Une guérison miraculeuse et un phénomène de lévitation

dimanche 10 octobre 2010
par  Neimad
popularité : 100%

Un enfant a un accident d’avion. Il est un des seuls res­capés. Il a la plupart des os brisés, dont une partie de la colonne ver­té­brale. Sitôt emmené à l’hôpital, il est plongé dans un coma inter­mittent qui dura des années.

Il y passa toute son ado­les­cence, toute sa crois­sance. Pendant ce temps, sa mère, infir­mière, pria pour qu’il soit sauvé. Contrai­rement aux pré­vi­sions des médecins, l’enfant ne mourut pas. Tous ses os se res­sou­dèrent. Il n’eut aucune séquelle de son coma si ce n’est une absence d’odorat. Sa crois­sance se déroula nor­ma­lement et il ne subit pas l’atrophie mus­cu­laire qu’aurait dû engendrer une position allongée pendant des années. Sa mère consulta plu­sieurs spé­cia­listes. Un jour qu’elle avait montré les radios sans n’avoir rien précisé, le médecin lui fit ses condo­léances : en voyant tous les os cassés, il ne pouvait être que décédé. Sa gué­rison reste tou­jours inex­pliqué par la médecine.

Après qu’il soit rentré chez lui, sa mère constata plu­sieurs fois qu’il lévitait à près d’un mètre au-​​dessus de son lit. Il dormait pendant ce temps ; c’était la nuit. Une autre fois, elle le trouva assis en tailleur, psal­mo­diant des mots dans une langue inconnue – ou qu’elle ne reconnût pas. A l‘époque où il me parlait, il avait une ving­taine d’année, faisait de la mus­cu­lation et se disait boud­dhiste. Sa mère, depuis, s’était plongée aussi dans le boud­dhisme et dans l’ésotérisme. Il ne garde aucune trace phy­sique de son accident et mène aujourd’hui une vie normale.

Partons du pos­tulat que sa gué­rison attestée est aussi vraie que le reste. Doit-​​on lier ces effets à la prière ou à « de la chance » ? Pourquoi un individu guéri se mettrait-​​il à léviter et à parler dans une langue étrangère ? Pourquoi la nuit, sans qu’il en ait conscience ? L’explication cultu­relle est plus qu’insuffisante, elle est ana­chro­nique : sa mère et son fils n’ont com­mencé à s’intéresser au boud­dhisme – et à l’ésotérisme pour sa mère – qu’après le « miracle » et les phé­no­mènes qui sui­virent. Il est vrai, cependant, qu’elle « pria ». Même athée, prier signifier s’en remettre à une force supé­rieure à soi, ou du moins à des forces invi­sibles. C’est un pré­supposé méta­phy­sique. Pourquoi, cependant, cela aurait-​​il marché pour elle et pas pour d’autres ? C’est une question que l’on peut poser pour tous les phé­no­mènes « paranormaux ».


6 votes

Commentaires

Publications

Brèves

9 mars 2013 - Colloque sur les EMI les 9 et 10 mars 2013

Ren­contres Inter­na­tio­nales sur les Expé­riences de Mort Immi­nente (EMI) samedi 9 et dimanche 10 (...)

2 mars 2013 - Les cadavres d’animaux étranges se multiplient…

Après les morts mas­sives d’animaux en 2011, les Anglais et les Amé­ri­cains découvrent des cadavres (...)

13 mai 2012 - Un jeune homme "ressuscite" après une crise cardiaque

Ven­dredi 11 mai 2012, dans la pro­vince de Louxor en Egypte, un serveur égyptien de 28 ans, Hamdi (...)