L’Arabie Saoudite nommée à la tête du panel du Conseil des droits de l’homme de l’ONU

jeudi 24 septembre 2015

L’Arabie saoudite, reconnu par l’ONU et la Ligue des droits de l’homme (LDH) comme un pays peu regardant sur le droit des hommes et des femmes (déca­pi­ta­tions, liberté d’expression punie de coups de fouets [1], raids aériens au Yemen…), prend la direction du panel du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui doit nommer 77 obser­va­teurs dans dif­fé­rents endroits du monde et dénoncer les crimes commis.

Comme le signale Michel Tubiana, avocat et ancien président de la LDH :

Ce qu’on peut déplorer est non seulement l’élection de l’Arabie saoudite mais également le fait que des pays aient voté pour ce pays. Cela illustre par­fai­tement le fait que les rela­tions inter­na­tio­nales sont encore guidées par des consi­dé­ra­tions d’intérêt, par des consi­dé­ra­tions de blocs géo­gra­phiques, par des consi­dé­ra­tions de blocs culturels. Ces rela­tions inter­na­tio­nales ne sont pas guidées par ce qui est issu des Nations unies, les pactes civiques et poli­tiques, la Décla­ration uni­ver­selle des Droits de l’Homme, la Convention contre les dis­cri­mi­na­tions, la Convention pour l’égalité entre les hommes et les femmes,etc… Ce sont pourtant des pro­duits du travail de l’ONU, malgré l’existence de ces pays.

Cette contra­diction ne risque-​​t-​​elle pas de faire perdre tout cré­di­bilité au rôle de l’ONU ?


[1] En cours : l’écrivain et blog­gueur Raif Badawi, empri­sonné au moment des attentats de Charlie Hebdo et condamné à 1000 coups de fouet.




Publications