Les films de science-​​fiction qui posent des questions sur l’homme et la réalité

dimanche 19 juin 2011
par  Neimad
popularité : 100%

Depuis une ving­taine d’années, des films de science-​​fiction – prin­ci­pa­lement amé­ri­cains – mettent en doute l’existence de la réalité telle que nous la per­cevons et inter­rogent la place de l’homme dans l’univers. Pour n’en citer que quelques-​​uns : Dark City, Pi, 23, Sphère, Matrix, X-​​Men, Dante 01, Solaris, Vanilla Sky (l’adaptation d’Ouvre les yeux en espagnol », Blade Runner, Total Recall, Minority Report et L’Agence (quatre films ins­pirés des romans ou nou­velles de Philip K. Dick) [1], Dune (inspiré du roman de Franck Herbert, L’Antre de la Folie (inspiré des écrits d’H.P. Love­craft) [2], Southland Tales, Inception. Les séries ne sont pas en mal : X-​​Files, Lost, Les 4400, Heroes, Fringe

Côté japa­ni­mation, on peut citer les plus clas­siques : Akira, Ghost in the Shell… mais d’autres mangas méri­te­raient d’être trans­formés en dessins-​​animés, tels que Miri Nikki qui raconte l’histoire d’un étudiant japonais qui revit sa propre vie avec le pouvoir de la changer…

L’utilisation de la science-​​fiction pour raconter ces his­toires apparaît comme le moyen adéquat pour ne pas sombrer dans le fan­tas­tique, le mer­veilleux ou la folie. Dans ces his­toires, en effet, il n’y a pas de Dieu, ce qui veut dire qu’il n’y a aucune sortie de secours, le héros ne reviendra pas à la vie normale, il ne s’éveillera d’un cau­chemar pour revenir à sa vie d’avant. Le spec­tateur doit adhérer à l’univers du réa­li­sateur s’il veut continuer à se pro­jeter dans le héros du film et à avoir encore une emprise sur l’univers déformé qui l’entoure. Il doit faire un choix entre le héros et le décorum, entre la liberté et la solitude du héros, d’une part, et la douce et chaude illusion de l’autre…

Tous les spec­ta­teurs n’apprécient pas ce genre de film. Tous ne les com­prennent pas. Il est vrai que ces films sont souvent graves. Le tra­gique n’admet pas le sens de l’humour.

_​_​_​

Il mondo è strano, non ti pare ?


[1] On attend pro­chai­nement la dif­fusion de Radio Free Albemuth, l’adaptation d’un autre roman de P. K. Dick, en tournage depuis 2007. Voir la bande annonce.

[2] Une série de trois courts métrages ins­pirés de nou­velles de Love­craft, inti­tulée Arkham Sani­tarium, devrait sortir en octobre 2011. En savoir plus.


5 votes

Commentaires

Logo de Neimad
jeudi 9 octobre 2014 à 13h03 - par  Neimad

Sans dénier à la série Star Trek le rôle de pré­curseur de la SF, elle n’interrogeait pas la réalité elle-​​même, mais les pou­voirs psy­chiques, l’évolution de l’homme, les formes que peuvent prendre la vie et l’intelligence, etc. Le capi­taine Kirk res­semble à UIysse, c’est un per­sonnage positif qui ne se pose pas de ques­tions exis­ten­tielles sur sa propre réalité ou celle du monde qui l’entoure.

Si on peut retrouver des traces de ce ques­tion­nement chez Tchouang-​​tseu [1], Des­cartes [2] et Sha­kes­peare [3], il compare tou­jours la réalité à un rêve, alors que la science-​​fiction permet de donner une matière autrement plus inquié­tante à cette idée, en faisant de ce "rêve" une réalité fabriquée par une machine, une simulation…

Philip K. Dick aborda ce thème dès les années 50, elle reste can­tonnée au lec­torat de la SF. Il faut attendre les années 90-​​2000 pour qu’il touche le grand public avec toute une série de films [4]. Je ne suis d’ailleurs pas le seul à l’avoir remarqué. Je cite "le dernier des blogs" :

La notion de réalité a-​​t-​​elle connu une crise majeure autour de l’année 2000 ?

