Augmentation du prix du gaz : 40 euros rétroactifs

vendredi 13 juillet 2012

Mardi 10 juillet 2012, le Conseil d’Etat a annulé l’arrêté de gel de tarifs de gaz, pris par le pré­cédent gouvernement.

GDF Suez et de l’Association nationale des opé­ra­teurs détaillants en énergie (ANODE, asso­ciation de four­nis­seurs alter­natifs comme Altergaz, Direct Energie, Poweo…) [1]avaient en effet demandés que l’arrêté soit annulé, pour répondre à l’augmentation général des tarifs de l’énergie [2]. Selon leurs calculs, le tarif du gaz aurait dû aug­menté de 10% le 1er janvier 2011.

Les usagers de GDF Suez devront donc payer 40 euros de manière rétro­active. Le gou­ver­nement a tou­tefois promis de dif­férer et de lisser la facture sur plu­sieurs mois.

Cette nou­velle hausse du tarif du gaz, indexé sur le prix de l’énergie (et donc du pétrole), vient encore diminuer le pouvoir d’achat des 7 mil­lions de ménages concernés… et aug­menter le chiffre d’affaires de GDF Suez de 280 mil­lions d’euros [3]…

Le gou­ver­nement a annoncé une refonte des tarifs du gaz et de l’électricité pour sep­tembre. Selon une décla­ration datée du 9 juillet, la hausse annuelle du tarif du gaz pourrait être limitée à 2%. GDF Suez et les autres opé­ra­teurs de l’énergie pour­raient alors de nouveau saisir le Conseil d’Etat…

_​_​

Ce monde est nous, changeons-​​le !


[1] On peut s’étonner ici de voir des four­nis­seurs d’électricité défendre les intérêts d’un four­nisseur de gaz…

[2] Le tarif du gaz est en effet indexé sur le prix du pétrole depuis l’ouverture à la concur­rence du marché de l’électricité et du gaz pour les par­ti­cu­liers en 2007. Selon un article du Monde, les tarifs ont aug­menté de 25 % en deux ans pour le gaz et de 8% pour l’électricité.

[3] 40 euros x 7 mil­lions = 280 millions d’euros




Publications