Le paradoxe de Fermi

mercredi 9 mars 2011
par  Neimad
popularité : 100%

Formulé en 1950, le paradoxe de Fermi [1] repose sur ce constat : nous vivons autour d’une jeune étoile de la galaxie. Si d’autres formes de vie sont pos­sibles dans l’univers, la vie aurait eu le temps de se déve­lopper autour d’autres étoiles . Comment se fait-​​il que d’autres civi­li­sa­tions intel­li­gentes et tech­no­lo­gi­quement avancées ne nous aient pas donné signe de vie ? Pourquoi ne captons-​​nous aucun signal radio [2] ?

William Borucki, le res­pon­sable de la mission Kepler, a donné une nou­velle actualité à ce pro­blème en posant cette question à la fin de la réunion de l’American Asso­ciation For The Advan­cement Of Science Annual Meeting qui s’est tenue du 17 au 21 février 2011 (lire notre brève à ce sujet) : La pro­chaine question est : pourquoi ne nous ont-​​ils pas visités ? Je ne sais pas.

Plusieurs possibilités ont été avancées :

  • absence de civi­li­sation extra-​​terrestre déve­loppée (absence de vie ailleurs dans l’univers, absence de vie intel­li­gente, ou absence de météorite qui n’ait pas été détruite par une catas­trophe natu­relle, comme la chute d’une météorite ou l’explosion d’un pulsar, ou ne se soit pas auto-​​détruite)
  • absence de contact (pro­blème de com­mu­ni­cation à longue dis­tance ou absence de moyens de com­mu­ni­cation pour une civi­li­sation s’étant déve­loppée dans l’eau, par exemple, comme les dauphins)
  • refus de nous contacter (la Terre est un zoo ; la Terre doit être pro­tégée ; les zones civi­lisées sont cachées par un écran d’énergie noire [3] ; civi­li­sation en équi­libre qui ne ressent pas le besoin de s’étendre [4])
  • les extra-​​terrestres nous ont visité, les OVNI en sont la preuve

Comment résoudre ce paradoxe ?

En 1961, Frank Drake, astronome amé­ricain et ini­tiateur du projet SETI, formula une équation qui devait per­mettre de cal­culer le nombre de civi­li­sa­tions extra-​​terrestres dans notre galaxie. La réso­lution l’équation de Drake dépend des chiffres que l’on met der­rière les dif­fé­rents paramètres [5] :

N = R x fp x ne x fl x fi x fc x L

où :

  • N est le nombre de civi­li­sa­tions extra­ter­restres dans notre galaxie avec les­quelles nous pour­rions entrer en contact

et :

  • R, est le taux d’étoiles nais­santes chaque année dans la Voie Lactée
  •  fp, est la fraction de ces étoiles qui pos­sèdent un système solaire
  • ne, est le nombre moyen de pla­nètes simi­laires à notre Terre (aptes à abriter une forme de vie)
  • fl, est le taux des pla­nètes habi­tables sur les­quelles une forme de vie a pu évoluer
  • fi, est le taux des pla­nètes où une évolution bio­lo­gique produit effec­ti­vement une forme de vie intel­li­gente
  • fc, est le taux de ces formes de vie intel­li­gentes capables de com­mu­niquer à travers l’Univers
  • L, est la durée de vie moyenne d’une civi­li­sation capable de com­mu­niquer à travers l’Univers (en années).

Selon le principe anthro­pique fort, l’évolution de l’univers depuis ses ori­gines devait aboutir à la création de l’homme - et de l’homme seul. Ce principe se confond avec celui de la religion chré­tienne - mais pas du boud­dhisme, par exemple, qui admet l’existence d’autres formes de vie intel­li­gentes dans l’univers.

