OVNI : observations et témoignages

mercredi 10 novembre 2010
par  syagrius
popularité : 100%

 Les témoignages les plus saisissant :


 L’affaire Socorro


L’affaire Socorro, le 24 avril 1964, Lonnie Zamora agent de police de la route de Socorro dans le nouveau Mexique voit une gerbe de flamme se rap­procher du sol, vus qu’il y a un entrepôt de dynamite, il s’arrête en haut de la colline. Dressé sur 4 pattes, un engin gris argenté, de forme ovoïdale se trouve au fond d’un ravin. Auprès de lui s’affaire 2 per­sonnes vêtus d’une com­bi­naison blanche. Lonnie contact son supé­rieur par radio puis il se dirige. Mais l’ovni décolle en déclen­chant un feu de brous­saille. Des col­lègues arrivés en renfort relèvent sur le sol 4 marques en forme de V.

En France le 1er juillet 1965, Maurice Masse, agri­culteur à Valensole dans les alpes de hautes Pro­vence, entend un sif­flement et aperçoit un énorme œuf reposant sur 6 pieds avec 2 indi­vidus. Croyant avoir à faire à des van­dales sac­ca­geant les pieds de lavandes, il s’approche len­tement, en fait il voit 2 per­sonnes de 1m20, la tête ronde, yeux écartés, front large, visage joufflu bouche pincée et le menton pointu en com­bi­naison vert de gris. Il décide de s’approcher mais l’un d’eux le paralyse avec un petit pis­tolet, l’engin décolle.

William Booth Gill, mis­sion­naire anglican qui exercent son apos­tolat à Boainni en Papouasie nou­velle guinée le 26 juin 1959. A 6h45, il voit en sortant de chez lui, une gigan­tesque lumière dans le ciel. Son domes­tique court réveiller les autres. Al source lumi­neuse est suf­fi­samment proche pour qu’il dis­tingue 3 sil­houettes tandis que s’allume un petit pro­jecteur bleu. A 7h20, ovni dis­paraît dans les nuages, une heure après il revient accom­pagné d’un jumeau et d’un troi­sième mais beaucoup plus gros planât au dessus d’un village et part vers 10h. le len­demain même scé­nario, alors que notre pasteur est en train de se pro­mener avec une infir­mière et un ins­ti­tuteur, surgit un ovni, qui descend si bas qu’ils peuvent faire signe à un individu lequel leur répond. C’est au ministère de l’air du gou­ver­nement de sa majesté qu’Allen Hynek prend connais­sance e cette affaire .


 Trans en Provence


Trans-​​en-​​provence : 8 juin 1981. Vers 17h, M. Rinalto, en train de bri­coler, perçoit un disque mat entouré d’un anneau qui se pose non loin de lui. Le témoin le décrit comme "2 assiettes collées l’une contre l’autre". L’appareil décolle au bout de quelques secondes. Rinalto s’approche du lieu d’atterissage. Il découvre des traces dans l’herbe. Les végétaux semblent avoir été modifiés. Les études sur ces trans­for­ma­tions n’aboutiront jamais. On ignore tou­jours ce que le témoin a pu voir. Un vais­selier martien .


 Norvège


Norvège, décembre 1981, région de la vallée d’Hessdalen, au sud du pays. Un coin désert, entre glaces et mon­tagnes, à peine peuplé. Les gens de la région, des paysans pour la plupart, com­mencent à aper­cevoir des lumières qui montent, des­cendent, accé­lèrent dans le ciel. De pré­fé­rence entre la fin d’après-midi et minuit. Malgrès les enquêtes, les lumières ont gardé leur secret.

6 juin 1983 : un objet, en forme de fusée pro­jetant des flammes vers l’arrière, est observé par des pilotes en vol, au sol par des contrôleur aérien, et par des cen­taines de témoins dans un tra­jec­toire de au-​​dessus de plu­sieur pays d’Europe. Ni de météorite, ni satellite, ni ballon-​​sonde, l’engin est signalé dans le sud-​​est de la France, en Suisse, en Autriche et en Alle­magne. L’hypothèse, jamais vérifiée, serait celle d’un missile tiré par le militaires.

