Un bug sur l’atterrissage de Philae

jeudi 13 novembre 2014

Philae a atterri sur la comète XX le mer­credi 12 novembre 2014, une pre­mière mon­diale [1] : "Nous sommes les pre­miers à avoir fait ça, et nous le res­terons", sou­ligne Jean-​​Jacques Dordain, directeur de l’ASE (Agence spa­tiale euro­péenne), sous forme de pied-​​de-​​nez aux Amé­ri­cains et aux Chinois.

Des fluc­tua­tions dans les signaux radio sug­gèrent soit que Philae a atterri dans un sol meuble, une sorte de "bac à sable", soit qu’il a dou­cement rebondi sur la surface avant de se reposer une seconde fois. "Donc, peut-​​être aujourd’hui, nous avons atterri deux fois", a plai­santé Stephan Ulamec, le res­pon­sable de l’atterrissage Philae, déclen­chant les rires de l’assistance.

 [2]

Depuis hier, l’hypothèse du sol meuble a été éliminée. En effet, Philae semble avait atterri une deuxième fois deux heures plus tard. Cela étant impos­sible [3], il s’agirait donc d’un rebond. Voir l’article de 20 minutes : Rosetta : Philae aurait atterri deux fois sur la comète.

Cer­tains médias (comme LCI) oublient de men­tionner l’objectif de cette mission : vérifier que la vie a pu naître sur les comètes et non sur Terre, comme le pense la com­mu­nauté scien­ti­fique. Les comètes, en effet, contiennent de l’eau sous forme de glace. En se rap­prochent pério­di­quement des étoiles, comme notre soleil, la glace fond, ce qui laisse les traînées blanches que l’on voit dans la nuit. Cela peut-​​il suffire pour donner la vie ? C’est ce que la mission Rosetta va bientôt nous dire.

Evi­demment, il ne s’agit que d’une comète sur plu­sieurs mil­liards dans notre galaxie, mais la NASA a déjà découvert de la glycine (l’un des 20 acides aminés pré­sents dans un codon d’ADN) dans la queue de la comète Wild 2 en 2009 [4]. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la mission Rosetta a été mise en place…

JPEG - 6.8 ko

La sonde Rosetta, le robot Philae, ces noms ne sont pas choisis au hasard. Ce sont deux réfé­rences à l’Egypte, l’une étant une île, et une inscription…

Philae est une île sur le Nil sur laquelle se trouvait une cité antique et plu­sieurs temples. L’île a été volon­tai­rement sub­mergée dans les années 1970 pour construire le haut barrage d’Assouan (et pro­duire de l’hydroélectricité), mais les temples ont été déplacés sur une île voisine. Le plus célèbre est le temple d’Isis, qui était autrefois dédié à la déesse Hathor, les déesses des inondations.

Quand à Rosetta, il renvoie à la pierre de Rosette, le fragment d’une stèle portant un décret de Pto­lémée V, redé­cou­verte en 1799 à Memphis (près du Caire) lors de la cam­pagne d’Egypte. Ecrit en hié­ro­glyphe, en démo­tique et en grec, c’est ce texte qui a permis à Cham­pollion de déchiffrer les hié­ro­glyphes. Il était la clef. Beau symbole pour une mission qui nous révélera peut-​​être l’origine de la vie sur Terre… [5]


Rosetta : Les images d’une mission his­to­rique par 20Minutes

_​_​_​

The world is strange, do not you think ?


[1] NB : l’illustration uti­lisée pour le logo est une image de synthèse

[2] Source : Mission Rosetta : Philae ne s’est pas bien arrimé, quelles consé­quences ? sur LCI

[3] Rappelez-​​​​vous du chat dans Matrix…

[4] Voir l’articleDes acides aminés dans une comète sur le site de Ciel & Espace

[5] Des esprits cha­grins ver­raient dans ces sym­boles égyp­tiens la marque de la franc-​​​​maçonnerie, mais la Franc-​​​​maçonnerie n’utilise pas cette pierre comme symbole, l’organisation étant plus ancienne que la date de sa décou­verte. Si les maçons avaient eu un nom à uti­liser, cela aurait été celui de Salomon ou celui d’Hiram Abif. Le symbole, il est vrai, aurait été différent…




Publications