Les EBE dans L’Histoire

mercredi 27 octobre 2010
par  syagrius
popularité : 100%

EBE= Entité Biologique Extraterrestre

Il est vrai l’antiquité, les mythes nous apprennent quantité de faits étranges, et si dans un passé lointain, il y avait eu un hypo­thé­tique contact voire influence sur la civi­li­sation. Et paral­lè­lement il y aurait notre incons­cient col­lectif su cher à Jung qui ferait en sorte de tendre à un retour. Pourquoi alors, peut être que ses véri­tables EBE ont joué une place pré­pon­dé­rante à une époque et ont imprégné l’humanité à un très haut point. Alors pourquoi serait il partis ?

 Les Sumériens

Un mythe plaide en faveur de contact avec EBE sur le rivage du golfe per­sique non loin de la cité sumérien d’Eridou lors du 4e mil­lé­naire. Cette légende est celle remontant à Berousus prêtre du dieu baby­lonien Baab-​​Marduk qui vécut à l’époque d’Alexandre le grand au 4e . il avait eu connais­sance de pic­to­gramme dont un Alexandre Poly­histor raconte l’arrivée d’un animal doué de raison appelé Oannès une queue de poisson et des pieds d’hommes. amenant l’écriture, archi ; il est amphibie et se retire le soir dans la mer.

 La Grèce

Un autre chro­ni­queur grec Abydène dis­ciple d’Aristote évoque les rois sumé­riens sans oublier un semi démon res­sem­blant à Oannès qui surgit de l’eau ainsi que "a per­son­nages à double face" moitié homme moitié poisson. Enfin Apollore d’Athènes rap­pelle que son le règne d’Ammenon "musarus oannes, l’Annedote apparaît sur les rivages de Chaldée", suivi, quelques temps d’un second annedote. On assistera à une scène ana­logue au temps du roi Eudo­reschus, c’est alors un homme poisson du nom d’odacon qui se mêle à la population.

Musarus en grec ancien = abominable et annedotus = répugnant

 Afrique

D’ailleurs une légende chez les Dogons, flanque à Sirius une com­pagne invi­sible po tolo (étoile grain) dont la matière est infi­niment dense, en 50 ans une orbite ellip­tique. Pour eux la lune est morte et sèche et que saturne est entouré d’anneaux invi­sible à l’œil nu. Les Dogons vénèrent Nommo un autre dieu poisson.

 Amérique du Sud

Or dans les ruines de Tian­huanaco près du lac Titicaca, dans les Andes sur l’esplanade de Kala­saiya aurait été daté par Arthur Pos­nansky un his­torien péruvien a la fin du 19e siècle, selon les dis­po­si­tions des temples par rapport aux étoiles que la ville a été construite vers 15 000 . cette thèse est reprise par 2 astro­nomes alle­mands dans les années 20 qui pour eux le fait que les 2 obser­va­toires érigés sur le Kala­sasiya indiquent les sol­stices d’été et d’hiver et donc 15000 ans. D’ailleurs il existe dans un temple une statue d’un dieu poisson doté d’yeux glo­buleux recouvert d’écaille.

 Australie

D’autre région du globe montre des signes sem­blables intégrés au folklore. En Aus­tralie, à quelques kilo­mètres de Sydney. Dans une tribu abo­rigène, des danses et des pein­tures rupestres retracent la venue d’une divinité. Elles évoquent la venue d’une déesse de la voie lactée. Ces pein­tures rupestres, une fois ana­lysées, signi­fient : "La déesse arriva de l’univers dans un vaisseau brillant, pro­digua ses conseils et son aide et s’en retourna vers les étoiles". Cette déesse apporta aussi un objet qui n’existe nulle part ailleurs dans le monde : le boo­merang. Rien dans la nature ne cor­respond à sa forme aéro­dy­na­mique ; la finesse de sa forme tend à prouver qu’il n’a pu être inventé par hasard, mais qu’il a fallu des connais­sances aéro­dy­na­miques pré­cises per­mettant sa mise au point. Pour une ethnie pri­mitive, comment créer une arme de chasse qui, une fois lancée, revienne d’elle-même à son point de départ si elle vient à manquer son but ? Aujourd’hui, les pales d’hélicoptères sont fabri­quées selon les mêmes lois de finesse aérodynamique.

 D’étranges propos

Et ce n’est pas tout, on trouve sur le globe des propos étranges :

 Les Kayapos

Loin du berceau de l’humanité, en Ama­zonie, les dieux vivaient aussi parmi les hommes. Au coeur de la forêt sauvage, les Kayapos, une tribu qui vit encore aujourd’hui comme il y a des mil­liers d’années, racontent que, dans les temps reculés, un visiteur venu du ciel à bord d’un véhicule brillant a vécu long­temps chez eux​.Il créa la pre­mière école. Il leur enseigna l’agriculture et de nou­velles tech­niques pour fabriquer entre autre des armes de chasse. Son nom " BEP COROROTI " signifie " JE SUIS VENU DE L’UNIVERS ".Il les quitta un jour et repartit vers les étoiles sur son véhicule dans un bruit de ton­nerre. Aujourd’hui cette tribu attend son retour comme promis par le visiteur de l’espace.