En pleine mer : le 2 sep­tembre 1990, un boing 727 d’Air France, le vol Strasbourg-​​Alger, tra­verse la médi­ter­ranée. Sur le radar de bord, un echo mys­té­rieux, ne res­sem­blant à rien de connu, suit la même route que l’avion. Vitesse : environ 7800 Km/​h ? Le radar a été vérifié, il fonc­tionnait nor­ma­lement. On ne sait tou­jours pas ce qui a pu se passer.

BBC News Online : World : Ame­ri­ca­sChile to inves­tigate reported UFO sigh­tings Thursday, November 20, 1997 Published at 09 :04 GMT


 Le Chili


Le Chili enquête sur les obser­va­tions d’OVNI par Luis Sanchez

La Force Aérienne Chi­lienne (FACH) a créé un comité spécial dont la mission est d’enquêter sur les témoi­gnages rap­portant une obser­vation d’OVNI. Un porte-​​parole du Gou­ver­nement a déclaré que des sources cré­dibles - comme des pilotes et des contrô­leurs du trafic aérien - ont parfois rap­porté avoir vu des objets pour les­quels il n’y avait pas d’explication immé­diate. Le comité, dit-​​il, tentera de déter­miner si, oui ou non, ces objets sont des phé­no­mènes naturels.

Une soixan­taine d’ "inci­dents" ont été recensés juste pour l’année 97.

En mai de cette année, une convention d’experts en ufo­logie s’est tenue dans la capitale chi­lienne, Santiago. "

Cela me rap­pelait de plus en plus la réaction belge lors de la Vague de 1989-​​91. Si ce n’est qu’ici, ce sont les mili­taires et les contrô­leurs civils qui ont rap­porté leur obser­vation. L’affaire devait être assez sérieuse pour que la BBC en parle. A ma connais­sance, les média belges et français n’en ont pas parlé…

En conti­nuant ma petite enquête, je trouve le message suivant posté par de directeur chilien de Sky­watch Inter­na­tional (tra­duction libre) :" Bonjour à tous, puis-​​je dire qu’ici, au Chili, nous vivons un moment historique ?

Hier (lundi 3 novembre 97), la FACH (Force aérienne du Chili) a créé le "Comité d’Enquêtes des Phé­no­mènes Spa­tiaux Anormaux" (CIFAE) qui tra­vaillera sous les ordres directs du Com­mandant en Chef de la FACH. Le CIFAE sera formé par du per­sonnel de la Force Aérienne et de l’AION (Groupe Ufo­lo­gique Chilien). C’est tel­lement sérieux que du per­sonnel de la Direction de l’Aéronautique seront envoyés en France et peut-​​être dans d’autres pays pour y recevoir un "entraî­nement" spé­ci­fique au pro­blème OVNI. Aussi, l’AION aura un accès total à tous les dos­siers mili­taires, rap­ports, photos et films pris par l’armée. Il n’y aura pas de censure.

Aujourd’hui, un fax a été envoyé à tous les sec­teurs de l’Armée leurs ordonnant d’envoyer tout le matériel "OVNI" à ce nouveau comité, le CIFAE, et d’y faire également suivre les rap­ports ulté­rieurs. L’année pro­chaine (1998) un satellite chilien appelé BETA sera mis en orbite et l’un des objectifs prin­cipaux sera d’observer l’activité OVNI au-​​dessus du ter­ri­toire chilien

Réponse de Thierry de chez Ufocom

Luis Sanchez fait allusion au lan­cement d’un satellite chilien, qu’il nomme BETA, et dont la tâche prin­cipale serait d’observer les éven­tuels OVNI dans l’espace aérien de ce long lacet de soulier qu’est le Chili. Tout ce qui touche au domaine spatial, dans ce pays, est sous le contrôle de la Force Aérienne. C’est ainsi que l’on peut apprendre que le Chili ne dispose que d’un satellite en orbite, le FASAT ALPHA mais qu’un second sera bientôt lancé et portera le nom de FASAT BRAVO. A mon avis, Luis Sanchez a pu se tromper de déno­mi­nation. En infor­ma­tique, et suivant l’alphabet grec, le Beta suit l’Alpha. Chez les mili­taires du monde entier, c’est BRAVO (alpha, bravo, charlie, delta, echo, etc…).

