La vague d’OVNI en Belgique en 1990

dimanche 3 octobre 2010
par  Neimad
popularité : 100%

La Bel­gique a fait en 1990 la une des journaux : la Ministère de la Défense annonçait offi­ciel­lement la détection d’une « vague » d’Objets Volants Non Iden­tifiés enre­gistrée dans la nuit du 30 au 31 mars. Ils déci­dèrent de mener une enquête. On peut lire le rapport complet sur Internet (par exemple sur le site d’UFOCOM ou du GREPI) ou se le pro­curer par voie offi­cielle. Quelques mois plus tard, le 16 mai, aux journaux télé­visés de la RTBF et de RTL-​​TVI pour être plus précis, le gou­ver­nement revient sur sa décision et annonce qu’il classe l’affaire : les échos radars s’expliquaient par des « inver­sions de tem­pé­rature » et les objets visua­lisés par les témoins au sol (y compris des gen­darmes et des mili­taires) pou­vaient être l’œuvre d’un avion amé­ricain « high-​​tech » et top secret : le LoFLYTE. La pre­mière expli­cation a été cri­tiqué par des savants belges (y compris ceux de la Société Belge d’Etudes des Phé­no­mènes Spa­tiaux ou SOBEPS) et français (y compris des savants du CNRS). Si des charges sta­tiques peuvent former une « boule de feu », à la place d’un éclair, il est impos­sible à un objet météo­ro­lo­gique de dépasser les avions de chasse à la course, tourner à angle droit, et autres mou­ve­ments de « fuite » ou de « jeu ». Sans compter un effet radar relevé par les avions de l’armée qui ont réussi ) en rat­traper cer­tains (pendant un temps) : quand il s’agit d’un phé­nomène météo­ro­lo­gique, il apparaît et au radar au sol et au radar du chasseur ; or, la com­pa­raison des enre­gis­tre­ments mon­trait un décalage important (confirmé par le repérage visuel). Dans le second argument invoqué, le LoFLYTE était sensé avoir effectué des vols au – dessus de la Bel­gique depuis 1989 et 1991. Car si le phé­nomène s’est inten­sifié en 1990, il existait déjà aupa­ravant. L’idée d’un avion furtif pour expliquer les OVNI a été relancée par The Sunday Times en août 96 et par Science & Vie. Mais si le LoFLYTE existe bel et bien, il ne pouvait pas sur­voler la Bel­gique – même s’il l’avait voulu – aux dates incri­minées car il n’était alors pas opé­ra­tionnel : il ne s’agissait alors que de plans sur du papier (source : la Société amé­ri­caine Accurate Auto­mation Cor­po­ration qui est chargé de sa réalisation).

En février 1999, le magazine Science & Vie faisait sa cou­verture de la recon­nais­sance du phé­nomène OVNI par les milieux scien­ti­fiques. Science & Vie est évidemment vendu en Belgique.



1 vote

Commentaires

Logo de <span class=JAM" />
jeudi 22 août 2013 à 11h44 - par  JAM

Il vaut mieux uti­liser le terme de PAN (Phé­nomène Aéro­spatial Non iden­tifié) terme adopté par le GEIPAN qui est sans doutes la source la plus fiable en France concernant les enquêtes sur toutes ces observations.

Publications

Brèves

1er septembre 2016 - Le FBI déclassifie le dossier Roswell

Le FBI, le service de ren­sei­gnement inté­rieur amé­ricain, vient de mettre en ligne plus de 2 000 (...)

24 décembre 2014 - 4e repas ufologique à Nantes le 16 janvier 2015

Le 4ème Repas Ufo­lo­giques de NANTES aura lieu Le Ven­dredi 16 janvier 2015 à 19h30 au (...)

13 octobre 2014 - Premier repas ufologique à Nantes

Premier repas ufo­lo­gique à Nantes le 17 octobre 2014, limité à 15 per­sonnes. Ce repas vise à (...)

17 août 2012 - L’Australie déclassifie des dossiers sur les OVNI

Les Archives Natio­nales Aus­tra­liennes ont déclas­sifié une série de docu­ments sur les (...)

8 novembre 2011 - Le gouvernement américain nie avoir des contacts avec des extra-​​terrestres

"Le gou­ver­nement amé­ricain n’a aucune preuve de l’existence de vie en-​​dehors de notre planète, (...)