Le Soleil entre dans un nouveau cycle

jeudi 24 mars 2011

Attendu depuis quelques années, le Soleil semble être entré dans le cycle 24, en réfé­rence au cycle de 11 ans [1] qui note le maximum de tâches solaires entre deux périodes rela­ti­vement calmes [2].

Les tâches solaires sont le résultat de l’activité magné­tique du Soleil. Elles accroissent le nombre et la puis­sance des érup­tions solaires, dont les pro­jec­tions de plasma pro­voquent sur Terre des aurores boréales et per­turbent notre champ magné­tique [3].

Après une période de calme 2008 et 2009, l’activité a repris en 2010 avec notamment le 15 février 2010 la plus forte éruption solaire enre­gistrée depuis six ans [4]. Depuis, les annonces se suc­cèdent qui confirment l’entrée du Soleil dans un nouveau cycle - avec notamment les érup­tions du 13 février 2011 [5] et du 19 mars 2011. [6]. Le 24 février 2011, le satellite SDO (Solar Dynamics Obser­vatory) de la NASA a filmé une impor­tante éjection de plasma [7].

Pour cer­tains, il exis­terait une cor­ré­lation entre les érup­tions solaires et l’activité sis­mique de notre planète. Le 26 sep­tembre 2004, par exemple, a eu lieu le plus grand trem­blement de terre observé depuis 1960 : un trem­blement de terre de magnitude 9,1 sur l’échelle de Richter au large de l’île de Sumatra, avec un tsunami dévas­tateur dans l’Océan Indien, emportant près de 280 000 per­sonnes [8]. Or, ce jour-​​là, le Soleil avait enre­gistré une forte explosion qui trouva un écho dans les pages du Monde du 19.02.05 [9]. Cette éruption solaire avait été classée X17 [10].

Retrouve-​​t-​​on une cor­ré­lation entre le séisme du 11 mars 2011 au Japon et une éruption solaire ? On peut seulement noter une éruption de classe X1,5 le 9 mars, mais l’éruption n’était pas dirigée vers la Terre [11]. Pour affirmer pareille relation, il fau­drait com­parer la chro­no­logie des séismes aux dates des plus impor­tantes érup­tions solaires en direction de la Terre. Cette relation risque d’être dif­ficile à démontrer, car il existe d’autres fac­teurs : mou­ve­ments du magma ter­restre, influence de la Lune, état de la magné­to­sphère au-​​dessus de la zone touchée par un séisme.…

Article connexe : Vers une inversion du champ magné­tique terrestre ?


[1] Le cycle mesuré depuis le 19e siècle est d’une durée de 11 ans environ, mais d’autres cycles ou d’autres influences inter­viennent, notamment celles des pla­nètes du système solaire qui pro­voquent des "marées solaires". Le rôle de l’astrologie sur le destin de notre planète trouverait-​​​​il ici un appui scientifique ?

[2] Le minimum de Maunder. Quand cette période dure plus long­temps, comme ce fut le cas entre le 16e et le 19e, le climat ter­restre est impacté : cette période est connue comme le "Petit Age Gla­cière" en Europe et en Amé­rique du Nord.

[3] Les tem­pêtes magné­tiques peuvent per­turber nos moyens de télé­com­mu­ni­cation, mais elles ont également pour effet de ren­forcer notre bou­clier magné­tique et de nous pro­téger contre les rayons cos­miques. L’activité de notre Soleil serait glo­ba­lement plus forte depuis 8000 ans. Voir http://​www​.notre​-planete​.info/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​s​/​a​c​t​u​_​447​_​a​c​t​i​v​i​t​e​_​s​o​l​a​i​r​e​_​e​l​e​v​e​e.php

[4] Voir http://​www​.notre​-planete​.info/​a​c​t​u​a​l​i​t​e​s​/​a​c​t​u​_​2277​_​e​r​u​p​t​i​o​n​_​s​o​l​a​i​r​e​_​p​u​i​s​s​a​n​t​e.php

[5] Voir http://​www​.maxis​ciences​.com/​s​o​l​e​i​l​/​l​a​-​p​l​u​s​-​f​o​r​t​e​-​e​r​u​p​t​i​o​n​-​s​o​l​a​i​r​e​-​d​e​p​u​i​s​-​4​-​a​n​s​_​​a​r​t​12624​.html

[6] Voir http://​sdo​.gsfc​.nasa​.gov/​g​a​l​l​e​r​y​/​p​o​t​w​.​p​h​p​?​v​=​i​t​e​m​&​a​m​p​ ;​id=46

[7] Voir http://​www​.maxis​ciences​.com/​s​o​l​e​i​l​/​u​n​e​-​e​r​u​p​t​i​o​n​-​s​o​l​a​i​r​e​-​s​p​e​c​t​a​c​u​l​a​i​r​e​-​c​a​p​t​u​r​e​e​-​p​a​r​-​l​e​-​s​d​o​_​a​r​t​12854​.html

[8] Voir http://​www​.notre​-planete​.info/​actua…

[9] Voir http://​www​.alexandrea​.fr/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​/​p​o​s​t​/​2009​/​​10​/​​18​/​​T​r​e​m​b​l​e​m​e​n​t​s​-​​​d​e​-​​​t​e​r​r​e​-​​​r​a​y​o​n​s​-​​​c​o​s​m​i​q​u​e​s​-​​​e​t​-​​​e​r​u​p​t​i​o​n​s​-​​​s​o​l​aires

[10] Les érup­tions solaires sont classées de 1 à 5 (A, B, C, M, et X). La classe A (10 nano­watts par mètre carré) produit 10 fois moins de rayons X que la B (100 nano­watts), la classe B dix fois moins que la C, etc. A cette lettre est ajouté un nombre. La puis­sance de X1 est deux fois moindre que X2, et X2 deux fois moindre que X3, etc. Ainsi, la classe X17 a produit 217 (2 puis­sance 17) fois plus de nano­watts que la classe X1, soit un rayon­nement de plus d’un million de nanowatts.

[11] Voir http://​suivi​-soleil​.over​-blog​.com/​a​r​t​i​c​l​e​-​c​l​a​s​s​e​-​x​1​-​5​-​e​n​-​​​t​o​u​t​e​-​​​f​i​n​-​​​d​e​-​​​j​o​u​r​n​e​e​-​​​h​i​e​r​-​​​68991361​.html




Publications