En lisant les réfé­rences tech­niques, on se rend compte que ce satellite est conçu pour la prise d’image et bien d’autres choses…

On peut également apprendre que ce satellite est le fruit d’une col­la­bo­ration inter­na­tionale avec, entre autre, le Goddard Space Center de la NASA, une uni­versité anglaise mais aussi l’ESA (European Space Agency) et l’US Air Force.

Par contre, aucune trace offi­cielle de col­la­bo­ration avec l’AION. Mais on peut en être certain…

Que va t’il se passer au Chili ? Les données sont simi­laires à celles qui carac­té­risent la Vague Belge : témoi­gnages civils et mili­taires, docu­ments maté­riels (photos, films, radar, etc…), annonce de la création d’une cellule d’étude offi­cielle dans laquelle une asso­ciation ufo­lo­gique nationale est impliquée, la volonté d’ouverture…

J’espère sim­plement que tout ne finira pas dans la confusion totale où s’accumuleront des éléments d’information contra­dic­toires. Du blanc, du noir, du gris…

Le Chili, depuis long­temps, semble survolé régu­liè­rement par ces " phé­no­mènes " qui nous inté­ressent tant. Une ville par­ti­cu­liè­rement visée est Iquique, dans le Nord du pays, à la fron­tière du Pérou. Or, depuis le 20 avril 1980, la FACH y a ins­tallé la base " Los Condores " abritant la 1ère Brigade Aérienne. Cette brigade com­porte 4 groupes :

Le Groupe d’Aviation n°1 (créé en 1925)

Le Groupe d’Aviation n°2 (créé en 1927)

Le Groupe de Défense Antiaérienne n°24 (créé en 1975)

Le Groupe de Communication et de Détection n°34 (créé le 23 juin 86)

C’est à Iquique que des mili­taires aurait pris un film, fin 1997, mon­trant un OVNI. A ma connais­sance, la pre­mière obser­vation dans cette région date de 1952. Pour l’anecdote, on retrouve également le nom de cette ville dans une lettre " ummite " de 1966.

Voici l’extrait de cette missive :LE 5 JUIN 1966.A 22h 52 minutes, est arrivé sur la planète Terre, l’un de nos vais­seaux aux environs de IQUIQUE (CHILI) (heure offi­cielle du Chili). Deux de nos frères sont des­cendus pour une des­ti­nation secrète.On n’a pas observé de réac­tions dans la presse régionale malgré le fait que deux équi­pages d’avions com­mer­ciaux aient détecté notre présence.

Je ne vais pas dis­serter sur l’affaire Ummo, ce n’est pas le but… Mais il me paraissait " amusant " de men­tionner cet élément.

Il ne nous reste plus qu’à espérer que les Chi­liens soient attentifs à ce qui se passe dans leur pays. Peut-​​être l’AION recevra t’elle également la visite d’un officiel amé­ricain. Peut-​​être que tout cela n’est que la mani­fes­tation de phé­no­mènes " logiques et naturels "… Peut-​​être que les média locaux se fati­gueront et iro­ni­seront dans quelques années, voir quelques mois sur un pro­totype amé­ricain tel­lement ultra-​​secret que les Etats-​​Unis eux-​​mêmes en ignorent l’existence. Peut-​​être même que ce pro­totype sur­volant le Chili en 97 ne sera testé pour la pre­mière fois que d’ici un an ou deux… Je fais des vœux afin que les Chi­liens ne soient pas aussi naïfs et " moutons de Panurge " que cer­tains média belges… On peut rêver…

Quand la pro­blé­ma­tique OVNI va t’elle enfin être reconnue comme étant un sujet d’étude d’intérêt global et inter­na­tional ? A quand un comité mondial ?

