Avec l’EMDrive, la Nasa pourrait relancer la conquête spatiale !

lundi 4 mai 2015

La NASA vient de ter­miner un test "dans le vide" de l’EMDrive, un moteur déformant l’espace-temps autour de l’objet à envoyer. Ali­menté par énergie solaire, l’objet "déplacé" n’a pas besoin de car­burant. Si les tests s’avèrent concluant, cette tech­no­logie pourrait servir à envoyer des sate­littes dans l’espace ou des modules vers l’ISS (Sation spa­tiale internationale).

Pour cla­rifier, la chambre de réso­nance Emdrive est une méthode pro­posée de la pro­pulsion inter­stel­laire : fon­da­men­ta­lement, ce qui pourrait finir par être les moteurs que les vais­seaux de l’utilisation future. Les avan­tages de l’utilisation d’un tel dis­po­sitif sont nom­breux : il est ali­menté élec­tri­quement, il dispose pas de pièces mobiles et ne nécessite pas de car­burant matière à se déplacer. Si elle finit par tra­vailler comme prévu, il ya une bonne chance que cela pourrait conduire à une nou­velle race de moteur.

L’EMdrive est l’acronyme de "accé­lé­rateur électro-​​magnétique", ce qui en ferait une extension de la magnéto-​​hydro-​​dynamique (MHD) déve­loppé par des scien­ti­fiques comme Jean-​​Pierre Petit [1].

La com­mu­nauté scien­ti­fique et les ama­teurs de science-​​fiction s’interrogent sur les pos­si­bi­lités de cette méthode de pro­pulsion. En effet, la version pré­cé­dente, testée dans les labo­ra­toires des Etats-​​Unis, de la Chine et de l’Angleterre n’avait pas donné de résultats concluants, d’autant que "aucune expli­cation sin­gu­lière existe sur la façon dont l’EM lecteur fonc­tionne réellement".

Selon des dis­cus­sions sur un forum de la NASA [2], les tirs de laser dans la bulle de dis­torsion créé par l’engin ont permis de voir une accé­lé­ration des par­ti­cules, cer­tains parlent même de vitesse supra­lu­mi­nique, c’est-à-dire "plus rapide que la lumière". La vitesse de la lumière est une constante et une limite, a montré Ein­stein, on ne peut pas voyager au-​​delà de cette vitesse, sauf, évidemment, si c’est l’espace-temps qui est déformé et que l’objet ne bouge pas. Avec l’EMdrive, la NASA aurait-​​elle découvert le moyen de voyager plus vite que la lumière [3] ? Cela poserait cer­tains pro­blèmes, car voyager plus vite que la lumière per­met­trait aussi de voyager dans le temps…

De fait, la NASA ne parle pas de ça : elle sou­haite continuer à déve­lopper le moteur ionique pour les voyages spa­tiaux longue dis­tance (comme un éventuel voyage vers Mars), qui serait plus efficace.

Sup­posons que l’EMdrive per­mette ne serait-​​ce que d’évoluer sans car­burant à 10% de la vitesse de la lumière : l’étoile la plus proche, Proxima du Cen­taure, pourrait être atteinte en quelques dizaines d’années seulement, une cen­taine d’années tout au plus. A la vitesse de la lumière, il fau­drait seulement 4 ans au lieu de plu­sieurs mil­liers d’années actuel­lement [4].

Décou­verte du siècle ou simple amé­lio­ration ? Dans tous les cas, cette tech­no­logie, si elle s’avère uti­li­sable, per­met­trait de réduire le coût des voyages spa­tiaux. Les scien­ti­fiques de la NASA parlent même "mul­tiples avan­tages" : cette tech­no­logie pourrait avoir des appli­ca­tions dans dif­fé­rents domaines.

_​_​

Le monde est étrange, vous ne trouvez pas ?


[1] Ce scien­ti­fique était impliqué dans l’affaire UMO : il disait recevoir des lettres d’extra-terrestres. Celles-​​​​ci contenant des infor­ma­tions scien­ti­fiques pointues, cer­tains ont pensé à un canular établi par des scien­ti­fiques. De fait, la pro­pulsion par MHD permet à des véhi­cules de se déplacer en élec­tri­fiant un gaz ou un liquide autour de l’appareil, pour créer une "bulle magné­tique" et éviter le frot­tement : l’appareil se déplace donc plus rapi­dement. Si dess pro­to­types existent, cette tech­no­logie n’est pas encore fonc­tion­nelle : cela sera-​​​​t-​​​​il également le cas de l’EMdrive ?

[2] http://​forum​.nasas​pa​ce​flight​.com/in…

[3] Voir http://​www​.tech​times​.com/​a​r​t​i​c​les/4

[4] Si la bulle de dis­torsion per­met­trait de voyager à de pareilles vitesses, la vaisseau aurait-​​​​il besoin d’une accé­lé­ration constante comme c’est envisagé pour le moteur à ions ou pourrait-​​​​il se déplacer presque ins­tan­ta­nément comme les vais­seaux de science-​​​​fiction de Star Trek et de Star Wars ?




Toutes les brèves du site

Publications