Source : http://​hyperbate​.fr/​d​e​r​n​i​e​r​/​?​p​=6036

L’auteur donne de très nombreux exemples de films…

Logo de Hourdsage
lundi 22 septembre 2014 à 20h18 - par  Hourdsage

L’on a pas attendu les années 90 pour faire des films de SF qui mettent en doutent la réalité, ques­tionnent la réalité, la place de l’homme dans l’univers…
Je suis per­son­nel­lement un immense fan de l’univers de Star Trek, et le second épisode pilote de la série, dans les années 60, qui est peu connu du grand publique et qui a pour titre "Ou l’Homme dépasse L’Homme", voit un membre de l’équipage acci­den­tel­lement doté de pouvoir psy­chiques qui dépassent de très loin sa capacité à les assumer (télé­pathie, télé­ki­nésie, mani­pu­lation de la matière à l’échelle ato­mique, vision au loin) et à en user avec sagesse. Ce per­sonnage se déshu­manise pro­gres­si­vement à mesure qu’il à l’impression d’être un dieu et de s’affranchir pro­gres­si­vement de tout un ensemble de règle, com­por­te­ments, loi etc de conduite vis à vis des autres humains "simples".
C’est toute la question de la cor­ruption du pouvoir et le fait qu’un pouvoir absolu cor­romps abso­lument.
Ce qui fait jus­tement de l’univers de Star Trek un univers de SF inté­ressant c’est qu’il voit les héros confrontés à l’inconnu et à des ques­tion­ne­ments éthiques, moraux, scien­ti­fiques etc… de situa­tions nou­velles ou ils doivent faire des choix et agir. La question la plus récur­rente étant : a ton le droit si l’on est une civi­li­sation avancée, d’intervenir dans le cour de l’histoire d’une civi­li­sation pri­mitive même pour des raisons huma­nistes ?
Même l’univers des Comics et leur passage à l’écran pose parfois aussi des ques­tions impor­tantes. Tout l’affrontement Pro­fesseur X /​ Magneto n’est qu’un méta­phore sur le racisme et les 2 figures qu’étaient Martin Luther King et Malcolm X.
Je me sou­viens aussi de cet échange cin­glant entre les per­sonnage de Bruce Banner (Hulk) et Captain Ame­rican (Steve Rogers). La question se pose, que devrait-​​on faire si l’on avait une machine à voyager dans le temps, Captain Ame­rican répond : je revien­drais dans les années 30 et j’empêcherais Hitler d’acquérir de l’influence. Banner répond lui : moi je don­nerais des anti­bio­tiques aux natifs amé­ri­cains avant l’arrivée des colons blancs. Je vous laisse deviner la réaction de Rogers… Question sur l’interventionnisme, le "remède" ne risque t-​​il pas d’être pire que le mal ?

Publications

Navigation

Articles de la rubrique

Brèves

28 mars 2011 - Les Incas sont sur France 5

Un docu­men­taire sur les Incas, ce soir sur France 5, à 23h40. L’orientation de ce docu­men­taire (...)

21 mars 2011 - "Les premiers pharaons" sont sur France 5

Dans le cadre de la série "Civi­li­sa­tions dis­parues", France 5 rediffuse ce soir le 21 mars à (...)

7 mars 2011 - Civilisations disparues sur France 5

Civilisations disparues. Le mythe de Troie. Film de Jens Nicolai (Allemagne, 2009). Un (...)

22 octobre 2010 - 2012, la conspiration de l’apocalypse

D’abord intrigué par la lecture d’un article annonçant la fin brutale et inex­pliquée de la (...)

13 octobre 2010 - Utopiales 2010

La pro­chaine édition des Uto­piales, fes­tival inter­na­tional de science-​​fiction de Nantes, aura (...)