Thierry, le 09÷03÷98

Tou­jours au Chilie, d’après l’UFO ROUNDUP du 31 août 98 (Jospeh Trainor), l’espace aérien chilien aurait été tra­versé par des OVNI et ce depuis la mi-​​août. Voici la tra­duction libre de l’extrait de l’UFO RoundUp.

Le Chili fait l’expérience, pendant une semaine d’une vague d’OVNI, et les témoins de ces événe­ments se comptent par cen­taines. Mer­credi 19 août 98, à 19h30 (heure locale), des témoins de La Serena, une ville de la pro­vince de Coquimbo, à 440 kilo­mètres au nord de la capitale San­tiago du Chili, ont aperçu "un grand objet, de la taille d’un building, sus­pendu au-​​dessus du désert d’Atacama". Les témoins rap­portent que l’engin avait deux colonnes de lumières vertes, de bas en haut. A Ovalle, une autre ville de la pro­vince de Coquimbo, à 280 Km au nord de San­tiago, des habi­tants ont vu "une lumière brillante dans le ciel". Ils décrivent l’OVNI comme "une longue structure en forme de cigare." L’objet serait resté en vue pendant une demi-​​heure. A San­tiago même, des habi­tants de Barrio La Florida ont rap­porté avoir vu "un disque" dans le ciel noc­turne. Dans la ville toute proche de Pudahuel, trois OVNI lumineux auraient été vus.

A 23h00, cette nuit-​​là, les rap­ports concernant des OVNI ont afflués d’autres villes chi­liennes. Cela inclut Concepcion et Tal­ca­huano, villes por­tuaires dans le Golfe de Arauco (465 Km au sud de San­tiago), ainsi que Puerto Montt, un port dans le Golfe de Ancud (1224 Km au sud de San­tiago). Des soldats en manœuvre à la base de Coya­hique virent "un étrange nuage avançant contre le vent qui était pourvu de lumières internes cli­gno­tantes." Ven­dredi soir, le 21 août, une autre section (platoon) de l’armée chi­lienne, en exercice de nuit à Coya­hique, vit "une grosse boule lumi­neuse danser à l’entour d’eux." Un soldat aurait rapi­dement pris deux clichés pho­to­gra­phiques de l’OVNI avant qu’il ne s’éloigne.

A Cochrane (100 Km au sud de Coya­hique), des habi­tants auraient vu un OVNI tri­an­gu­laire de 400 mètres de large. La police locale a vu elle-​​même l’objet et a ouvert une enquête officielle.

Ces nou­velles ont été trans­mises par Mr. Luis Sanchez Perry et réper­cutées par la mail-​​list du CAUS (Citizens Against Ufo Secrecy) dirigée par Peter A. Gersten.

J’aimerais rap­peler que la Force Aérienne Chi­lienne (FACH) s’est doté il y a peu d’une sorte de bureau d’étude "OVNI" dans lequel on peut également retrouver des cher­cheurs privés et des "ufo­logues". Voir Vague sur le Chili 97 , sur notre site. Thierry, le 1er sep­tembre 98


 Enorme disque argenté au Texas


Aéroport de Dallas : Le 26 mai 2000, des membres de la Com­pagnie de Télé­phone Sué­doise, alors qu’ils rou­laient sur la I-​​35, dans un bus, ont observé deux très gros héli­co­ptères verts et noirs avec des hélices a l’avant et a l’arrière et a environ 500 pieds d’altitude.

Un des pas­sagers raconte : " Le directeur du support inter­na­tionale était assis devant moi et j’ai signalé les héli­co­ptères mili­taires a coté de l’aéroport.