Selon le principe anthro­pique faible, la pro­ba­bilité néces­saire à l’apparition d’une vie intel­li­gente sur une planète est exac­tement égale à l’ensemble de l’univers, dont les autres étoiles et pla­nètes ne repré­sentent que les autres pro­ba­bi­lités ou les autres ten­ta­tives infruc­teuses de voir appa­raître la vie. Le principe anthro­pique faible s’appuie notamment sur des par­ti­cu­la­rités de la planète Terre (effet de marée grâce à la Lune, tec­to­nique des plaques) ou du système solaire (pré­sence de géantes gazeuses en péri­phérie pour attirer à elles les météores et limiter ainsi le nombre de ceux qui auraient pu s’écraser sur Terre). Rien n’interdit cependant l’existence de ces carac­té­ris­tiques dans d’autres sys­tèmes solaires [6] et l’évolution de formes de vie dans des condi­tions dif­fé­rentes (sur Mars, Europe ou Titan, par exemple).

A ce jour, ni le paradoxe de Fermi, ni l’équation de Drake ne sont résolus.


Ecoutez le paradoxe de Fermi en podcast sur le site de Ciel & Espace expliqué par Nicolas Prantzos, astro­phy­sicien, directeur de recherche au CNRS, cher­cheur à l’Institut d’Astrophysique de Paris.

_​_​_​

Le monde est étrange, vous ne trouvez pas ?



[1] Enrico Fermi est un phy­sicien italien, père du nucléaire civil, lauréat du prix Nobel de phy­sique de 1938, lauréat de la médaille Hughes en 1942, de la médaille Franklin en 1947 et du prix Rumford en 1953.

[2] Les ondes radio (radio, télé­vision) se déplacent dans l’espace à la vitesse de la lumière. Etant donné la taille de la Voie lactée, soit 80 000 années lumière de dia­mètre, une étoile placée à mi-​​​​chemin devrait avoir 40 000 années d’avance pour que nous puis­sions aujourd’hui capter ses ondes radio au moment où elle était aussi avancée que nous technologiquement.

[3] En cal­culant la vitesse de rotation des galaxies, les scien­ti­fiques se sont aperçus que l’univers visible se réduisait à 10% de la masse totale et qu’il fallait sup­poser l’existence d’une "matière noire" ou "énergie noire", repré­sentant 90% de la masse de l’Univers, pour expliquer les mou­ve­ments observés. Mauvais calcul, énergie du vide, pous­sières inter­ga­lac­tiques ou autre chose ? Cela reste un mystère.

[4] L’article du wiki­pedia sur le paradoxe de Fermi donne l’exemple de la Chine entre le XVe et le XVIIe siècle. Les îles et autres rivages de l’Océan Indien ne lui ayant rien apporté d’intéressant, la Chine ne vit pas la nécessité de pousser plus loin les explo­ra­tions. Pour d’autres raisons, notre civi­li­sation moderne ne considère pas non plus l’exploration spa­tiale comme une priorité.

[5] Pour une expli­cation détaillée de la formule de Drake, voir http://​exobio​.chez​-alice​.fr/​d​r​a​k​e.htm

[6] Plu­sieurs géantes gazeuses ont été détectées dans d’autres sys­tèmes solaires.


4 votes

Commentaires

Publications

Brèves

17 janvier 2016 - Des organoïdes de cerveau humain en laboratoire

Savez-​​vous ce qu’est un orga­noïde ? La repro­duction d’un organe en labo­ra­toire. Selon l’Institut (...)

10 mai 2015 - Le cargo spatial russe Progress tombé dans le Pacifique

Le cargo russe Pro­gress dont nous par­lions dans nos pré­cé­dentes brèves s’est fina­lement (...)

7 mai 2015 - Suivez le crash du cargo russe en direct

Revue de presse sur l’affaire sur cargo spatial Progress Le cargo russe qui s’était décorché de (...)

4 mai 2015 - Avec l’EMDrive, la Nasa pourrait relancer la conquête spatiale !

La NASA vient de ter­miner un test "dans le vide" de l’EMDrive, un moteur déformant l’espace-temps (...)

30 avril 2015 - Un cargo russe tombe actuellement sur la Terre

Ceci n’est pas un fake. Le cargo russe "Pro­gress" qui devait ravi­tailler la Station Spa­tiale (...)