 Les Hopies

Dans la tra­dition oral des Hopies (au coeur de l’Arizona) il dit qu’autrefois il voya­geait d’île en île puis un jour ils ren­con­trèrent d’étranges créa­tures leur four­nissant outils,… or ses visi­teurs etaient dif­fé­rents des humains et uti­li­saient une magie plus puis­sante que la foudre

_​_​_​

Verden er underligt, synes du ikke ?


1 vote

Commentaires

Logo de Neimad
dimanche 31 octobre 2010 à 11h44 - par  Neimad

L’information su les Dogons pro­vient des travaux des eth­no­logues Marcel Griaule et de Ger­maine Die­terlen sur ce peuple du Mali entre 1948 (cf. Le Dieu d’Eau) et 1965 (cf. Le renard pâle).

Marcel Griaule explique avoir été initié pendant 33 jours par le chef reli­gieux des Dogons, Ogo­tommêli, un vieux chasseur aveugle. La mytho­logie qui entoure l’étoile Sirius (Sigi tolo) fait état de deux com­pa­gnons invisibles :

  • Sirius B (Po tolo)
  • Sirius C (Emme ya tolo)

Un dessin repré­sente Po tolo dans deux posi­tions dif­fé­rentes par rapport à Sigi Tolo. Ce n’est qu’un 1862 que l’on finit par découvrir cette étoile, invi­sible à l’oeil nu, qui gravite effec­ti­vement autour de l’étoile prin­cipale. Ogo­tommêli précise que Po tolo est si lourde que « tous les êtres ter­restres réunis ne pour­raient en sou­lever une par­celle ». Cela décrit bien la réalité, puisque Sirius B est une naine blanche.

Sirius C n’a pas encore été découverte.

Les critiques sont les suivantes (voir http://​www​.astrosurf​.com/​l​u​x​o​r​i​o​n​/​d​o​g​o​n​s​-​a​s​t​r​o​n​o​m​i​e​3.htm) :

  • le jour­na­liste Peter James et l’archéologue Nick Thorpe n’ont pas trouvé trace de cette connais­sance chez les Dogons que n’avaient pas ren­contré Marcel Griaule
  • Marcel Griaule aurait "contaminé" les Dogons avec ses connais­sances en astro­nomie (Il avait préparé le concours de l’École poly­tech­nique en mathé­ma­tiques spé­ciales avant de se tourner vers l’ethnologie) ou sur­in­ter­prété les propos d’Ogotommêli

Cela me semble exagéré. Marcel Griaule avait déjà atteint la célé­brité en décou­vrant les Dogons. Quel besoin aurait-​​il eu d’ajouter une cos­mo­logie fan­tai­siste ? Cela aurait d’ailleurs pu le décré­di­bi­liser auprès de ses collègues.

Ses travaux ne sont pas des articles à sen­sation mais des études scien­ti­fiques. Il étudiait les Dogons depuis 1935, publia sa thèse de doc­torat sur eux en 1938 et ne publia ses entre­tiens avec Ogo­tommêli qu’en 1948 après été initié.

Par ailleurs, Marcel Griaule est eth­no­logue réputé. Il a notamment été secré­taire général de l’Institut d’Ethnologie à l’Université de Paris, sous-​​directeur du Musée de l’Homme, directeur de labo­ra­toire d’ethnologie de l’EPHE.

Peter James et Nick Thorpe n’ont pas trouvé ces connais­sances chez tous les Dogons ? Tous les Dogons sont-​​ils initiés et ont-​​ils été initiés eux-​​mêmes ? Si ce n’est pas le cas, il n’est pas sur­prenant que les Dogons - ou que cer­tains Dogons intiés - aient gardé l’information pour eux.

Malgré cela, l’on saura vraiment si Marcel Griaule s’est trompé ou non le jour où les astro­phy­si­ciens seront en mesure de confirmer ou d’infirmer l’existence d’une troi­sième étoile dans le système solaire de Sirus…

Logo de syagrius
samedi 30 octobre 2010 à 22h29 - par  syagrius

Il est vrai…d’ailleurs Love­craft c’est inspiré Charles Hoy Fort au travers de son livre : Le Livre des Damnés

Logo de Logo
mercredi 27 octobre 2010 à 21h03 - par  Logo

cela fait penser aux Profonds chez Lovecraft

Publications

Brèves

1er septembre 2016 - Le FBI déclassifie le dossier Roswell

Le FBI, le service de ren­sei­gnement inté­rieur amé­ricain, vient de mettre en ligne plus de 2 000 (...)

24 décembre 2014 - 4e repas ufologique à Nantes le 16 janvier 2015

Le 4ème Repas Ufo­lo­giques de NANTES aura lieu Le Ven­dredi 16 janvier 2015 à 19h30 au (...)

13 octobre 2014 - Premier repas ufologique à Nantes

Premier repas ufo­lo­gique à Nantes le 17 octobre 2014, limité à 15 per­sonnes. Ce repas vise à (...)

17 août 2012 - L’Australie déclassifie des dossiers sur les OVNI

Les Archives Natio­nales Aus­tra­liennes ont déclas­sifié une série de docu­ments sur les (...)

8 novembre 2011 - Le gouvernement américain nie avoir des contacts avec des extra-​​terrestres

"Le gou­ver­nement amé­ricain n’a aucune preuve de l’existence de vie en-​​dehors de notre planète, (...)