Il était en train de parler sur son por­table. La plupart des autres employés étaient en train de dormir. J’ai alors remarqué un énorme objet métal­lique en forme de disque argenté. Il reflétait for­tement la lumière du soleil et se trouvait a environ 9 ou 10000 pieds au dessus de l’aéroport. Il était 15h15. Les héli­co­ptères volaient direc­tement vers le disque. J’ai dit "Qu’est ce qui se trouve au dessus d’eux ? " . Il a dit " quelque chose vole au dessus ! ". J’ai dit "je pense que c’est un ovni ". Nous avons tous les deux sortis nos bustes par les fenêtres du bus. J’étais déterminé a ne pas quitter ceci des yeux. J’aurais du crier OVNI parce qu’il y avait au moins camé­scopes et 20 appa­reils photos dans le bus, mais je n’ai pas pu quitter l’objet des yeux.

Je sais que l’objet était extrê­mement grand parce que fina­lement les héli­co­ptères sont arrivés direc­tement en dessous de lui, dans la même for­mation, et le dia­mètre du disque dépassait l’avant de l’hélicoptère de tête et l’arrière de l’hélicoptère en queue de for­mation. Ceci était réel et pas une appa­rition et les héli­co­ptères étaient a environ 8500, 9500 pieds, en dessous. Je n’ai pas fait de calcul mathé­ma­tique sur ceci mais si la lon­gueur de ce type d’hélicoptère peut être trouvée, une esti­mation rai­son­nable de la taille réelle de l’objet peut être faite. Il était magni­fique et beau. Trente secondes après que les héli­co­ptères soient arrivés en dessous de lui, L’ovni a disparu. Je n’ai même pas eu le temps de cligner de l’œil, le laissant dis­pa­raître au loin, il a sim­plement disparu. C’était un jour enso­leillé avec de petits cumulus clairsemés.


 Observations faites par Des astronautes


20 fevrier 1962 :Mercury VI « friendship » John GLENN, pilotant sa capsule Mercuy voit trois objets qui le suivent et qui le dépassent à des vitesses diverses.

24 mai 1962 Mercury VII « Aurora » : Scott CAR­PEN­TER­rap­porte qu’il a pho­to­graphié avec une caméra por­tative des objets sem­blables à des lucioles et qu’il a pris ce qui lui semble un bon cliché d’une soucoupe.

30 mai 1962 Avion super­so­nique X15 : Le pilote du X15, Joe WALTON pho­to­graphie cinq objets en forme de disque.

17 juillet 1962 X15 : Le pilote de X15, Robert WHITE, pho­to­graphie des objets à une dizaine de mètres de son appareil alors « qu’il vole » à 95000 mètres d’altitude.

16 mai 1963 Mercury Faith 7 : L’astronaute Gordon COOPER rap­porte la pré­sence d’un ovni ver­datre à la queue rouge au cours de sa quin­zième orbite. Il rap­porte aussi d’autres obser­va­tions mys­té­rieuses au dessus de l’Amérique du Sud et de l’australie. L’objet qu’il a observé au dessus de Perth (Aus­tralie) a été vu sur les écrans des sta­tions de pour­suite au sol.

3 octobre 1963 Mercury VIII, sigma : L’astronaute Walter SCHIRRA signale la pré­sence de grandes masses lumi­neuses au dessus de l’océan indien.

12 octobre 1964 Voskhod I : Trois cos­mo­nautes Russes KOMAROV, FEOK­TISTON et YEGORON rap­portent qu’ils ont été entourés par une for­mation d’objets en forme de disques se déplacant à grande vitesse.

8 mars 1965 Voskhod II : Des cos­mo­nautes Russes, Pavel BELYAYEV et Aleyeï LEONON, signalent la pré­sence d’un objet non iden­tifié au moment ou ils rentrent dans l’atmosphère terrestre.

3 juin 1965 Gemini IV : Jim Mac DIVITT pho­to­graphie plu­sieurs objets étranges, parmi les­quels un objet cylin­drique avec des bras et un ovni ovoïde équipé d’une sorte de tuyère.

4 décembre 1965 Gemini VII : F.BORMAN et J.LOVELL pho­to­gra­phient des ovnis ovales et jumeaux avec le dessous lumineux.

