour opérer des rap­pro­che­ments et décider de l’avenir du monde.

Dans la pra­tique, l’ONU n’a pas été à la hauteur de sa mission :

  • entre 1990 et 2003 : la guerre du Koweit entraîne un embargo en Irak ; le pro­gramme "pétrole contre nour­riture" permet au peuple irakien de béné­ficier de l’aide huma­ni­taire contre la vente de son pétrole à l’ONU ; ce pro­gramme entraîne la cor­ruption de per­son­nalité poli­tiques de nom­breux pays (y compris en France), de sociétés (Total, Renault…) et de membres de l’ONU (la femme de Bou­trous Ghali, le fils de Kofi Annan) [5]
  • entre 1991 et 1995 : fai­blesse de l’ONU face aux conflits qui se déroulent en ex-​​Yougoslavie ; en juillet 1995, les Serbes éliminent de 6000 à 8000 Bos­niaques dans la ville de Sre­brenica, alors que 400 Casques bleus se trou­vaient à proximité. On parle aujourd’hui de génocide… [6]
  • entre avril et sep­tembre 1994, l’ONU a laissé les Tutsis mas­sacrer 800 000 Hutus, axu­quels il faudra ajouter près de 200 000 vic­times en 1995  [7].
  • en 2010, un séisme entraîne la dis­pa­rition de 250.000 per­sonnes à Haïtia et jette 1,5 million de per­sonnes à la rue ; l’ONU peine à orga­niser les secours [8] ; les Etats et les ONG orga­ni­seront eux-​​même l’aide huma­ni­taire [9].
  • le faible impact des Confé­rences natio­nales sur le Climat, depuis la Confé­rence de Copen­hague en 2009 à celle de Rio+20 en 2012. Seul le Pro­tocole de Kyoto est un succès puisqu’elle entraîne une dimi­nution de 5 à 8%, d’ici 2012, des gaz à effets de serre par rapport à leur niveau en 1990 par les dif­fé­rents pays signa­taires (sauf la Chine et les Etats-​​Unis).

Ce 3e veto par rapport à la Syrie montre l’incapacité de l’ONU a agir sur la scène inter­na­tionale et le laisser-​​faire de la com­mu­nauté inter­na­tionale. Pourtant, la Charte des nations unies ne donne-​​t-​​elle par pour mission à l’ONU et aux Etats signa­taires de :

Déve­lopper entre les nations des rela­tions ami­cales fondées sur le respect du principe de l’égalité de droits des peuples et de leur droit à dis­poser d’eux-mêmes, et prendre toutes autres mesures propres à conso­lider la paix du monde (Charte des nationes unies, 1945, Cha­pitre I, article 2).

Seule une inter­vention uni­la­térale des pays, comme ont déjà su le faire les Etats-​​Unis à propos de l’Irak ou de l’Afghanistan, pourrait per­mettre d’aider le peuple syrien. Cer­tains craignent cependant un risque d’embrasement au Moyen Orient.

A l’heure où les peuples se sou­lèvent dans de nom­breux pays, où les appels, les marches et les mani­festes se mul­ti­plient (voir notre article, Roo­sevelt 2012 et autres manifestes ), il est peut-​​être tant que nos diri­geants entendent l’aspiration des hommes et des peuples à un autre mode de gou­ver­nance, plus démo­cra­tique, plus morale et plus humain  [10]

L’erreur serait de laisser récu­pérer ce mou­vement par des forces non démo­cra­tiques (Com­mission euro­péenne, marchés finan­ciers, mul­ti­na­tio­nales…), comme les Frères musulmans en Egypte et en Tunisie.

_​_​_​

Ce monde est à nous, changeons-​​le !



[1] Pour des avions, mis­siles, sys­tèmes de défense aérienne… Voir le Parisien : Syrie : pourquoi la Chine et la Russie bloquent l’ONU

[2] Le 12 juin s’est tenu la deuxième "Marche des mil­lions" qui a réuni entre 50 000 et 80 000 per­sonnes à Moscou pour s’opposer à la vic­toire aux élec­tions légis­la­tives du parti du pré­sident, enta­chées d’irrégularités selon les obser­va­teurs, et ce malgré les répres­sionsde ses opposants.

[3] Voir le Parisien : Syrie : pourquoi la Chine et la Russie bloquent l’ONU

[4] Le Vatican, par exemple, est reconnu comme Etat mais n’a jamais demandé son adhésion à l’ONU.

[5] Voir le Monde : "Pétrole contre nour­riture", un scandale mondial

[6] Pour plus d’informations, voir http://​www​.paix​balkans​.org/​g​e​n​o​c​i​d​e.htm

[7] Voir http://​www​.libe​ration​.fr/​e​v​e​n​e​ment/…

[8] Voir http://​www​.lemonde​.fr/​a​m​e​r​i​q​u​e​s/art…

[9] L’ONU a essayé de défendre son bilan. Voir http://​www​.rfi​.fr/​a​m​e​r​i​q​u​e​s​/​2011011

[10] Voir à ce propos le Mani­feste pour un huma­nisme contem­porain : http://​www​.huma​nisme​-contem​porain​.com/


2 votes

Commentaires

vendredi 20 juillet 2012 à 14h06

Je crois que se qui gene l’ONU c’est inter­venir dans un pays en guerre civile, car ce n’est pas comme empecher la guerre entre deux pays, c’est la question de l’ingerence dans les affaire d’un pays, ça veut dire aider le pouvoir ou l’opposition, ça fait penser au néo­co­lo­nia­lisme en Afrique

Mais je crois que c’est parce qu’ils n’ont rien compris et que sa arange pas cer­tains c’est vrai que l’onu fait rien mais les pays alors ?

Publications

Brèves

24 septembre 2015 - L’Arabie Saoudite nommée à la tête du panel du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

L’Arabie saoudite, reconnu par l’ONU et la Ligue des droits de l’homme (LDH) comme un pays peu (...)

26 avril 2015 - L’UE autorise les OGM de Monsanto

Ven­dredi 24 avril 2015, l’Union Euro­péenne autorise l’importation et la com­mer­cia­li­sation de (...)

20 avril 2015 - Il critiquait la fraude sociale et cachait 1,5 millions au fisc

Le député UMP, Domi­nique Tian, était connu pour sa viru­lence à l’encontre des frau­deurs au RSA, (...)

3 février 2015 - Coïncidence malheureuse : tous ces livres qui brûlent…

Le ven­dredi 30 janvier 2015 : une incendie à la plus grande biblio­thèque uni­ver­si­taire de (...)

3 février 2015 - 1% des plus riches possèdent plus de 50% de la richesse mondiale

Le chiffre ne cesse de gonfler : 45% en 2009, 48% en 2014… Ce chiffre, c’est le pour­centage de (...)