18 juillet 1966 : J.YOUNG et M.COLLINS voient un grand objet cylin­drique accom­pagné par deux objets brillants plus petits, que YOUNG pho­to­graphie (la NASA ne les a pas capté sur écran de controle).

12 sep­tembre 1966 Gemini XI : R.GORDON et C.CONRAD signalent la pré­sence d’un ovni jaune orangé à environ 10 km d’eux ? Il plonge devant eux et dis­parait quand ils essayent de le photographier.

11 novembre 1966 Gemini XII : J.lowel et E.ALDRIN voient quatre ovnis alignés. Les deux astro­nautes affirment que les quatres objets ne sont pas des étoiles.

21 décembre 1968 Apollo VIII : F.BORMAN et J.LOVELL signalent la pré­sence d’un « Bogie » (fantôme) à 15 km d’altitude.

16 juillet 1969 Apollo XI (1) : N.ARMSTRONG, E.ALORIN et M.COLLINS. C’est la mission au cours de laquelle un ovni a pris en chasse le vaisseau spatial.

14 novembre 1969 Apollo XII : Les astro­nautes Conrad BEAN et GORDON disent qu’un ovni les a accom­pagnés jusqu’à 212.000 km de la lune, en les précédent


 Autres faits se rapprochant aux phénomènes


James McDonald pro­fesseur de phy­sique à l’université d’Arizona obtient l’autorisation de passer 2 jours à la base Wright Pat­terson de Dayton dans l’Ohi . C’est dans cette base que sont cen­tra­lisées les recherches sur les ovnis, pour dépouiller les obser­va­tions de la "foudre en boule". Il en conclut très vite que ces pré­tendues mani­fes­ta­tions atmo­sphé­rique sont la plupart du temps des sou­coupes volantes. il se sui­cidera en 1971 de part son caractère iras­cible et d’un orgueil démesuré

Le 13 mai 1917, 3 enfants aper­çoivent à Fatima une "dame en robe blanche" qui leur demande de venir tous les mois au même endroit jusqu’en octobre. Pour le moment on peut parler d’hallucination,.… or lors de la 2eme appa­ri­tions e trouve une cin­quan­taine de per­sonnes, qui eux entend une explosion et voient une nuée s’élever d’un arbre. La troi­sième fois, il y a 4500 spec­ta­teurs, les gamins ont eu une visions et annoncent la seconde guerre mon­diale. En sep­tembre 30000 fidèles qui voient une boule de lumière longer la vallée et venir à la ren­contre des enfants. Lorsqu’elle reprendre de la hauteur et se confond avec le soleil, des myriades de bulles flottes en l’air. enfin en octobre, une foule de 60000 indi­vidus se presse sous la pluie, lorsque les nuages se déchirent, l’averse s’arrête et l’on voit un disque qui revêt suc­ces­si­vement plu­sieurs cou­leurs, causant une grande frayeur, il se retourne sur lui même, et remonte à toute allure dans le ciel, puis dis­paraît. Les gens constatent que leur vêtement sont sec.

Le rap­pro­chement entre le fameux miracle de Fatima et les ovni, que vaut il donc penser ?

Les écrits "the song of the stars" du chaman sud africain Credo Mutwa : la nuit volent ce que vous appelez ovni, et que nous autres nommons aba­hambi aba­vutayo, les "visi­teurs ardents" … bien avant qu’ils défraient la chro­nique en occident, les afri­cains avaient déjà des contact avec ces drôles d’engins et leur équipage. Je n’en dirai pas plus, car il nous interdit de donner des détails, sinon ces vais­seaux risquent de ne plus venir nous rendre visite.. il décrit ensuite les mutende -ya-​​negenge, des "animaux gri­sâtres yeux en amandes qui leur per­mettent de voir sur les cotés"

Le 2 janvier 1878, alors qu’il est en train de chasser John martin habitant à Denison dans le Texas, voit glisser au loin, dans le ciel, un gigan­tesque objet sombre. La chose se déplace vite, car en un clair elle se trouve au dessus de lui, ce qui lui permet de noter qu’elle res­semble à une énorme soucoupe.

Dans la chro­nique de william New­burgh, un moine irlandais du 13e siècle, raconte que l’abbaye de Byland dans le York­shire est sur­volée par in objet rond, plat, brillant et argenté alors que tous les moines prennent leur repas. Il pro­voque un vif émoi dans la communauté.

En 90 avant JC Juluis Obse­quens rap­porte que dans les environs de Spolete "une boule de feu toute dorée tombe du ciel, décrit une orbite… grossit à vue d’œil, puis s’élève, se dirige vers l’est et voile le soleil"

Alexandre le grand aperçoit appa­remment des ovnis en 322 av JC, alors qu’il assiége la ville de Tyr "un énorme bou­clier d’argent", flanqué de quatre autres pavois de taille plus petite, tourne au dessus de la ville. "les petits bou­cliers" font feu sur les tours de la ville, ce qui permet aux grecs d’y pénétrer en force.

 Un des plus anciens témoi­gnages écrits connus sur les ovnis date du XVe siècle av. J.-C.


On le trouve dans un papyrus de l’Egypte ancienne découvert dans les annales de Thoutmès III, un des plus grands rois égyp­tiens. Lors d’une de ses nom­breuses cam­pagnes, le pharaon Thoutmès assista à un étrange événement relaté dans le papyrus Tulli :

" En l’année 22, au 3e mois de l’hiver, à la 6e heure du jour… les scribes de la Maison de Vie virent que c’était un cercle de feu qui appa­raissait dans le ciel… il n’avait pas de tête et son haleine était fétide. Son corps était long d’une perche et large d’une perche. Il n’avait pas de voix. Comme il jetait la confusion dans leurs cœurs, ils se pros­ter­nèrent à plat ventre… ils se pré­sen­tèrent à Pharaon… pour lui raconter. "

" Sa Majesté ordonna… Ainsi tout est écrit dans les rou­leaux de papyrus. Sa majesté méditait et son­geait à cet événement. Or au bout de quelques jours, ces choses devinrent encore plus nom­breuses dans les cieux. Elles brillaient dans le ciel, plus que le Soleil, et s’étendaient aux bornes des quatre sou­tiens du ciel… Puis­sante était la position des cercles de feu. L’armée de Pharaon les considérait. "

" Sa Majesté se tenait au milieu. C’était au souper. Alors ces cercles de feu mon­tèrent plus haut dans le ciel vers le sud. Des poissons et des vola­tiles tom­bèrent du ciel. Une mer­veille jamais observée depuis la fon­dation de la nation. Et Pharaon fit apporter de l’encens qu’il brûla afin d’attirer la paix sur le foyer… Et ces événe­ments furent ins­crits sur l’ordre de Pharaon dans les annales de la Maison de Vie… afin qu’ils ne soient jamais oubliés.

_​_​_​

Mundus mirum credis ?


5 votes

Commentaires

Publications

Brèves

1er septembre 2016 - Le FBI déclassifie le dossier Roswell

Le FBI, le service de ren­sei­gnement inté­rieur amé­ricain, vient de mettre en ligne plus de 2 000 (...)

24 décembre 2014 - 4e repas ufologique à Nantes le 16 janvier 2015

Le 4ème Repas Ufo­lo­giques de NANTES aura lieu Le Ven­dredi 16 janvier 2015 à 19h30 au (...)

13 octobre 2014 - Premier repas ufologique à Nantes

Premier repas ufo­lo­gique à Nantes le 17 octobre 2014, limité à 15 per­sonnes. Ce repas vise à (...)

17 août 2012 - L’Australie déclassifie des dossiers sur les OVNI

Les Archives Natio­nales Aus­tra­liennes ont déclas­sifié une série de docu­ments sur les (...)

8 novembre 2011 - Le gouvernement américain nie avoir des contacts avec des extra-​​terrestres

"Le gou­ver­nement amé­ricain n’a aucune preuve de l’existence de vie en-​​dehors de notre planète, (...)